Bulletin des Négociations de la Terre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Un service d'information sur les négociations en matière d'environnement et de développement

 

Format PDF
Format Texte
 Version Anglaise
Version Espagnole
Version Japonaise


Publié par L'Institut International du Développement Durable (IIDD)

 

Vol. 12 No. 294
Vendredi 28 avril 2006

LES FAITS MARQUANTS DE LA GIEC-25:

JEUDI 27 AVRIL 2006

Les délégués se sont réunis en séance plénière, le matin, l'après-midi et dans la soirée, pour la discussion des procédures devant encadrer l'élection du Bureau du GIEC et du Bureau de tout Groupe d'Action, des politique et processus d'admission des organisations observatrices, du futur programme de travail du Groupe d'Action sur les Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre (GAI), de l'éventuelle revue des attributions du GIEC et des Lignes Directrices de 2006. Les délégués ont également entendu lecture de rapports sur l'état d'avancement des travaux d'élaboration du RE4 et d'autres activités du GIEC. L'EAF s'est réunie pour poursuivre la discussion des programme et budget du GIEC au titre de la période 2006-09, et des groupes de contact sur les scénarios d'émissions et sur les Lignes Directrices de 2006 se sont également réunis. Les Principaux Auteurs Coordinateurs des Lignes Directrices de 2006 ont tenu une séance de questions-réponses à l'heure du déjeuner.

PROCEDURES D'ELECTION

En introduisant le projet de règlement intérieur concernant l'élection du Bureau du GIEC et du Bureau de tout Groupe d'Action (IPCC-XXV/Doc. 5), la Secrétaire du GIEC, Christ, a rappelé que les délégués se sont accordés, à la GIEC-24, sur le contenu de toutes les règles, à l'exception de la Règle 20 dont le libellé crocheté stipule que les nominations à la Présidence du GIEC, au Bureau du GIEC et au Bureau de tout Groupe d'Action sont à être faites par les gouvernements des membres du GIEC.

Mettant en exergue la position du GIEC en tant qu'organisation intergouvernementale et en tant que personnes individuelles devant représenter leurs propres pays, la FEDERATION DE RUSSIE a fait part de son appui à l'idée de supprimer les crochets entourant la Règle 20, comme l'ont fait d'autres participants, dont l'ARGENTINE, l'AUTRICHE, l'ARABIE SAOUDITE, la FRANCE, les ETATS-UNIS, la CHINE et le KENYA. La SUISSE a mis en relief les accomplissements du GIEC, à de nombreux niveaux, en termes de représentation scientifique et gouvernementale et a souligné la mobilité de la communauté scientifique. Le SRI LANKA a suggéré que l'interprétation de la Règle 20, telle qu'elle est entendue par la plénière, à savoir que les personnes individuelles doivent être désignées par le gouvernement de leurs propres pays, soit enregistrée.

Les délégués ont accepté la Règle 20 telle que formulée et ont adopté le règlement intérieur avec quelques amendements rédactionnels mineurs.

POLITIQUE ET PROCESSUS D'ADMISSION DES ORGANISATIONS OBSERVATRICES

Se référant à la proposition révisée concernant les politique et processus d'admission des organisations observatrices (IPCC-XXV/Doc. 7) et la synthèse des données fournies par les organisations sur requête du Secrétariat du GIEC (IPCC-XXV/INF. 2), la Secrétaire du GIEC, Christ, a suggéré d'accepter automatiquement les demandes émanant des organisations qui sont déjà observatrices au sein de l'OMM, au PNUE ou à l'UNFCCC. Elle a précisé que les organisations observatrices seraient admises dans les séances plénières mais pas dans les réunions sur invitation, et que les organisations établies directement par un gouvernement ne peuvent pas se présenter comme étant des ONG.

Les ETATS-UNIS, appuyés par l'AUTRICHE, ont suggéré que le Bureau du GIEC ne devrait pas avoir une quelconque prérogative décisionnelle officielle dans l'approbation des organisations observatrice. Le ROYAUME-UNI et le KENYA ont parlé de la période de cinq ans prévue pour la révision des organisations observatrices. Le MAROC, appuyé par le ROYAUME-UNI, s'est enquis de la manière dont une organisation observatrice pouvait voir son statu révoqué. L'AUSTRALIE a suggéré que l'admission des organisations observatrices soit à la discrétion du Président du GIEC. La CHINE, à laquelle ont fait écho l'ARABIE SAOUDITE et l'IRAK, a déclaré qu'il devrait être nécessaire pour les organisations candidates d'obtenir d'abord l'approbation de leur propres gouvernements nationaux. La discussion se poursuivra dans la plénière du vendredi.

PROGRAMME DE TRAVAIL FUTUR DU GAI

Le Coprésident du BGA, Hiraishi, a présenté le programme de travail futur du GAI (IPCC-XXV/Doc. 10), soulignant, entre autres, le travail accompli par le NGGIP sur la Base des Données du GIEC concernant les Facteurs d'Emissions (BDFE) et son plan d'élaboration d'un logiciel informatique qui met en application les méthodes Tier 1 des Lignes Directrices de 2006. Il s'est également référé aux plans du NGGIP: d'élaboration, en tant que partie intégrante de ses activités de communication, d'une brochure consacrée aux Lignes Directrices de 2006 et qui répond aux questions posées fréquemment; de contribution aux cours de formation; et de la tenue, fin 2006, d'une réunion d'experts sur les inventaires, consacrée à l'élaboration du plan de travail futur.

La SUISSE, avec l'Autriche et la NORVEGE, a souligné l'importance de l'examen de la manière dont les dispositifs de mesures satellitaires et autres pourraient contribuer aux inventaires nationaux. SAMOA a accueilli favorablement la nouvelle de l'élaboration d'un logiciel et a appelé au soutien des Pays les Moins Avancés, en particulier dans la mise en place de systèmes plus efficaces de collecte et de gestion des données. Le MALAWI et le BENIN ont accueilli avec satisfaction la production de la brochure et autres activités de communication mentionnées, tandis que la SYRIE, l'IRAN, le GHANA, la GAMBIE, le SIERRA LEONE, le KENYA et d'autres ont souligné l'importance de l'aide aux pays en développement.

Les PAYS-BAS et les ETATS-UNIS ont souhaité avoir des éclaircissements sur la brochure proposée et ont appelé à une large participation dans la réunion d'experts. La CHINE a souligné la nécessité d'une représentation équilibrée des pays industrialisés et en développement. L'ESPAGNE a souligné l'importance de la BDFE.

Les délégués ont accepté la proposition d'une réunion d'experts sur les inventaires, en tenant compte des observations faites durant la discussion, et que le Président du GIEC, Pachauri, écrira au Gouvernement du Japon, pour le remercier pour son soutien.

LIGNES DIRECTRICES DE 2006

Une autre séance de questions réponses, à l'heure du déjeuner, avec les Principaux Auteurs Coordinateurs, a été tenue pour examiner les aspects techniques des Lignes Directrices de 2006, au cours de laquelle, le Coprésident du BGA, Hiraishi, a indiqué que certaines révisions aux chapitres des Lignes Directrices de 2006, consacrés aux terres humides, à l'absorption du dioxyde de carbone par le béton, et à la combustion spontanée, ont été faites après les groupes de contact et les discussions non officielles.

Après la discussion par le Président du GIEC, Pachauri, et la FEDERATION DE RUSSIE concernant la procédure devant encadrer l'acceptation du matériel implicite et de l'objectif du collationnement des observations gouvernementales (IPCC-XXV/Doc. 4b, Supp. 1), le Groupe a entamé l'examen du chapitre consacré à la Vue d'ensemble, paragraphe par paragraphe. L'ARGENTINE, appuyée par l'ARABIE SAOUDITE et la FEDERATION DE RUSSIE, et contrée par l'AUTRICHE, le PEROU, la SUISSE et les ETATS-UNIS, a suggéré que les méthodologies soient mentionnées comme étant des méthodologies révisées.

Au cours d'une séance nocturne, les Principaux Auteurs Coordinateurs ont informé les délégués des révisions importantes opérées dans le texte sur la base des observations gouvernementales (IPCC-XXV/Doc. 4b, Add.1). Les délégués ont également examiné des libellés portant, entre autres, sur la moyenne pluriannuelle dans le secteur de l'Agriculture, des Forêts et Autres Utilisations des Sols (AFAUS), sur la relation entre les Lignes Directrices de 2006 et la BDFE, et sur la pertinence politique des Lignes Directrices de 2006. Apr�s divers amendements et r�visions d'ordre r�dactionnel, les d�l�gu�s ont adopt� le chapitre consacr� � la Vue d'ensemble et ont accept� les Lignes Directrices de 2006.

REVISION DES ATTRIBUTIONS DU GIEC

La Secr�taire du GIEC, Christ, a introduit un document d'information g�n�rale sur la revue des attributions du GIEC (IPCC-XXV/Doc. 8), expliquant qu'� sa 14e session, en 2003, le Congr�s de l'OMM a encourag� le GIEC a proc�der � une r�vision des attributions du GIEC. Le KENYA a sugg�r� que cette r�vision pourrait englober l'examen du travail actif men� avec la communaut� scientifique dans les domaines des avantages relatifs et de la cr�ation des capacit�s dans les pays en d�veloppement. Les d�l�gu�s ont d�battu du calendrier de la r�vision, et le MAROC, appuy� par le NIGERIA, a appel� � l'�tablissement d'un groupe de travail pour l'examen de la question. Soulignant que les attributions du GIEC ont bien servi l'organisation, l'AUSTRALIE, avec l'appui de la SUISSE, du ROYAUME-UNI, du CANADA, de la NOUVELLE ZELANDE, de l'ALLEMAGNE, du PEROU et d'autres, a sugg�r� qu'une r�vision � court terme men�e par une �quipe de travail restreinte, avec le Pr�sident du GIEC, pourrait convenir. Le Pr�sident Pachauri a sugg�r�, et les d�l�gu�s ont accept�, que le Secr�tariat du GIEC retourne � la pl�ni�re, vendredi, avec des propositions de noms pour l'�quipe restreinte devant l'aider � la conduite de la r�vision, pour examen � la GIEC-26, qui, si accept�es, pourraient �tre pr�sent�es au Congr�s de l'OMM.

RAPPORTS SUR L'ETAT D'AVANCEMENT DES ACTIVITES

Groupe de Travail I: Susan Solomon (Etats-Unis), Copr�sidente du Groupe de Travail I, a pr�sent� un rapport sur les progr�s accomplis dans l'�laboration du RE4 (IPCC-XXV/Doc. 13). Elle a soulign� que le prochain Bureau du GIEC devrait consid�rer la possibilit� de proc�der � un r�examen du r�glement int�rieur du GIEC concernant les r�visions, �tant donn� l'�mergence de nouveaux m�dias �lectroniques.

Groupe de Travail II: Pr�sentant un rapport sur les avanc�es r�alis�es dans la poursuite du RE4 (IPCC-XXV/Doc. 15), Martin Parry (Royaume-Uni), Copr�sident du Groupe de Travail II, a indiqu� �tre d'avis que le r�glement int�rieur du GIEC devait �tre r�vis�, mais a ajout� que le prochain Bureau du GIEC devrait �galement examiner les mani�res dont les Groupes de Travail collaborent avec les scientifiques dans le cadre sub-proc�dural. Les d�l�gu�s ont convenu qu'une fois le RE4 achev�, un groupe restreint des membres du GIEC pourrait �laborer un document fournissant au prochain Bureau du GIEC, des orientations concernant les proc�dures du GIEC, devant encadrer la r�vision.

Groupe de Travail III: Le Copr�sident du Groupe de Travail III, Ogunlade Davidson (Sierra Leone), a pr�sent� un rapport sur les progr�s accomplis dans la r�alisation du RE4 (IPCC-XXV/Doc. 18), soulignant l'attention des m�dias � l'�gard du Rapport Sp�cial du GIEC concernant le Pi�geage et la fixation du Dioxyde de Carbone.

Rapport de Synth�se du RE4: Le Pr�sident Pachauri a inform� le Groupe que le comit� de r�daction central charg� du Rapport de Synth�se du RE4 (IPCC-XXV/INF. 5) a �t� pr�sent� au Bureau du GIEC et que la premi�re r�union du comit� se tiendra dans pr�s de trois mois.

TGICA: Le Copr�sident du TGICA, Jose Marengo (Br�sil), a pr�sent� un rapport sur les progr�s r�alis�s sur le TGICA (IPCC-XXV/Doc. 14), y compris une vue d'ensemble sur sa 11e session tenue � la Ville du Cap, en Afrique du Sud, du 7 au 9 f�vrier 2006.

BDFE: Le Copr�sident du TGICA, Taka Hiraishi (Japon) a mis � jour le Groupe sur l'adh�sion propos�e du Comit� de r�daction de la BDFE (IPCC-XXV/Doc. 16).

PROGRAMME ET BUDGET DU GIEC AU TITRE DE LA PERIODE 2006-09

Au cours de la s�ance du matin du GAF, les d�l�gu�s ont proc�d� � l'examen des contributions apport�es par le Groupe de Travail TSUs et GAI concernant leurs activit�s planifi�es et ont poursuivi la discussion de la question du rapport budg�taire annuel important, et des raisons des d�calages entre les d�penses pr�visionnelles et celles r�elles. Au cours de la s�ance nocturne, les d�l�gu�s ont examin� un projet de d�cision concernant les programme et budget de 2006-2009, propos� par les Copr�sidents et les estimations budg�taires mises � jour au titre de 2006 et 2007. Un projet de d�cision r�vis� sera disponible vendredi matin. Le GAF est programm� pour se r�unir de nouveau en d�but d'apr�s-midi.

SCENARIOS D'EMISSIONS

Le matin et � l'heure du d�jeuner, des groupes de contact copr�sid�s par Ismail Elgizouli (Soudan) et Jean-Pascal van Ypersele (Belgique), ont �t� convoqu�s pour d�battre de la suite des travaux sur de nouveaux sc�narios d'�mission. Les points abord�s ont englob� la proposition des Copr�sidents de s�lection d'un petit nombre de seuil limite de trajectoires d'�missions, � utiliser dans le prochain tour des �tudes scientifiques du climat, le timing et le financement d'un document technique qui suit le RE4, et une suggestion par le Royaume-Uni de cr�er un nouveau groupe d'action. Les ETATS-UNIS ont propos� que le Groupe, entre autres, r�affirme la principale fonction du GIEC, d'�valuation scientifique, catalyse l'�laboration ind�pendante de sc�narios au sein de la communaut� de la mod�lisation climatique, et demande que le TGICA, en coordination avec les Copr�sidents des Groupes de Travail, organise, tout de suite apr�s l'ach�vement du RE4, une r�union consacr�e � la d�termination d'une liste des caract�ristiques souhaitables et faisables, � �laborer par la communaut� des �laborateurs des sc�narios, pour l'�valuation des donn�es disponibles pour les nouveaux sc�narios d'�missions.

DANS LES COULOIRS

Les discussions de groupe de contact sur le r�le du GIEC dans les sc�narios d'�missions, ont d�bord� dans les couloirs, jeudi, plusieurs participants percevant ce sujet comme �tant un indicateur cl� de la direction future et du r�le du GIEC dans les ann�es � venir. Les divergences de vues entre les participants �taient �videntes, certains d�l�gu�s estimant que le r�le du GIEC est un r�le de coordination, tandis que d'autres ont d�clar� qu'il devrait avoir davantage un r�le d'�valuation. Quel que soit le point de vue qui �mergera finalement des discussions, aujourd'hui, de nombreux d�l�gu�s semblent convaincus que ce d�bat continuera � �tre une caract�ristique des r�unions du GIEC dans le futur.

Au regard des observations faites dans le groupe de contact sur les sc�narios d'�missions, que le GIEC ne doit pas �tre per�u comme �tant �en train de sautiller sur le lit avec la communaut� de la mod�lisation du climat,� des d�l�gu�s ont signal� en plaisantant que la circulation � Port Louis pourrait ne pas �tre l'unique raison de l'arriv�e tardive de certains participants � la r�union, jeudi matin.

COMPTE RENDU FINAL DU ENB: Le num�ro du Earth Negotiations Bulletin consacr� au compte rendu final et � l'analyse de la GIEC-25 sera disponible en ligne, � partir de lundi 1er mai 2006, �: http://www.iisd.ca/climate/ipcc25/
 

Ce num�ro du Bulletin des N�gociations de la Terre � <enb@iisd.org>, a �t� r�dig� par Ingrid Barnsley, Alexis Conrad, Mar�a Guti�rrez, et Sarah Stewart Johnson. Edition num�rique: Langston James "Kimo" Goree VI. Version fran�aise: Mongi Gadhoum. Edition en chef: Pam Chasek, Ph.D. <pam@iisd.org>. Directeur du Service Information de l'IIDD: Langston James Goree VI <kimo@iisd.org>. Les principaux bailleurs de fonds du Bulletin sont: Le gouvernement des Etats-Unis (� travers le Bureau des oc�ans et des affaires environnementales et scientifiques internationales du d�partement d'Etat am�ricain), le gouvernement du Canada (� travers l'ACDI), l'agence suisse de l'environnement, des for�ts et des paysages (SAEFL), le Royaume-Uni (� travers le d�partement du d�veloppement international (DFID), le minist�re danois des affaires �trang�res, le gouvernement allemand (� travers les minist�res de l'environnement (BMU) et de la coop�ration pour le d�veloppement (BMZ)), le minist�re n�erlandais des affaires �trang�res, la commission europ�enne (DG-ENV), et la direction g�n�rale de la protection de la nature, du minist�re italien de l'environnement et de l'am�nagement du territoire. Un soutien g�n�ral a �t� accord� au Bulletin, au titre de l'exercice 2006, par: le programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), le gouvernement australien, le minist�re f�d�ral autrichien de l'environnement, le minist�re n�o-z�landais des affaires �trang�res et du commerce, Swan International, le minist�re nippon de l'environnement (� travers l'IGES) et le Minist�re nippon de l'�conomie, du commerce et de l'industrie (� travers GISPRI). La version fran�aise est financ�e par le minist�re fran�ais des affaires �trang�res et l'IEPF/OIF. Le financement de la version espagnole du Bulletin a �t� fourni par le minist�re espagnole de l'environnement. Les opinions exprim�es dans le Bulletin appartiennent � leurs auteurs et ne refl�tent pas n�cessairement les vues de l'IIDD et des bailleurs de fonds. Des extraits du Bulletin peuvent �tre utilis�s uniquement dans des publications non commerciales moyennant une citation appropri�e. Pour tous renseignement, y compris les demandes de couverture d'�v�nements par nos services, contacter le Directeur du Service d'Information de l'IIDD par courriel �: <kimo@iisd.org> ou par t�l�phone au: +1-212-644-0217 ou par voie postale au: 212 East 47th St. #21F, New York, NY 10017, USA. L'�quipe du ENB � la GIEC-25 est joignable par courriel � <Ingrid@iisd.org>.