Bulletin des Négociations de la Terre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 Un service d'information sur les négociations en matière d'environnement et de développement

 

Format PDF
Format Texte
Version Anglaise
Version Espagnole


Publié par L'Institut International du Développement Durable (iidd)

 

Vol. 26 No. 04
Mardi, 18 janvier 2005

CONFERENCE MONDIALE SUR LA PREVENTION DES CATASTROPHES:

18-22 JANVIER 2005

La Conférence Mondiale sur la Prévention des Catastrophes (CMPC) s'ouvre aujourd'hui à l'Hôtel Portopia, à Kobe, Département de Hyogo, au Japon. La CMPC est soutenue par le Secrétariat Inter-Agences de la Stratégie Internationale pour la Prévention des Catastrophes (SIPC), qui a été désigné Secrétariat de la Conférence. Plus de 5000 participants sont attendus à la CMPC, dont des représentants des gouvernements, des agences spécialisées des Nations Unies, des diverses organisations intergouvernementales (OIG) et non gouvernementales (ONG). La CMPC vise à accroître le profil international de la prévention des risques de catastrophe, à promouvoir son intégration dans la planification et la pratique du développement, et à renforcer les capacités locales et nationales dans le domaine du traitement des causes des catastrophes qui entravent le développement dans de nombreux pays. Les participants à la CMPC se pencheront probablement sur trois documents conclusifs: l'Examen de l'édition 1994 de la Stratégie et du Plan d'Action de Yokohama pour un Monde Plus Sûr; le programme of action de la période 2005-2015; et la déclaration politique.

La CMPC est organisée en trois segments: la Réunion Intergouvernementale, la Réunion Thématique et le Forum Public. Dans la Réunion Intergouvernementale, des négociations auront lieu autour des documents conclusifs. La Réunion Thématique englobera des exposés et des séances de discussions autour de cinq thèmes: la gouvernance, les cadres institutionnels et politiques de la prévention des risques; la détermination des risques, l'évaluation, le suivi et l'alerte précoce; l'information, l'innovation et la sensibilisation pour l'édification d'une culture de sécurité et de résistance; la réduction des facteurs de risque sous-jacents; et la préparation de mesures de réponse efficace. La Réunion Thématique comprendra également des sessions régionales et trois tables rondes de haut niveau consacrées aux thèmes suivants: “Risques de catastrophes: le prochain défi à relever dans le cadre du développement,” “Apprendre à vivre avec le risque,” et “Risques émergeants: que nous réserve l'avenir?” Le Forum Public englobera des ateliers, des stands d'exposition et des sessions consacrées aux posters. En réaction au tsunami de l'Océan Indien de décembre 2004, la CMPC tiendra également des sessions supplémentaires sur le thème de l'alerte précoce face aux tsunamis.

La tenue de la CMPC coïncide avec le dixième anniversaire du tremblement de terre de Great Hanshin-Awaji de 1995, et une cérémonie de commémoration pour les victimes s'est tenue à Kobe, lundi 17 janvier.

BREF HISTORIQUE DE LA GESTION DES CATASTROPHES PAR LES NATIONS UNIES

Ces dernières années, la Prévention des Catastrophes est devenue un sujet de plus en plus important sur la scène internationale. Les catastrophes, notamment, les inondations, les sécheresses, les tempêtes, les glissements de terrains, les tremblements de terre, les tsunamis et les épidémies, exercent un impact de plus en plus important sur les êtres humains en raison de facteurs tels que la croissance démographique et l'urbanisation, la pauvreté grandissante et les évolutions survenant dans l'environnement de la planète, y compris les changements climatiques, la désertification et les pertes de biodiversité. La plupart des décideurs politiques et des autorités universitaires reconnaissent que la mauvaise planification, la pauvreté et une gamme d'autres facteurs sous-jacents, créent une vulnérabilité qui aboutit à des insuffisances au niveau des capacités ou des mesures de réduction des conséquences négatives potentielles des risques. Cette vulnérabilité contribue, autant que les risques naturels eux-mêmes, à l'envergure des catastrophes. Ainsi, les dangers ne se transforment en catastrophes que lorsque les conditions de haut risque sont présentes. De nombreux experts estiment qu'une action visant à réduire les risques est désormais indispensable pour la protection des communautés vulnérables  et pour la réalisation des Objectifs de Développement du Millénaire (ODM).

DECENNIE INTERNATIONALE DE LA PREVENTION DES CATASTROPHES NATURELLES: L'augmentation du nombre de victimes humaines et de dégâts matériels, enregistrée dans les années 1980 a amené l'Assemblée Générale de l'ONU, en 1989, à proclamer la décennie 1990, Décennie Internationale de la Réduction des Catastrophes Naturelles (DIRCN) (résolution 44/236). L'objectif de la DIRCN consiste à traiter de la prévention des catastrophes, dans le cadre d'une gamme d'événements, tels que les tremblements de terre, les tempêtes de vents, les tsunamis, les inondations, les glissements de terrains, les éruptions volcaniques, les feux à propagation rapide, les invasions de criquets et de sauterelles, et la sécheresse et la désertification.

STRATEGIE ET PLAN D'ACTION DE YOKOHAMA: L'un des principaux résultats de la DIRCN a été la Stratégie de Yokohama pour un Monde Plus Sûr, et son Plan d'Action, adoptés en 1994, à la Conférence Mondiale sur la Prévention des Catastrophes Naturelles, à Yokohama, Département de Kanagawa, au Japon. La Stratégie de Yokohama établit les lignes directrices devant encadrer l'action de prévention, de réactivité et d'atténuation des risques de catastrophes. Ces lignes directrices sont basées sur un ensemble de principes qui soulignent l'importance: de l'évaluation des risques; de la prévention et de la réactivité aux catastrophes; de la capacité de prévenir, de réduire et d'atténuer les catastrophes; et de l'alerte précoce. Les principes émanent de la reconnaissance que les mesures préventives sont plus efficaces lorsque les parties prenantes, à tous les niveaux, sont impliquées, et que la vulnérabilité peut être réduite par l'application de "conceptions appropriées" et de "schémas de développement" focalisés sur des groupes cibles. Les principes soulignent également que la communauté internationale devrait partager les technologies de prévention, de réduction et de l'atténuation des catastrophes, et faire montre d'une forte volonté politique dans le domaine de la Prévention des Catastrophes.

STRATEGIE INTERNATIONALE POUR LA PREVENTION DES CATASTROPHES: En 1999, à sa 54ème session, l'Assemblée Générale de l'ONU a décidé la poursuite des activités axées sur la prévention des catastrophes et la réduction de la vulnérabilité, menées durant la DIRCN. Elle a ainsi établi la Stratégie Internationale pour la Prévention des Catastrophes (SIPC), qui est appuyée par l'expertise et les connaissances scientifiques et techniques accumulées durant la DIRCN. Un Secrétariat Inter-agences et un Groupe de Travail Inter-agences sur la Prévention des Catastrophes (GTIA), chargés de la mise en application de la Stratégie, ont également été établis (en vertu, respectivement, de la résolution 54/219 et de la résolution 56/195). Parmi les tâches qui lui sont assignées, le GTIA organise des réunions d'experts ad hoc sur les questions ayant trait à la Prévention des Catastrophes. La dixième réunion s'est déroulée à Genève, les 7 et 8 octobre 2004.

RESOLUTION 58/214 DE L'ASSEMBLEE GENERALE: En février 2004, l'Assemblée Générale de l'ONU a adopté la résolution 58/214, dans laquelle il décide de convoquer une CMRC. La résolution établit les objectifs de la CMRC, qui consistent: à achever l'étude évaluative de la Stratégie et du Plan d'Action de Yokohama, en vue de mettre à jour le cadre directeur régissant la Prévention des Catastrophes, pour le 21ème siècle; à identifier les activités particulières visant à s'assurer de la mise en œuvre des dispositions pertinentes du Plan de Mise en application de Johannesburg (PMAJ), adopté par le Sommet Mondial pour le Développement Durable (SMDD), dans les domaines de la vulnérabilité, de l'évaluation des risques et de la gestion des catastrophes; à partager les bonnes pratiques et les leçons apprises, pour le soutien de la facilitation de la Prévention des Catastrophes dans le cadre de la concrétisation du développement durable et de la détermination des lacunes à combler et des défis à relever; à améliorer la prise de conscience quant à l'importance des politiques de Prévention des Catastrophes, aux fins de faciliter et de promouvoir la mise en œuvre de ces politiques; et à accroître la crédibilité et la disponibilité des données appropriées concernant les catastrophes, au public et aux agences chargées de la gestion des catastrophes, dans toutes les régions, comme établi dans les clauses pertinentes du PMAJ.

PROCESSUS PREPARATOIRE: Après l'adoption de la résolution 58/214, un Comité Préparatoire de la CMPC a été établi et chargé des préparatifs des documents de conclusion pour adoption à la CMPC: une déclaration politique comprenant la vision stratégique concernant la prévention des risques et de la vulnérabilité aux dangers naturels et technologiques, durant la période 2005-2015; et un document programme contenant les éléments devant figurer dans les mesures politiques permettant la mise en application de la vision stratégique établie dans la déclaration, intitulé provisoirement “Edifier la Résistance des Nations et des Communautés, face aux Catastrophes: Cadre d'Action [de Hyogo], 2005-2015.” L'évaluation en cours de la mise en application de la Stratégie et du Plan d'Action de Yokohama, de 1994, fournit le cadre nécessaire à ces documents.

Prepcom I: La première session du Comit� Pr�paratoire de la CMPC s'est d�roul�e � Gen�ve, en Suisse, les 6 et 7 mai 2004. La r�union a trait� des questions de proc�dures, y compris l'adoption du r�glement int�rieur provisoire de la CMPC, l'organisation des travaux et les arrangements propos�s pour l'accr�ditation et la participation dans le processus pr�paratoire et dans la CMPC. Les d�l�gu�s y ont �galement entendu un rapport sur l'�tat d'avancement du processus pr�paratoire de la CMPC, et ont d�battu du plan provisoire annot� de l'examen de la Strat�gie et du Plan d'Action de Yokohama et des �l�ments propos�s pour le programme d'action de la CMPC.

Prepcom II: La deuxi�me session du Comit� Pr�paratoire de la CMPC s'est tenue � Gen�ve, les 11 et 12 octobre 2004. Les d�l�gu�s y ont proc�d� � l'examen d'une nouvelle version du cadre d'action provisoire. Les d�l�gu�s y ont trait�, �galement: de l'accr�ditation des ONG et autres principaux groupes aupr�s du processus pr�paratoire et de la CMPC; du r�glement int�rieur provisoire du processus pr�paratoire et de la CMPC; du format et de l'ordre du jour propos�s pour la CMPC; et du � m�canisme de partenariat.� Les d�l�gu�s ont �galement entendu un rapport sur l'�tat d'avancement du processus pr�paratoire de la CMPC et ont d�battu du projet d'examen de la Strat�gie et du Plan d'Action de Yokohama. A la fin de la deuxi�me session, le Comit� Pr�paratoire a d�cid� d'�tablir un Comit� de R�daction de composition non limit�e, pour poursuivre le travail sur le projet de programme d'action et pour proc�der � l'examen du projet de d�claration politique.

COMITE DE REDACTION: Le comit� de r�daction, auquel prennent part 54 pays, s'est r�uni r�guli�rement � Gen�ve, jusqu'� la date du 14 janvier 2005, et a n�goci� le projet de document conclusif du programme, qui a �t� mis en circulation le 21 d�cembre 2004. Parmi les questions non encore r�solues qui y figurent: les d�finitions et la port�e des dangers devant �tre trait�s par la CMPC, et le point de savoir si les risques et les catastrophes technologiques et �cologiques doivent �tre examin�s; le rattachement  de la pr�vention des risques aux changements climatiques; les ressources financi�res; la r�f�rence aux processus intergouvernementaux en rapport, d�crits actuellement dans l'Annexe attach�e au document; et les responsabilit�s r�gionales, telles que la gestion transfronti�re des bassins fluviaux. Le Comit� de R�daction a �galement �mis des commentaires sur la d�claration politique, qui sera trait�e, � la CMPC, par un groupe de contact.

LES FAITS MARQUANTS DE LA PERIODE INTERSESSIONS

CdP-10 DE L'UNFCCC: La dixi�me Conf�rence des Parties (CdP-10) � la Convention-Cadre sur les Changements Climatiques (UNFCCC) s'est d�roul�e � Buenos Aires, en Argentine, du 6 au 17 d�cembre 2004. Plus de 6100 participants y �taient pr�sents. Tout le long de la CdP-10, les Parties ont proc�d� � des �changes de vue sur les activit�s de l'UNFCCC, de pertinence pour d'autres r�unions intergouvernementales et notamment pour la CMPC. Dans la d�cision finale, la CdP note que les Parties ont proc�d� � des �changes de vue, et ont demand� au Secr�tariat de pr�senter un rapport sur les activit�s de l'UNFCCC de pertinence pour la CMPC. Toutefois, le libell� faisant r�f�rence � la soumission d'un rapport sur la CMPC, � la CdP de l'UNFCCC, a �t� omis.

TSUNAMI DE L'OCEAN INDIEN: Le 26 d�cembre 2004, un tremblement de terre d'intensit� 9.0 sur l'�chelle de Richter, s'est produit sur la c�te ouest de l'�le indon�sienne de Sumatra, provoquant un tsunami massif qui s'est r�pandu � travers l'Oc�an indien en � peine quelques heures, touchant les littoraux d'au moins 12 pays et provoquant la mort de plus de 160000 personnes et la perte de millions de moyens de vivre. La communaut� internationale y a r�pondu par d'importants secours humanitaires et dons financiers au profit des r�gions touch�s. Des conf�rences consacr�es � l'aide ont �t� tenues les 6 et 12 janvier 2005, respectivement, � Jakarta, en Indon�sie, et � Gen�ve, en Suisse, aboutissant � l'annonce de la mise en place d'un syst�me d'alerte pr�coce pour les tsunamis dans l'Oc�an Indien, et de l'am�lioration de l'effort de secours international, mobilis� par les Nations Unies.

REUNION INTERNATIONALE SUR L'EVALUATION DE L'APPLICATION DU PAB: La R�union Internationale sur l'Evaluation D�cennale de l'Application du Programme d'Action de la Barbade (PAB) pour le d�veloppement durable des petits Etats insulaires en d�veloppement (PEID) s'est d�roul�e du 10 au 14 janvier 2005, � Port Louis, � Maurice. Les n�gociations intergouvernementales ont �t� focalis�es sur la conclusion de la Strat�gie de Maurice pour la suite de la mise en application du PAB. La Strat�gie de Maurice souligne que les PEID entreprennent un renforcement de leurs cadres nationaux en vue d'une gestion plus efficace des catastrophes et s'engagent, avec le soutien n�cessaire de la communaut� internationale: � renforcer la SIPC et les m�canismes r�gionaux qui s'y rapportent mis en place par les PEID, comme autant de dispositifs pour l'am�lioration de l'att�nuation des catastrophes et des capacit�s de pr�paration et d'alerte pr�coce, � l'�chelon national, de la prise de conscience du public quant � la Pr�vention des Catastrophes, de la stimulation des partenariats interdisciplinaires et intersectoriels, et de l'int�gration de la gestion des risques dans le processus de la planification nationale; � utiliser les opportunit�s offertes, telles que la CMPC, pour se pencher sur les pr�occupations particuli�res des PEID, y compris les questions ayant trait aux arrangements d'assurance et de r�assurance en faveur des PEID; et � augmenter les capacit�s des PEID dans le domaine de la pr�vision et de la r�ponse aux catastrophes naturelles et environnementales.

Les participants ont �galement adopt� la D�claration de Maurice, qui, entre autres, mentionne le tsunami de l'Oc�an indien de d�cembre 2004, comme �tant une indication du besoin d'�laborer et de renforcer les syst�mes efficaces de r�duction des risques des catastrophes et d'alerte pr�coce, les secours d'urgence et les capacit�s de r�habilitation et de reconstruction.


Ce num�ro du Bulletin des N�gociations de la Terre � <enb@iisd.org> a �t� r�dig� par Alice Bisiaux, Rachel Carrell, Pia Kohler, Lisa Schipper, Ph.D., et Andrey Vavilov, Ph.D. Edition num�rique: Francis Dejon. Version fran�aise: Mongi Gadhoum. Editrice en chef: Pamela S. Chasek, Ph.D. <pam@iisd.org>. Directeur du Service Information de l'IIDD: Langston James "Kimo" Goree VI <kimo@iisd.org>. Les principaux bailleurs de fonds du Bulletin sont: Le gouvernement des Etats-Unis (� travers le Bureau des oc�ans et des affaires environnementales et scientifiques internationales, du d�partement d'Etat am�ricain); le gouvernement du Canada (� travers l'ACDI); l�Office F�d�ral de l�Environnement, des For�ts et du Paysage (OFEFP); le Royaume-Uni (� travers le DFID); le minist�re danois des affaires �trang�res; le gouvernement allemand (� travers les minist�res de l'environnement (BMU) et de la coop�ration pour le d�veloppement (BMZ)); le minist�re n�erlandais des affaires �trang�res, et la Commission Europ�enne (DG-ENV). Un soutien g�n�ral a �t� accord� au Bulletin, au titre de l'exercice 2005, par: le PNUE; le gouvernement australien; le minist�re f�d�ral autrichien de l'agriculture, des for�ts, de l'environnement et de la gestion des eaux; les minist�res su�dois de l'environnement et des affaires �trang�res; les minist�res norv�giens de l�environnement et des affaires �trang�res; les minist�res finlandais de l�environnement et des affaires �trang�res; Swan International; le minist�re nippon de l'environnement (� travers l'IGES), le minist�re nippon de l'�conomie, du commerce et de l'industrie (� travers GISPRI). La version fran�aise est financ�e par le minist�re fran�ais des affaires �trang�res et l'IEPF/OIF. Le Financement de la version espagnole est fourni par le minist�re espagnol de l�environnement. Les opinions exprim�es dans le Bulletin appartiennent � leurs auteurs et ne refl�tent pas n�cessairement les vues de l'IIDD et des bailleurs de fonds. Des extraits du Bulletin peuvent �tre utilis�s uniquement dans des publications non commerciales moyennant une citation appropri�e. Pour tout renseignement, y compris les demandes de couverture d'�v�nements par nos services, contacter le Directeur du Service d'Information de l'IIDD <kimo@iisd.org>, au +1-646-536-7556 ou 212 East 47th St. #21F, New York, NY 10017, USA. L��quipe du BNT � la CMRC est joignable directement par e-mail �: <lisa@iisd.org>.