Bulletin du Forum Urbain Mondial


Publié par l'Institut International du Développement Durable (IIDD) en collaboration avec la Fondation Globe et ONU-HABITAT

 

Vol. 125 No. 2
Mardi 20 juin 2006

LES FAITS MARQUANTS DU TROISIEME FORUM URBAIN MONDIAL:

LUNDI 19 JUIN 2006

Le Troisième Forum Urbain Mondial (FUM3)s’est ouvert aujourd’hui à Vancouver, au Canada par une cérémonie de bienvenue rehaussée de chants et de danses traditionnels, donnée au nom des Premières Nations du Canada. Le matin, les délégués ont entendu des déclarations liminaires et ont adopté l’ordre du jour et l’organisation des travaux de la FUM3. L’après-midi, les participants au Forum se sont réunis dans six tables rondes et dans de nombreuses séances de réseautage. Note: En raison du grand nombre de séances en superposition, la couverture de l’IIDD a été concentrée sur les discussions des tables rondes.

CÉRÉMONIE D’OUVERTURE ET PLÉNIÈRE

Cérémonie d’ouverture: Eric Falt, Directeur de la Division des Communications et Information du Public au sein du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et Maître des Cérémonies, a souhaité la bienvenue à Vancouver aux participants, soulignant que la FUM3 marque le trentième anniversaire de la première Conférence des Nations Unies sur les Etablissements Humains (Conférence de Habitat), tenue également dans cette ville.

Charles Kelly, Commissaire Général de la FUM3, a souligné que la FUM3 est un pas vers la réalisation des principes de durabilité et a exprimé l’espoir de voir à la fin du Forum, les participants repartir avec des idées “aptes à être traduites en action” de manière à pouvoir marquer une différence en faveur du développement urbain.

Sam Sullivan, Maire de Vancouver, a souhaité la bienvenue aux délégués et a remercié le Premier Ministre du Canada pour son action qui “place les villes en première ligne ” et pour sa présence à la FUM3. Il a déclaré que la première Conférence de Habitat a changé la manière dont les décisions concernant le développement urbain étaient prises à Vancouver. Encourageant les délégués à travailler et à apprendre ensemble, il a mis en relief la nécessité d’embrasser des “éco-structures” urbaines écologiquement responsables, permettant de décroître les empreintes écologique laissées par les villes.

Gordon Campbell, Premier Ministre de Colombie Britannique, a mis en exergue le thème de la FUM3 consistant à traduire les idées en action permettant de relever les défis posés à la durabilité urbaine, ajoutant que les innovations et les nouvelles technologies donnent de l’espoir à la cause. Il a noté qu’à Vancouver, l’implication des citoyens a abouti à un accès front de mer du public, à l’entretien des espaces verts urbains, à l’amélioration du transit public et à la réussite de l’intégration des espaces de bureaux et de vie dans le centre ville.

Inga Bjork-Klevby, Directrice Exécutive Adjointe de ONU-HABITAT, a livré de la part du Secrétaire Général de l’ONU, Kofi Annan, un message indiquant qu’au cours des trois dernières décennies, le monde est devenu plus urbanisé, plus congestionné, plus pollué et moins équitable. Il a souligné que la pauvreté et la privation ont atteint des proportions importantes, avec plus de la moitié des populations urbaines du monde en développement, vivant dans des taudis. Mettant en exergue les interconnexions entre opportunités et privations, le Secrétaire Général de l’ONU, Annan, a appelé à redoubler d’efforts pour rendre notre planète, plus juste, plus équitable et plus durable pour l’ensemble de ses habitants.

Déclarations liminaires: Anna Tibaijuka, Directrice Exécutive de ONU-HABITAT, a souligné que compte tenu du fait que la population mondiale vit maintenant dans des zones urbaines, c’est la planification de villes durables qui va déterminer notre avenir. Tout en saluant les réussites enregistrées, par ailleurs, par le Plan d’Action de Habitat, elle a déclaré que l’échec rencontré dans la poursuite de la durabilité urbaine est dû au manque de soutien politique propre à la planification urbaine. Elle a souligné le rôle central du FUM dans l’engagement de la société civile dans le processus de ONU-HABITAT, encourageant les participants à partager les idées, et a indiqué qu’elle livrera le rapport de la FUM3 à la session de 2007 du Conseil d’Administration de ONU-HABITAT. Tibaijuka a également demandé une minute de silence en mémoire de Jane Jacobs et de Rafic Hariri, champions du développement communautaire urbain durable.

Allocution Thème: Mettant en relief la vision de villes réussies, durables et sûres, Stephen Harper, Premier Ministre du Canada, a noté que l’urbanisation est un phénomène puissant qui est en train de prendre de l’envergure dans le monde en développement. Il a retracé les grandes lignes de l’histoire du Canada dans les domaines des établissements humains, de l’exploration et de l’urbanisation, et a signalé que les villes canadiennes sont classées parmi les meilleures du monde entier.

Le Premier Ministre Harper a également mis en exergue le concept de “savoir-faire urbain éclairé,” avec un accent particulier placé sur: la réalisation d’un équilibre fiscal et juridique; le traitement du déficit de l’infrastructure; la garantie de la durabilité environnementale; l’endiguement de la criminalité urbaine; la fourniture de logements abordables; l’évitement du terrorisme; et la promotion de la diversité culturelle.

Signalant que la majeure partie du croît démographique des 25 années à venir, aura lieu dans les villes du monde en développement, Noli de Castro, Vice-président des Philippines, a mis l’accent sur les connections entre la pauvreté urbaine et la lutte pour la démocratie, et a accordé une priorité à l’action concertée dans l’établissement de voies de développement compatibles avec les idéaux démocratiques. Il a souligné le rôle de la FUM3 dans le traitement de la réhabilitation des taudis, le financement des logements, l’égalité des genre et la réalisation des Objectifs du Millénaire en matière de Développement (MDGs).

Ali Mohamed Shein, Vice-président de Tanzanie, a présenté l’urbanisation durable en Afrique et dans les parties du monde en développement. Il a mis en exergue les progrès accomplis par la Tanzanie dans la mise en application de l’Objectif 11 des OMD, consacré aux taudis à travers la législation régissant l’habitat et la terre.

Plénière d’ouverture: Inclusion et cohésion Sociales: María Antonia Trujillo, Ministre Espagnole de l’Habitat et Présidente de la FUM2, a ouvert la séance plénière en déclarant que les FUM passés ont servi à la détermination des problèmes et que la FUM3 devrait explorer les voies et moyens de passer des idées à l’action. Elle a mis en exergue l’apprentissage à partir des expériences positives, comme étant le thème central de la FUM3.

Diane Finley, Ministre canadienne des Ressources Humaines et du Développement Social et Coprésident de la FUM3, a invité les délégués à procéder à une évaluation des avancées réalisées et à répondre aux défis posés par les villes. Elle a déclaré que le FUM a offert une opportunité unique en servant de moyen d’échange mondial, focalisé sur des manières pragmatiques et innovantes de traiter les villes. Elle a déclaré qu’alors que les villes jouent un rôle pivot dans le développement économique, la préservation d’un environnement rural sain est également importante pour un bien être économique et social équilibré. Elle a exhorté les participants à faire en sorte que les résultats issus de la FUM3 soient pratiques et tournés vers l’action, pour former des réseaux significatifs.

Adoption de l’ordre du jour et organisation des travaux: Diane Finley a introduit, et les délégués ont adopté, l’ordre du jour provisoire proposé par le Directeur Exécutif de ONU-HABITAT (HSP/FUM/3/1) et de l’organisation des travaux de la FUM III (HSP/FUM/3/INF/1 et 2) sans amendement. Ils ont également approuvé l’établissement d’un groupe consultatif de la FUM3 (HSP/FUM/3/INF/6) qui aidera la Directrice Exécutive de ONU-HABITAT dans l’organisation et la conduite du Forum.

Alphonso Jackson, Secrétaire du Département Américain de l’Habitat et du Développement Urbain, a souligné que des foyer en propriété peuvent rendre les villes plus fortes, plus sûres et plus prospères. Il a expliqué l’objectif consistant à établir une société propriétaire aux Etats-Unis, assorti d’une concentration particulière sur les minorités et les pauvres. Il a déclaré que la propriété du foyer est essentielle pour l’accumulation de la richesse, l’indépendance financière, la stabilité et les avantages sociaux, et que l’habitat a joué un rôle clé dans la croissance de l’économie Américaine.

Kumari Selja, Ministre d’Etat chargé de l’Emploi Urbain et de l’Allégement de la Pauvreté, du Gouvernement Indien, a souligné le consensus mondial qui a émergé ces 30 dernières années, sur la nécessité de fonder les initiatives mondiales sur des solutions locales, pour la gestion des établissements humains. Elle a décrit les actions entreprises par l’Inde dans le cadre du développement urbain durable et a noté l’émergence du secteur privé en tant que partenaire dans ce plan d’action. Elle a encouragé la promotion des villes en vue de s’assurer du développement économique local et des services nécessaires aux communautés rurales.

Naokazu Takemoto, Vice-ministre Japonais des Finances, a parlé des intérêts de longue date du Japon et de l’engagement avec ONU-HABITAT, et a fait remarquer l’importance de l’engagement de la société civile. Il a rappelé à la communauté l’engagement que les dirigeants mondiaux ont pris au Sommet sur l’Evaluation du Millénaire, en septembre 2005, pour plus de croissance durable et la réduction de la pauvreté, a souligné l’importance d’une gouvernance forte et de la stabilité sociale, et a décrit l’implication du Japon dans le groupe de discussion des Nations Unies sur la cohérence de l’ensemble du système. Il a clos son exposé en soulignant les efforts fournis par le Japon dans le domaine des secours d’urgence en Irak et dans les régions d’Asie touchées par le tsunami de 2004.                                   

Smangaliso Mkhatshwa, Coprésident, Villes Unies et Collectivités Locales (VUCL), a traité de la FUM3 au nom de la présidence de la VUCL, soulignant qu’elle représente plus de la moitié de la population mondiale. Il a mis en relief l’achèvement, par VUCL, des lignes directrices relatives au cadre de décentralisation, examiné lors d’un récent Conseil d’Administration de ONU-HABITAT, qui souligne l’implication des communautés dans le traitement des défis de l’urbanisation.

Enrique Ortiz, Secrétaire Général de la Coalition Internationale Habitat, a décrit les développements survenus depuis la première Conférence de Habitat, qui, a-t-il dit, représente un jalon de franchi dans la prise de conscience mondiale des problèmes de l’urbanisation. Il a déploré que l’absence d’engagement politique et de politiques de marché a déstabilisé la réalisation des principes du plan d’action de Habitat, et a encouragé l’adoption d’une nouvelle approche pour le traitement des défis urbains mondiaux. Faisant référence au concept des partenariats publics privés, il a appelé les partenariat à intégrer les vues des communautés et à être participatifs et productifs.

Au cours de la séance plénière d’ouverture, un participant du Forum Mondial de la Jeunesse a livré à la FUM3, un message appelant les gouvernements à prendre des mesures pour le développement d’établissements humains durables.

TABLES RONDES

Les discussions des tables rondes réunies l’après-midi, ont cherché à présenter les vues des parties prenantes concernant l’ordre du jour programme de la FUM3 et, d’une manière plus générale, le développement des établissements humains.

Table Ronde des Ministres: Tenue sous le thème “Vancouver + 30: Changer le Rôle des Villes et le Développement Durable Global,” cette table ronde était organisée en coopération avec le Gouvernement du Canada.

La modératrice Huguette Labelle, Présidente de Transparency International et Chancelière, à l’Université d’Ottawa, a ouvert la table ronde signalant la présence de ministres de 50 pays, et a introduit trois thèmes: le rôle des gouvernements dans la durabilité urbaine; le potentiel des partenariats; et le rattachement des ordres du jour internationaux des gouvernements nationaux à l’échelon local. Dans ses remarques introductives, Tibaijuka a souligné l’importance de gouvernements et de cadres réglementaires et juridiques forts dans la poursuite des OMD.

Rôle des gouvernements dans la durabilité urbaine: Le Coprésident John Pombe Magufuli, Ministre Tanzanien des Terres, de l’Habitat et du Développement des Etablissements Humains, a introduit le thème et a décrit le soutien apporté par son gouvernement au développement des établissements humains. Les ministres ont mis l’accent sur les mesures et les politiques mises en place en vue de relever les défis de la durabilité urbaine dans leurs pays respectifs. Plusieurs participants ont fait part de leur appui à la décentralisation, à l’engagement de la société civile et à l’élaboration d’un langage et d’un système métrique communs qui peuvent être utilisés dans la discussion des questions de durabilité de pauvreté et d’urbanisation. Les participants ont identifié les coûts élevés des terres et le vieillissement de la population comme étant des obstacles posés à la durabilité urbaine. Il a été convenu, de manière générale, que le gouvernement a un rôle fort à jouer dans la fourniture d’orientations, de financements et de renforcement des capacités aux autorités locales dans leurs efforts en faveur de la durabilité, et que l’habitat social et l’éducation devraient être perçus comme étant des investissements. Plusieurs ministres ont appelé ONU-HABITAT à passer une résolution appuyant le développement de l’infrastructure des pauvres.

Partenariat entre les gouvernements nationaux et d’autres juridictions pour le soutien de la durabilité urbaine: Le Coprésident Ted Menzies, Secrétaire Parlementaire auprès du Ministre Canadien de la Coopération Internationale, a souligné l’importance du plein respect des gouvernements locaux et de l’amélioration des partenariats entre les gouvernements nationaux et locaux. Les ministres de plusieurs pays ont donné un aperçu sur leurs expériences en matière de relations entre les gouvernements nationaux et locaux dans le domaine de la réalisation de la durabilité urbaine. Il a été convenu de manière générale que la durabilité urbaine requiert l’adoption d’une approche pluridisciplinaire, en particulier, dans les domaines de la santé et de l’éducation. De nombreux participants ont signalé que le manque de financement et d’accès à l’information est en train d’entraver la mise en œuvre des initiatives de durabilité urbaine.

Rattacher les ordres du jour internationaux des gouvernements nationaux à l’échelon local: Le Coprésident Menzies a mis en relief les avantages de la décentralisation administrative dans la concrétisation des OMD. Signalant que le manque de finances et de capacités est susceptible d’entraver ces efforts, il s’est enquis du point de savoir quelles sont les capacités qui devraient être renforcées. Quelques délégués ont indiqué que les questions liées à l’habitat sont les questions les plus importantes à régler dans les pays en situation de post-conflits. Plusieurs autres ont souligné l’importance de l’investissement privé, de la fourniture de prêts et de crédits hypothécaires et de l’aide internationale. D’autres ont mis en exergue la coopération entre le gouvernement central et les gouvernements locaux dans la réalisation des plans d’action internationaux dans les domaines de l’eau, du contrôle de la pollution de l’air ambiant et de l’efficacité énergétique.

Présentant une synthèse des discussions de la table ronde, le Coprésident Magufuli a signalé que les pays sont confrontés à des problèmes différents mais également à des défis communs et qu’ils devraient trouver des solutions communes. La modératrice Labelle a résumé les principaux points soulevés à la table ronde, dont: l’équité en matière de logement; la régulation et la planification; la sécurité de la propriété foncière; les insuffisances dans les domaines de l’eau et de l’assainissement; le renforcement des capacités; les ressources de la décentralisation; l’amélioration des transports publics; la privatisation du développement de l’habitat; la création d’emplois et l’éducation; et la fourniture de lots de terre gratuits pour la construction de logements sociaux.

Table ronde des Parlementaires: Intitulée “Vancouver +30 – les Parlementaires Orientant les Changements nécessaire à l’Urbanisation Durable,” la table ronde a donné aux parlementaires l’occasion de débattre des initiatives législatives ayant trait aux établissement humains, au développement urbain et à l’habitat abordable. La séance a été coprésidée par Adrian Alanis, Sénateur au Mexique, et Lee Richardson, Membre du Parlement canadien. Elle a été modérée par John Reynolds, ancien Membre du Parlement canadien. La discussion s’est déroulée en deux volets: une rétrospective des 20 dernières années dans le domaine de la législation urbaine, et la fusion des priorités et des futures politiques en soutien de la durabilité urbaine.

Dans ses remarques introductives, Klevby a décrit l’historique et les activités de ONU-HABITAT. Faisant état des graves conditions dans lesquelles se trouvent les taudis urbains, Klevby a mis l’accent sur les engagements pris dans le cadre des OMD, pour l’amélioration de la situation dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de la réhabilitation des taudis. Elle a appelé à l’adoption de politiques en faveur des pauvres des zones urbaines et a souligné l’importance des législateurs dans la traduction des objectifs de développement en actions concrètes.

Les Parlementaires d’Allemagne et des Pays-Bas ont attiré l’attention sur les résultats d’une étude menée ces dix dernière années, sur les politiques urbaines en Europe, et ont mis en relief les différences entre les pays dans le domaine de l’utilisation des divers outils, y compris les centres d’expertise pour le développement régional, la consolidation du l’autogestion municipale, la gestion des déchets et l’évaluation environnementale.

Dans l’échange d’expériences vécues dans leurs pays, les délégués ont mis l’accent sur: la planification familiale; une législation nationale pour la fourniture des instruments de planification métropolitaine; l’adoption d’une approche intégrée entre les villes ayant des sphères d’influence en chevauchement; et les critères de la réussite des politiques urbaines. Quelques participants ont mis en garde que les taudis et les bidonvilles présentent des risques d’aggraver la ségrégation et d’engendrer l’extrémisme. D’autres ont déploré le fait que les habitats durables ne sont pas devenus une priorité mondiale, et ont déclaré que la responsabilité des améliorations à introduire repose sur les épaules des législateurs.

Se plaçant dans une perspective à venir, des participants ont expliqué l’importance d’inscrire la pauvreté urbaine à l’ordre du jour politique et d’adopter une approche intégrée multipartite et multisectorielle et ont suggéré que des ressources financières réservées aux taudis et aux occupants sans titre accompagnent les paquets d’aide extérieure. La création d’un fonds, similaire à celui du Fonds Marshall pour la reconstruction après la 2e Guerre Mondiale, a également été proposé pour le soutien de l’habitat et du développement urbains dans les pays Africains.

Tibaijuka a invité les délégués à présenter le Plan d’Action de Habitat à leur parlements respectifs.

Table Ronde du Secteur Privé: La table Ronde était présidée par John Wiebe, Président-Directeur- Général de la fondation GLOBE du Canada. Chris Henderson, Directeur Général du Groupe Delphi, a modéré le débat.

Michael Mutter, du Fonds de ONU-HABITAT pour la Réhabilitation des Taudis, a déclaré que le secteur privé peut, en guise de contribution, apporter son expertise en matière de gestion et des mécanismes de contrôle des coûts.

Kim Jawanda et Stuart Thomas, de la Terra Housing Consulting, ont décrit leur expérience dans le domaine de la fourniture de logements sociaux aux Philippines et en Afrique du Sud.

Mazyar Mortazavi, de TAS Design Build, a souligné que la communication et la sensibilisation sont cruciales pour la réussite des partenariats. Le débat a porté également sur: les environnements politique et juridique; les rendements de l’investissement; la fourniture de terrains neutres pour les partenariats, tel que le Pacte Global des Nations Unies; l’importance du soutien communautaire et politique; et la nécessité de reconnaître les différences culturelles.

Au sujet des opportunités du marché, Scott Chubbs, de la Living Steel Limited, a donné un aperçu sur le programme mis en place par son entreprise, pour mieux comprendre les marchés du logement, et a souligné que les promoteurs sont intéressés davantage par les logements destinés aux couches de population à revenus moyens et élevés que par ceux destinés aux classes de population à faibles revenus. Les participants ont exploré la manière dont les mécanismes du marché peuvent aider à accroître l’échelle des programmes réussis, s’accordant sur l’existence d’un marché potentiel immense, mais qu’il requiert l’engagement du niveau politique.

Au sujet du renforcement de l’environnement favorable, V. Suresh, Directeur Général de Aerens Goldsouk International, a parlé de l’efficacité des partenariats publics-privés dans le domaine des logements destinés aux couches à faibles revenus, et des cadres juridiques et réglementaires. Le débat a exploré les facteurs de réussite, notamment: la relation avec les décideurs; les processus d’insertion; les initiatives d’aide aux efforts personnels; et la transparence.

Au sujet des stratégies relatives au soutien de la communauté internationale, Maleye Diop, du Programme des Nations Unies pour le Développement, a souligné la nécessité d’un processus d’appel d’offre transparent et de structures de dialogue efficaces.

Madhumita Ganguli, de la Housing Finance Development Corporation, en Inde, a souligné l’importance de l’infrastructure pour l’incitation de l’investissement international.

Klevby a clos la séance en faisant état d’un accroissement régulier du secteur privé, et du défi à relever, consistant à mettre en place des politiques appropriées.

Table Ronde des Femmes: Présidée par Erna Witoelar, Ambassadrice des Nations Unies pour les OMD les régions Sud Asiatique et Pacifique, cette table ronde se focalise sur le thème “Promotion des Objectifs du Millénaire pour le Développement: Les Femmes des Communautés de Base Relèvent le Défi – Vie des Femmes, Décisions des Femmes.”

Jan Petersen, Hairo, a ouvert la séance en soulignant que les projets de recommandations émergeant de la réunion de l’Académie des Associations de Base à Vancouver, tenue avant la FUM3 seront présentés à la plénière plus tard dans la semaine.

Mettant l’accent sur la santé maternelle et sur les initiatives contre le VIH/SIDA conduites au Kenya, Violet Shivutse, de GROOTS Kenya, a signalé que de nombreuses femmes des communautés de base sont déjà en train de travailler sur des initiatives en phase avec les résultas des OMD sans être au courant de l’existence même des OMD.

Andrea Laux, des Centres de Maternité de Stuttgart, en Allemagne, a partagé les données concernant des initiatives allant de l’ouverture d’un dialogue avec les autorités locales au lancement d’une campagne nationale anti-pauvreté à l’occasion de la Fête des Mères 2006, baptisée “Poussons le landau et faisons avancer le monde.”

Arlene Bailey, de la Fletchers Land Parenting Association and Sistren Theatre Collective, en Jamaïque, a mis en exergue le parentage approprié en tant qu’outil contre la criminalité et la violence et a indiqué que les initiatives de l’Association ont été reproduites dans quatre villes à l’intérieur du pays.

Signalant qu’au Canada les femmes aborigènes sont forcées de se délocaliser des terres traditionnelles et sont confrontées à la violence et à d’autres obstacles, tels que l’absence de droits à la propriété, Penny Irons, des Centres de Maternité Aborigènes, a appelé à un engagement significatif des femmes aborigènes dans l’élaboration et l’application des politiques.

Kasturi Chandrasekaran, du Centre de l’Alliance pour le Développement, a décrit les activités menées dans quatre provinces de l’Inde, pour relever les défis posés dans les domaine de la migration, des moyens de subsistance et de la sécurité alimentaire. Elle a cité le Projet des Jardins Herbiers comme exemple d’entreprise communautaire mise en place pour le soutien des moyens de subsistance et pour l’amélioration de la santé communautaire.

Marlene Rodriguez, de Cooperativa Las Brumas, au Nicaragua, a décrit le projet de son ONG visant à créer des opportunités pour les anciens combattants, en les engageant dans la production communautaire du café organique. Elle a également appelé au soutien de la femme rurale et de son insertion dans les politiques nationales.

En réponse aux exposés, Srilatha Batliwala, du Centre Houser des Organisations à But Non Lucratif, a souligné le besoin de déterminer la valeur des contributions non rémunérées apportées par les femmes des communautés pauvres.

Jeanine Haddad, de l’UCLG, a déclaré que les expériences acquises par les associations de base devraient être partagées de manière à pouvoir être transformées en politiques publiques, et Lisa Jordan, de la Fondation Ford, a souligné que les activités des associations de base portent sur chacun des OMD.

Ardath Paxton-Mann, Vice-ministre de la Diversification des R�gions Occidentales du Canada, a pr�sent� l�Accord de Vancouver, une initiative visant � revitaliser les centres villes, � traiter les probl�mes de faim et d�absence de domicile et � encourager la promotion de la gente f�minine.

Pr�cisant que ONU-HABITAT est charg� du suivi de la r�alisation de l�Objectif 11 du But 7 des OMD, consacr� � la r�habilitation des taudis mais qu�il traite �galement de l�Objectif 10 consacr� � l�am�lioration de la situation dans les domaines de l�eau et de l�assainissement, Lucia Kiwala, de ONU-HABITAT a �labor� �galement sur l�implication des probl�mes de l�assainissement sur les femmes.

Table Ronde des ONG: Les Copr�sidents, Evaniza Rodrigues, du Secr�tariat Latino-Am�ricain charg�e des Logements Populaires, et Michael Shapcott, de l�Institut Wellesley, ont ouvert cette table ronde intitul�e �l�Actif Disponible et les Batailles Men�es: 30 Ans Apr�s le Forum de Habitat � Vancouver � R�alisation du Droit � un Logement Convenable, � un Habitat Durable et � des Villes Inclusives.� Shapcott a soulign� que les recommandations de la table ronde � l�intention de ONU-HABITAT seront bas�es sur cinq th�mes: arr�t des �victions forc�es qui violent les droits humains; soutien des valeurs et des initiatives communautaires de base; traitement des effets n�gatifs de la privatisation de l�habitat; protection, droits et solutions durables pour les personnes d�plac�es; et, l�implication des locaux dans tous les aspects de la reconstruction post-catastrophes.

Ortiz a appel� � des instruments et politiques aptes � faire face aux probl�mes de logement tels qu�il se posent au 21e si�cle.

Au sujet de l��viction forc�e, Barbra Kohlo, Directrice Ex�cutive de l�Organisation Housing People du Zimbabwe, a soulign� l�importance du travail men� par les ONG en soutien des initiatives communautaires de base, qui vise � renforcer le suivi et � accro�tre la s�curit� des r�gimes de propri�t� fonci�re. Elle a appel� � l�int�gration d�une perspective f�minine dans les initiatives relatives aux politiques d�habitat.

Au sujet du soutien des valeurs et initiatives communautaires de base, Jockim Arpurtham, Pr�sident de Shack Slum Dwellers International, a appel� � la solidarit� locale et � des mesures visant � arr�ter les �victions forc�es.

Au sujet de la privatisation de l�habitat, Knut Unger, du CIH, a d�clar� que les trois derni�res d�cennies ont �t� caract�ris�es par la commercialisation de nombreuses sph�res de la vie citadine, mais que dans le domaine de l�habitat, les r�ponses du march� se sont av�r�es partie int�grante du probl�me et non de la solution.

Au sujet de la protection, des droits et des solutions durables en faveur des personnes d�plac�es, Joe Schechla, du CIH, a d�clar� que la soci�t� civile devrait exiger la bonne gouvernance relativement � la question des personnes d�plac�es, question largement n�glig�e dans les d�bats du FUM.

Au sujet de l�implication des locaux dans tous les aspects de la reconstruction post-catastrophes, Wade Rathke, de l�Association des Organisations Communautaires pour des R�formes Maintenant, Etats-Unis, a d�clar� que les gouvernements devraient �tre tenus pour responsables devant rendre compte du financement de l�aide d�urgence dans les situations de catastrophes.

Mettant en exergue les d�fis � relever dans les domaines des droits au logement et � la terre, Miloon Kothari, Rapporteur Sp�cial des Nations Unies sur le Logement Ad�quat, a d�clar� que les gouvernements ont perdu le contr�le du secteur de l�habitat, qui se trouve d�sormais entre les mains de promoteurs et de cartels fonciers priv�s. Il a plaid� en faveur d�une approche fond�e sur les droits de l�Homme, appliqu�e au secteur de l�habitat, et pour la tenue des gouvernements comme responsables devant rendre compte par le biais des r�seaux de la soci�t� civile.

Table Ronde des Chercheurs: R�unie sous le th�me �Planification et Gestion des Villes Durables: de la Recherche � la Pratique,� cette table ronde �tait pr�sid�e par Paula Juron, de l�Institut de l�Habitat � l�Universit� du Chili. Elle a pr�sent� l�objectif de la table ronde consistant � d�gager les voies et moyens d��tablir des passerelles entre la recherche et l�action, et a d�clar� que les �tudes de cas des pr�sentateurs devraient se concentrer sur la recherche men�e sur les villes �cologiquement durables. La s�ance �tait mod�r�e par Patrick Wakeley, de l�University College de Londres.

Vinay Lail, Directeur de la Soci�t� pour les Etudes en Mati�re de D�veloppement, New Delhi, a parl� de la bonne gouvernance des villes en tant que r�sultat de recherches, et Monika Zimmermann, Directrice du Centre de Formation International du Conseil Mondial des Initiatives des Gouvernements Locaux, a pr�sent� un rapport sur les initiatives de recherche de l�UE et leur impact sur les politiques urbaines.

Huang Dingjian, du Gouvernement Populaire de la Ville de Nanjing, a �num�r� un certain nombre de projets dans lesquels la recherche a apport� son soutien � la reconstruction de la ville. Mark Roseland, Directeur du Centre de D�veloppement Communautaire Durable, � l�Universit� Simon Fraser, a appel� � davantage de sensibilisation et de mobilisation en faveur des communaut�s durables.

Martha Schteingart, Centre des Etudes D�mographiques, Urbaines et Environnementales, a appel� � une recherche adapt�e et tourn�e vers l�action et a donn� un aper�u sur l�initiative de planification d�un transit rapide, lanc�e dans la ville de Mexico.

Frauke Kraas, au nom du Programme International des Dimensions Humaines et des R�seaux Urbanisation et Changements Environnementaux Mondiaux, a soulign� la n�cessit� de porter la recherche � une �chelle globale en �tablissant, par exemple, des liens entre les r�chauffements urbains des �les, l�hydrologie urbaine et la migration des maladies aux changements climatiques.

Jean Lebel, du Centre International canadien de Recherche sur le D�veloppement, a parl� de l�application de la recherche � la bonne gouvernance, en particulier, la gestion des villes durables avec transparence et �quit�.

Naison Mutizwa-Mangiza, de ONU-HABITAT, a appel� � des �changes d�information de dimension mondiale et � la publication des r�sultats de la recherche.

Le d�bat s�est concentr� sur la question de savoir si les exigences politiques et les contraintes financi�res risquaient de fausser la recherche, des participants soulignant que la r�duction du financement destin� � la recherche urbaine tend � diminuer le nombre de commandes de projets.

A SUIVRE AUJOURD�HUI

Le tour organis� sous le th�me �Restituer la nature � la ville: Un regard sur les efforts fournis dans le Parc de J�richo de Vancouver� pr�vu � l�origine pour mardi, aura lieu d�sormais le mercredi 21 juin de 16:00 � 18:00.

La R�ception des Femmes aura lieu dans la Salle C, � Fairmont Waterfront Hotel, mardi 20 juin, de 19:00 � 22:00.
 

Le Bulletin du Forum Urbain Mondial est une publication de L�Institut International du D�veloppement Durable (IISD) <info@iisd.ca>, �diteur du Bulletin des N�gociations de la Terre � <enb@iisd.org>. Ce num�ro a �t� r�dig� et �dit� par Xenya Cherny, Leonie Gordon, Sarah Stewart Johnson, William McPherson, Ph.D., Laurel A. Neme, Ph.D., Sabrina Shaw, Peter Wood et Kunbao Xia. Photographies: Leila Mead. Edition num�rique: Bo-Alex Fredvik et Diego Noguera. R�daction en Chef: Pia M. Kohler, Ph.D. <pia@iisd.org>. Directeur du Service Information de l�IIDD: Langston James "Kimo" Goree VI <kimo@iisd.org>. Le financement de la couverture de cette r�union est fourni par Globe Foundation of Canada. L�IIDD est joignable par courrier au 161 Portage Avenue East, 6e Etage, Winnipeg, Manitoba R3B 0Y4, Canada; tel: +1-204-958-7700; fax: +1-204-958-7710. Les opinions exprim�es dans le Bulletin appartiennent � leurs auteurs et ne rendent pas compte forc�ment des points de vue de l�IIDD. Des extraits du Bulletin peuvent �tre utilis�s dans d�autres publications moyennant citation appropri�e. Des versions �lectroniques du Bulletin sont envoy�es � nos listes de distribution de courriel (Formats HTML et PDF) et sont accessibles sur le site Linkages du serveur WWW du Service d�Information de l�IIDD � <http://www.iisd.ca/>. Pour tous renseignements concernant le Bulletin, y compris pour la sollicitation de services de couverture de vos �v�nements, contacter le Directeur du Service d�Information de l�IIDD par courriel � <kimo@iisd.org>, par t�l�phone au: +1-646-536-7556 ou par voie postale au: 212 East 47th St. #21F, New York, NY 10017, USA. L��quipe de l�IIDD au Troisi�me Forum Urbain Mondial est joignable par courriel a <xenya@iisd.org>.