Bulletin des Négociations de la Terre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 Un service d'information sur les négociations en matière d'environnement et de développement

 

Format PDF
Format Texte
Version Anglaise


Publié par L'Institut International du Développement Durable (iidd)

 

Vol. 12 No. 246
Mercredi 10 novembre 2004
 

LES FAITS MARQUANTS DE LA GIEC-22:

MARDI 9 NOVEMBRE 2004

La 22e session du Groupe Intergouvernemental sur les Changements Climatiques (GIEC) s'est ouverte, mardi, à New Delhi, en Inde. Le matin, les délégués ont entendu les déclarations liminaires, approuvé le projet de rapport de la GIEC-21 et pris connaissance des rapports des Groupes de Travail (GT) sur l'état d'avancement de leurs apports au RE4. L'après-midi, les délégués ont entendu les mises à jour apportées au Rapport Spécial sur la Sauvegarde de la Couche d'Ozone et du Système  Climatique de la Planète, au Rapport Spécial sur le Piégeage et le Stockage du Dioxyde de Carbone, à l'édition 2006 des Directives du GIEC concernant les Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre, et du Groupe de Travail sur l'Appui des Données et Scénario nécessaires à l'Analyse des Effets Climatiques (TGICA). Ils ont également entamé les discussions sur la portée, le contenu et le processus du Rapport de Synthèse du RE4 (RS). Des groupes de contact sur la question du travail sur le terrain et sur le programme et budget du GIEC, se sont également réunis.

SESSION D'OUVERTURE

Prodipto Ghosh, Secrétaire d'Etat au Ministère Indien de l'Environnement et des Forêts, a mis l'accent sur le service rendu par le GIEC aux Parties à l'UNFCCC et au Protocole de Kyoto et à la communauté des décideurs politiques, en général. R.K. Pachauri, Président du GIEC, a déclaré que le GIEC doit respecter les vues de chaque membre et que chaque membre doit respecter les vues du Groupe. Il a souligné l'importance de synchroniser les résultats avec l'ordre du jour de la communauté politique mondiale, et la nécessité d'une coordination et d'une intégration plus importante entre les GT.

Michel Jarraud, Secrétaire Général de l'OMM, a mis en relief l'apport scientifique que le GIEC fournirait à la CdP-10 de l'UNFCCC, à la Réunion Internationale pour l'Evaluation Décennale du Programme d'Action de la Barbade pour les petits Etats insulaires en développement, et à la Conférence Mondiale sur la Réduction des Catastrophes (CMRC). Il a précisé que la souplesse du GIEC devrait lui permettre de traiter d'autres sujets et a souligné l'importance du thème transversal de l'eau.

Klaus Töpfer, Directeur Exécutif du PNUE, a qualifié le GIEC de modèle extraordinaire de coopération et d'intégration entre science et politique. Il a mis en relief l'importance des travaux du GIEC dans le cadre des processus politiques en rapport, par delà ceux focalisés sur les changements climatiques. Il a indiqué que le RE4 implique davantage d'auteurs femmes et davantage de pays en développement que ne l'a fait le TRE.

Halldór Thorgeirsson, Coordonnateur du SBSTA de l'UNFCCC, a noté que suite à sa ratification par la Fédération de Russie, le Protocole de Kyoto va probablement entrer en vigueur en février 2005. Il a souligné le besoin de soutenir l'adaptation aux changements climatiques, faisant état également des rôles de l'UNFCCC et de la CMRC. Evoquant les processus liés au GIEC, d'importance pour l'UNFCCC, il a passé en revue les travaux sur le suivi climatique, la révision continue des directives concernant l'établissement des rapports consacrés aux gaz à effet de serre (GES), et les directives concernant les bonnes pratiques dans l'utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie.

Thiru A. Raja, Ministre Indien de l'Environnement et des Forêts, a souligné l'importance de s'assurer que les conclusions du RE4 parviennent au grand public. Il a mis en exergue, entre autre, la nécessité pour la RE4 de mettre l'accent sur la recherche dans les pays en développement et l'importance de se focaliser sur l'adaptation ainsi que sur les initiatives pour le contrôle des émissions.

APPROBATION DU PROJET DE RAPPORT DE LA GIEC-21

Le rapport (IPCC-XXII/Doc.3) a été approuvé avec un amendement introduit par la SUISSE, clarifiant l'intervention sur les résultats de la réunion sur les processus affectant les stocks terrestres de carbone et les influences humaines exercées sur eux.

RAPPORTS SUR L'ETAT D'AVANCEMENT DES TRAVAUX

SUR L'APPORT DES GT AU RE4: GT-I: Dahe Qin (Chine), Coprésident du GT-I, a parlé des progrès accomplis dans la contribution apportée par le GT-I au RE4 (IPCC-XXII/Doc.9), précisant que Les Principaux Auteurs et Rédacteurs de l'Evaluation ont été sélectionnés et que le projet de rapport sera présenté en mai 2005. Il a indiqué que le GT-I a mis en place un système électronique permettant d'accéder facilement aux documents et aux données.

GT-II: Martin Parry (Royaume-Uni), Coprésident du GT-II, a introduit le rapport du GT-II (IPCC-XXII/Doc.10). Il a indiqué que le groupe est en passe de produire son rapport dans les temps impartis, précisant qu'il a sélectionné des auteurs, soulignant la nécessité d'une représentation géographique équilibrée et impliquant les scientifiques nouvellement introduit dans le GIEC. Il a décrit les étapes à venir et l'intégration de thèmes transversaux, notamment celui de l'eau.

GT-III: Faisant référence au rapport GT-III (IPCC-XXXII/Doc.11), Ogunlade Davidson (Sierra Leone), Coprésident du GT-III, a indiqué que le groupe a tenter d'accroître la représentation régionale au sein de son équipe chargée du RE4 et a introduit de nouveaux auteurs dans le processus de rédaction. Il a attiré l'attention sur les réunions prévues prochainement sur l'intégration de l'adaptation et de l'atténuation et du développement durable, et sur les scénarios des émissions.

L'IRAN a requis que les calendriers de soumission des projets de rapports des GT devraient être ajustés en vue d'accélérer le parachèvement de chacun des rapports. L'INDE a encouragé que l'accès au journal en ligne du GT-I soit étendu aux autres GT. Il a également recommandé que les détails de l'équilibre géographique et de l'équilibre hommes/femmes devraient être rapportés en utilisant les mêmes catégories pour chacun des GT.

L'Autriche a suggéré que la Plénière soit informée des résultats des réunions du GT-III sur les scénarios des émissions, compte tenu de la grande sensibilité et de la pertinence de ces informations. La SUISSE a souligné que les questions sensibles au plan politique ne devraient pas être abordés sur un mode technique.

RAPPORT SPECIAL SUR LA SAUVEGARDE DE LA COUCHE D'OZONE ET DU SYSTEME CLIMATIQUE DE LA PLANETE: Bert Metz (Pays-Bas), Coprésident du GT-III, a introduit le rapport (IPCC-XXII/Doc.13/Rev.1), a passé en revue les modifications apportées à la portée du rapport et a précisé que ce dernier sera achevé en avril 2005.

RAPPORT SPECIAL SUR LE PIEGEAGE ET LE STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE: Le Coprésident du GT-III, Metz, a précisé que l'achèvement du rapport a été reporté à septembre 2005, pour prendre en ligne de compte la nouvelle littérature intéressant ce domaine (IPCC-XXII/Doc.14). Il a fait état de l'expérimentation entreprise actuellement dans le processus d'évaluation, dans laquelle la revue d'experts est menée de manière anonyme, pour améliorer l'objectivité dans les réponses aux commentaires.

L'AUTRICHE, contrée par la FEDERATION DE RUSSIE, a apporté son appui à l'expérimentation des revues anonymes. Le Président Pachauri a indiqué que les résultats de cette expérimentation seraient examinés par le Groupe en temps voulu.

EDITION 2006 DES DIRECTIVES DU GIEC CONCERNANT LES INVENTAIRES NATIONAUX DES GES: Thelma Krug (Brésil), Coprésidente du Groupe de travail sur les Inventaires Nationaux de GES (GTI), a rapporté que cinq réunions ont été tenues, couvrant l'ensemble des cinq volumes des directives (IPCC-XXII/Doc.12). Elle a précisé que les méthodologies applicables aux produits ligneux peuvent être incluses, et a souligné que les directives viseraient à fournir de nouvelles lignes directrices pour l'amélioration de la cohérence dans l'élaboration des rapports concernant les émissions de dioxyde de carbone. Faisant état de la complexité et des incertitudes des questions ayant trait à l'aérosol, Taka Hiraishi (Japon), Coprésident du GTI, a mis en relief les points de vues alternatifs sur le timing de la réunion d'experts et a indiqué qu'une petite réunion d'experts, serait convoquée en 2005 (IPCC-XXII/Doc.16). La FEDERATION DE RUSSIE a déclaré que les aérosols d'origine volcanique devraient être traités. L'AUTRICHE a déclaré que la réunion devrait inclure des experts issus de la Commission Economique des Nations Unies pour l'Europe. La SUISSE a recommandé de poursuivre les travaux sur les aérosols, mais a remis en question la poursuite du débat autour des méthodologies applicables aux questions non entièrement résolues dans le processus de l'UNFCCC, et a plaidé pour la tenue de consultations avec le SBSTA.

TGICA: Renate Christ, Secrétaire du GIEC, a introduit le rapport sur les progr�s accomplis sur le TGICA, mettant en relief les r�sultats de la premi�re r�union tenue dans le cadre de son nouveau mandat, au mois de septembre 2004 (IPCC-XXII/Doc.15). Elle a pr�cis� que les participants y ont proc�d� � l'examen de nombreuses questions, dont celles ayant trait � la facilitation de l'acc�s aux archives du nouveau Mod�le G�n�ral de Circulation (MGC), au renforcement des capacit�s et aux donn�es socio�conomiques. Le d�l�gu� des PAYS-BAS a mis en garde contre l'interpr�tation du r�sultat tir� des ensembles de donn�es comme �tant des �donn�es du GIEC.�

PORTEE, CONTENU ET PROCESSUS DU RS DU RE4

Le Pr�sident Pachauri a donn� un aper�u sur la proposition d'�laborer le RS du RE4 (IPCC-XXII/Doc.5), d�crivant la n�cessit� d'un tel rapport, soulignant la suggestion que sa longueur soit limit�e � 30 pages, environ, et expliquant que l'�quipe r�dactionnelle propos�e consisterait de quatre � six r�dacteurs issus de chacun des GT, qui seront s�lectionn�s par le Pr�sident du GIEC, en consultation avec les Copr�sidents des GT. Le Secr�taire du GIEC, Christ, a introduit deux calendriers possibles, soulignant que les deux options tiennent compte de la  IPCC-XIX/Decision 6, en vertu de laquelle le RS doit �tre finalis� au cours du dernier trimestre de 2007. 

Martin Manning (Etats-Unis), de l'Unit� d'Appui Technique (UAT) du GT-I, a fait part de ses r�serves concernant le calendrier de calendrier propos� pour la  pr�sentation d'une copie avanc�e du RS du RE4 � la CdP-13 de l'UNFCCC, en novembre 2007. Appuy�e par plusieurs autres, il a encourag� le report de la d�cision sur le timing. L'AUTRICHE a sugg�r� que l'�quipe des r�dacteurs du RS devait �tre consult�e quant � la d�termination du timing.

Avec l'AUTRICHE, le MAROC, le SOUDAN, le ROYAUME UNI, l'AUSTRALIE et d'autres, la NOUVELLE ZELANDE a apport� son appui � la production du RS du RE4. Elle a soulign� la n�cessit� d'un accord sur la gestion, la port�e et le timing du RS. Rappelant les discussions qui ont eu lieu � la GIEC-19, le d�l�gu� des ETATS-UNIS a pos� la question de savoir si le RS devait traiter de th�mes ou de questions. Il a �voqu� les probl�mes potentiels li�s � l'�laboration du RS avant l'approbation des rapports des GT. En r�ponse, le Pr�sident Pachauri a fait noter que la GIEC-19 avait indiqu� un consensus g�n�ral sur l'opportunit� de retenir plut�t th�mes que questions, mais a pr�cis� que ce sujet n'est probablement pas un sujet de fond.

La FRANCE a sugg�r� que le RS du RE4 devrait examiner le point de savoir si les questions pos�es dans le RS du TRE ont �t� r�solues. La SUISSE a d�clar� que le RS du RE4 devrait pr�senter les r�sultats obtenus depuis le TRE.

Plusieurs orateurs ont soulign� que le RS ne devrait pas �tre finalis� � temps pour la CdP-13, au d�triment de sa qualit�. Le Copr�sident du GT-III, Davidson, a soulign� que la qualit� est un param�tre donn�, et, avec le ROYAUME-UNI et le BRESIL, a mis en relief l'importance de terminer le rapport d'ici la CdP-13, pour que ses conclusions parviennent aux d�cideurs politiques. Notant que �le principal client� du GIEC est l'UNFCCC, l'ALLEMPAGNE a d�clar� que le RS doit �tre finalis� avant la CdP-13. Le ROYAUME-UNI a d�clar� que l'absence de RS d'ici la CdP-13 repr�sentera un �pas en arri�re � et rendra le GIEC �inappropri� aux yeux de certains. Le BRESIL a not� qu'il ne devrait pas �tre pr�sum� que le timing affectera la qualit�.

L'ITALIE a d�clar� que le RS devrait apporter une valeur ajout�e au travail des GT et fournir une vision int�gr�e et une focalisation sur les �l�ments transversaux. La NORVEGE a plaid� pour l'emploi d'un expert en communication pour la production d'un texte facilement accessible � une large audience. Les discussions autour du RS du RE4 se poursuivront en pl�ni�re, mercredi.

GROUPES DE CONTACT

LE GROUPE DE TRAVAIL SUR LES ACTIVITES DE TERRAIN: John Stone (Canada), Copr�sident du Groupe de Travail sur les Activit�s de Terrain, a demand� au groupe de prendre en consid�ration les papiers d'information �labor�s par le Secr�tariat, introduisant le GIEC, son historique, ses membres, ses proc�dures et ses activit�s. Mettant en relief leur utilit�, les participants ont d�battu du processus d'�laboration de ces papiers d'information et ont sugg�r� qu'ils soient disponibles dans les six langues des Nations Unies. S'agissant des papiers d'information propos�s � la GIEC-21, consacr�s aux changements climatiques et aux petits Etats insulaires, les d�l�gu�s ont fait part de leurs r�serves concernant le besoin d'avoir un processus d'�laboration diff�rent, certain participants proposant que ces papiers soient trait�s comme �tant de courts papiers techniques. Le Groupe de Travail se r�unira de nouveau jeudi pour d�battre du travail sur le terrain n�cessaire aux Rapports Sp�ciaux concernant la Sauvegarde de la Couche d'Ozone et du Syst�me Climatique de la Plan�te et sur le Pi�geage et le Stockage du Dioxyde de Carbone, et concernant le RE4.

LE GROUPE DE TRAVAIL SUR LA FINANCE: Marc Gillet (France), Copr�sident du Groupe de Travail, a demand� les commentaires sur les Programme et Budget du CIEC pour la p�riode 2005-8 (IPCC-XXII/Doc.4/Rev.1). Les participants ont proc�d� � l'examen des avantages et des inconv�nients de la proposition de niveler la d�pense annuelle, requ�rant des d�tails concernant les implications d'une telle mesure, compte tenu du programme de travail pluriannuel du GIEC. En vue de faire avancer le programme de travail du GIEC, certains participants ont soulign� que les contributions n�cessaires � la publication du RE4, devraient �tre collect�es avant 2007. Ils ont pos� la question de savoir si des d�penses moindres dans certaines activit�s pouvaient compenser l'exc�dent des d�penses effectu�es dans d'autres. Ils ont �galement examin� les diverses options offertes pour la longueur et le co�t de la GIEC-23 en 2005. Les participants ont sugg�r� de documenter les d�penses et les contributions pr�visionnelles. Les UAT des trois GT ont d�crit les ajustements escompt�s dans leurs budgets. Le Groupe de Travail se r�unira de nouveau, mercredi.

DANS LES COULOIRS

Tandis que les officiels marquaient l'ouverture de la r�union par une c�r�monie d'allumage de lampes, la production du rapport de synth�se du RE4 est largement consid�r�e comme le sujet central de cette r�union. Les interventions sur ce sujet n'ont pas manqu� et certains participants ont exprim� leur optimisme quant au soutien apparent manifest� en faveur de l'�laboration du rapport et pr�voient une calme travers�e pour le reste de la session. D'autres, en revanche, s'attendent � une absence de consensus autour du contenu et certains d'entre eux ont mis en garde que le placement d'un accent trop prononc� sur la qualit� risquait de donner lieu � un rapport trop technique.  

Ce num�ro du Bulletin des N�gociations de la Terre � <enb@iisd.org> a �t� r�dig� par Pia Kohler; Leila Mead; Lisa Schipper, Ph.D.; and Hugh Wilkins. Edition num�rique: Dan Birchall. Version fran�aise: Mongi Gadhoum. Editrice en chef: Pamela S. Chasek, Ph.D. <pam@iisd.org>. Directeur du Service Information de l'IIDD: Langston James "Kimo" Goree VI <kimo@iisd.org>. Les principaux bailleurs de fonds du Bulletin sont: Le gouvernement des Etats-Unis (� travers le Bureau des oc�ans et des affaires environnementales et scientifiques internationales, du d�partement d'Etat am�ricain); le gouvernement du Canada (� travers l'ACDI); l�Office F�d�ral de l�Environnement, des For�ts et du Paysage (OFEFP); le Royaume-Uni (� travers le DFID); le minist�re danois des affaires �trang�res; le gouvernement allemand (� travers les minist�res de l'environnement (BMU) et de la coop�ration pour le d�veloppement (BMZ)); et le minist�re n�erlandais des affaires �trang�res. Un soutien g�n�ral a �t� accord� au Bulletin, au titre de l'exercice 2004, par: le PNUE; le gouvernement australien; le minist�re f�d�ral autrichien de l'agriculture, des for�ts, de l'environnement et de la gestion des eaux; les minist�res su�dois de l'environnement et des affaires �trang�res; les minist�res norv�giens de l�environnement et des affaires �trang�res; les minist�res finlandais de l�environnement et des affaires �trang�res; Swan International; le minist�re nippon de l'environnement (� travers l'IGES), le minist�re nippon de l'�conomie, du commerce et de l'industrie (� travers GISPRI). La version fran�aise est financ�e par le minist�re fran�ais des affaires �trang�res et l'IEPF/OIF. Les opinions exprim�es dans le Bulletin appartiennent � leurs auteurs et ne refl�tent pas n�cessairement les vues de l'IIDD et des bailleurs de fonds. Des extraits du Bulletin peuvent �tre utilis�s uniquement dans des publications non commerciales moyennant une citation appropri�e. Pour tout renseignement, y compris les demandes de couverture d'�v�nements par nos services, contacter le Directeur du Service d'Information de l'IIDD, <kimo@iisd.org>, au +1-212-644-0217 ou 212 East 47th St. #21F, New York, NY 10017, USA.