La Consultation régionale nord-américaine du Processus consultatif vers un Mécanisme international d’expertise scientifique sur la biodiversité (IMoSEB) 

30 et 31 janvier 2007 | Montréal, Canada


 Web Daily Coverage:
Tuesday 30
Wednesday 31
Anglaise Compte Rendu HTM PDF
Français Compte Rendu HTM PDF



Digimarc Digital Watermarking | Get more information on how to digitally watermark images

 

English
Version

Le mercredi 31 janvier 2007


La réunion a été déclaré close à 15h20. À propos des discussions qui ont eu lieu au cours des deux derniers jours, le président John Karau a observé que, bien que la réunion n’ait pas fait autant de progrès qu’on aurait pu espérer, elle a cependant donné lieu à une réflexion utile et honnête sur la question. Il a remercié ceux qui ont contribué à l’organisation de la réunion, notamment le Secrétariat exécutif de l’IMoSEB, la Ville de Montréal, la Commission pour la coopération environnementale, Environnement Canada et la Commission canadienne pour l’UNESCO. 

John Karau, Environnement Canada, et Michel Loreau de l’Université McGill


SÉANCE PLÉNIÈRE:


Philippe Le Prestre a présenté en séance plénière le rapport sur les discussions du groupe de travail II. En ce qui concerne les besoins, il a indiqué que les participants n’avaient pas identifié de besoins prioritaires, bien qu’ils se soient concentrés sur deux domaines : l’incorporation de la science dans la prise de décision et dans le développement des stratégies afin de susciter l’intérêt des décideurs; et la nécessité d’améliorer la science et de stimuler les approches interdisciplinaires et la participation multipartite.

 


Liette Vasseur de Laurentian Unversity et rapporteur du groupe de travail I, a présenté en séance plénière le compte rendu des discussions de ce groupe. Elle a mis en exergue la nécessité de cibler les décideurs appropriés dans le processus, soulignant que le « milieu de la pyramide » serait probablement le plus efficace. Elle a également relevé plusieurs sujets de préoccupations, y compris le défi de parler au public des questions de biodiversité.  



Le mercredi en fin de matinée, le rapporteur du groupe de travail, Antony Challenger, du Ministère de l’environnement et des ressources naturelles du Mexique, a présenté le compte rendu des discussions du groupe de travail III. Il a relevé les questions posées par les participants sur ce qui a déjà été accompli par les autres groupes, indiquant que l’on était en train d’envisager un IMoSEB parce que la CDB ne joue pas pleinement son rôle, avec le OSASTT qui est trop politisé et qui a besoin de se refocaliser sur la science. Il a cependant suggéré que l’échec dans la mise en œuvre de la science de la biodiversité n’était pas attribuable à la CDB, mais aux gouvernements, et qu’un IMoSEB pourrait jouer un rôle pour corriger cette situation.


Après la présentation des rapports en séance plénière, le président Karau a fait des observations sur les discussions des groupes de travail. Il a relevé au sein des groupes, une focalisation sur le « quoi, le pourquoi et le comment », et une impression que le statu quo n’est pas suffisant, étant donné que la perte importante de la biodiversité se poursuit.


Leonard Hirsch a rappelé que les demandes d’établissement d’un IMoSEB résultaient de l’absence d’appui financier pour l’information multidisciplinaire et comparable à long terme – information dont on a besoin dans ce domaine.

Clark Miller, Arizona State University, rapporteur du Groupe de travail II, a relevé un certain désaccord entre l’idée selon laquelle la biodiversité est une question nécessitant une gouvernance globale et celle qui veut que la biodiversité soit une préoccupation d’abord au niveau local et national, car c’est là que les défis posés par la biodiversité sont effectivement examinés.

Daniel Benoit a déploré le fait que peu d’attention a été accordée à l’examen du rôle des détenteurs des savoirs traditionnels.


Michel Loreau
de l’Université McGill et co-président du Comité exécutif du Processus consultatif vers un Mécanisme international d’expertise scientifique sur la biodiversité (IMoSEB), a exprimé ses points de vue sur le Mécanisme. Il a mis l’accent sur le caractère rapide de la crise de la biodiversité et a insisté sur le fait que, même dans le contexte complexe actuel, il y a lieu d’aller de l’avant dans l’amélioration de l’interface science-politique


John Karau, Environnement Canada, et Michel Loreau de l’Université McGill












YMB IMoSEB Team with (L-R) Bill McPherson, Sikina Jinnah, Chris Spence, and Robynne Boyd - photo by Franz Dejon

This service was prepared in cooperation with the IMoSEB Consultative Process Secretariat 

Links

IMoSEB Resources
IMoSEB Consultative process Secretariat
IMoSEB Information Center and Documents
IMoSEB regional consultations
IMoSEB Concept Note
Report on Progress of the Consultative Progress at CBD COP-8

IISD RS Resources
IISD Reporting Services summary of the Biodiversity: Science and Governance conference, Paris, January 2005
SD Coverage of the International Conference on Biodiversity, 2005

Linkages Update
MEA-L


Une irrégularité sur cette page? Prière en avertir le Digital Editor
| Retour à la Page d'Accueil de 'Linkages' | Visitez IISDnet | Envoyez e-mail au BNT |
© 2007, IIDD. Tous droits réservés.