Bulletin des Négociations de la Terre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 Un service d'information sur les négociations en matière d'environnement et de développement

 

Format PDF
Format Texte
Version Anglaise
Version Espagnole


Publié par L'Institut International du Développement Durable (IIDD)

 

Vol. 11 No. 50
Mardi, 5 avril 2005

LES FAITS MARQUANTS DE LA CA-20 D'ONU-HABITAT:

LUNDI 4 AVRIL 2005

Les délégués à la 20e Session du Conseil d'Administration (CA-20) d'ONU-HABITAT se sont réunis, le matin, en plénière, pour entendre les allocutions de bienvenue et les déclarations liminaires. L'après-midi, la réunion de haut niveau a planché sur: les activités d'ONU-HABITAT; la mise en œuvre et le suivi de l'objectif de la Déclaration du début du Millénaire sur l'amélioration des vies des habitants des taudis; le programme de travail et le budget au titre de la biennale 2006-2007; et la coordination avec d'autres agences des Nations Unies. La Grande Commission (GC) s'est réunie l'après-midi, pour débattre de l'implication de la société civile dans l'amélioration de la gouvernance locale.

PLENIERE D'OUVERTURE

Bo Göransson (Suède), Président de la GC-19, a souhaité aux délégués la bienvenue à la CA-20, soulignant que le monde est endeuillé par la récente disparition de sa Sainteté le Pape Jean Paul II. Après l'hommage au Pape lu par Anna Tibaijuka, Directrice Exécutive d'ONU-HABITAT, les délégués ont observé une minute de silence.

Tibaijuka a livré un message de la part de Kofi Annan, Secrétaire Général de l'ONU. Il y souligne l'importance du maintien de la promesse d'améliorer les vies de 100 millions d'habitants des taudis, d'ici 2020, et reconnaît un rôle de chef de file de l'ONU-HABITAT dans le traitement de ce défi. Il y encourage également les délégués à la CA-20, à prévoir le renforcement des capacités des autorités locales et de la Fondation des Nations Unies pour l'Habitat et les Etablissements Humains, lors de la considération du budget de l'ONU-HABITAT au titre de la biennale 2006-2007.

Parlant au nom personnel du Bureau des Nations Unies à Nairobi (UNON), Paul Okwaro, Président de l'Union des Effectifs des Nations Unies à Nairobi, a réitéré la détermination du personnel d'UNON à mettre en application les décisions prises à cette session et aux autres sessions du CA.

Wangari Maathai, Lauréate du Prix Nobel de la Paix et Vice-ministre Kenyane de l'Environnement et des Ressources Naturelles, a mis en relief les efforts fournis par ONU-HABITAT pour relever les défis de la dégradation environnementale dans les établissements humains. Mettant l'accent sur le problème grandissant des “réfugiés environnementaux,” elle a plaidé pour la protection à la fois des environnements créés et des environnements naturels, à travers la promotion des responsabilités individuelles et collectives, et a appelé l’ONU-HABITAT à catalyser les efforts fournis par les gouvernements, les autorités locales et la société civile en vue de fournir un habitat adéquat pour tous.

Klaus Töpfer, Directeur Exécutif, du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), a présenté un rapport sur la coopération entre le PNUE et l'ONU-HABITAT dans le domaine de l'environnement urbain, en tant que thème central pour la mise en application des Objectifs de Développement du Début du Millénaire (ODM). Il a mis en exergue le lien entre les villes durables et les changements climatiques, l'importance de l'approche fondée sur la parité hommes-femmes, et le thème de la Journée Mondiale de l'Environnement, de cette année, “Villes Vertes.”

Tibaijuka a souligné que la pauvreté et les taudis sont au centre de la Déclaration du Début du Millénaire. Elle a critiqué l'actuel Objectif II des ODM, consacré à l'amélioration des vies d'au moins 100 millions d'habitants des taudis, d'ici 2020, qu'elle trouve modeste dans ses chiffres, et manquant de repères nationaux, et a encouragé, en guise de principal résultat de la réunion du CA, de le reformuler de manière à “réduire de moitié, entre 1990 et 2020, la proportion des habitants de taudis au sein de la population urbaine.” Présentant un rapport sur l'intégration des ODM dans le travail de l'ONU-HABITAT dans les domaines des taudis, de l'eau et de l'assainissement, elle a appelé l'ONU-HABITAT à suivre de près les recommandations politiques de la 13e Session de la Commission du Développement Durable.

Mwai Kibaki, Président de la République du Kenya, s'est adressé à la réunion, rappelant sa récente participation au Conseil d'Administration du PNUE et soulignant que le Kenya a le privilège d'abriter le PNUE et l'ONU-HABITAT. IL a décrit la manière dont des calamités, comme le tsunami de l'océan indien, ont causé d'immenses souffrances et ont eu des incidences sur le développement durable des établissements humains. Il a souligné que la préparation aux catastrophes au niveau des communautés est un thème de la CA-20. Il a décrit la coopération du Kenya avec l'ONU-HABITAT, à travers un Protocole d'Accord signé en 2003, assorti d'un programme de réhabilitation des taudis, à Nairobi. Il a également fait l'éloge d'ONU-HABITAT, pour son renforcement de la Fondation des Nations Unies pour l'Habitat et des Etablissements Humains, par l'établissement d'un fonds spécial, appelé Fonds pour la Réhabilitation des Taudis.

QUESTIONS D'ORGANISATION: Les délégués ont élu par acclamation, l'ambassadeur Petr Kopriva, République Tchèque, Président du CA. Ils ont également élu Rosalinda Valenton Tirona (Philippines), Jose Luis Casal (Argentine) et Bernd Braun (Allemagne), Vice-présidents, et Edna Tobi (Nigeria), as Rapporteur. Les délégués ont adopté l'ordre du jour provisoire et l'organisation des travaux (HSP/GC/20/1 et Add.1). Le Président Kopriva a déclaré qu'un comité de rédaction a été établi pour l'examen des projets de décisions.

REUNION DE HAUT NIVEAU

Le Président Kopriva a invité Tibaijuka à introduire les points de l'ordre du jour devant être traités par la réunion de haut niveau: les activités d'ONU-HABITAT; la mise en œuvre et le suivi de l'objectif de la Déclaration du Début du Millénaire, consacré à l'amélioration des vies des habitants de taudis; le programme de travail et budget au titre de biennale 2006-2007; et la coordination avec d'autres agences des Nations Unies. Tibaijuka a présenté le rapport du Directeur Exécutif sur l'état d'avancement des travaux: “Activités du Programme des Nations Unies pour les Etablissements Humains” (HSP/GC/20/2). Elle a ensuite abordé les points suivants: la seconde session du Forum Urbain Mondial (HSP/GC/20/2/Add.1, Add.2); l'état d'avancement de la mise en œuvre du Programme Spécial des Etablissements Humains pour le Peuple Palestinien (HSP/GC/20/2/Add.3); et, le Rapport Mondial concernant les Etablissements Humains 2005 (HSP/GC/20/2/Add.4).

Mettant en relief son implication de longue date dans, et son soutien en faveur de, l'ONU-HABITAT, le CANADA a déclaré que sa grande valeur est l'intégration, et a souligné l'importance de l'apport de solutions innovantes permettant de s'assurer de l'avenir des villes et du bien-être des citoyens. Il a également invité les délégués à prendre part au Troisième Forum Urbain Mondial, qui se tiendra à Vancouver en 2006. Cuba, a parlé au nom du G-77/CHINE, a appelé à l'amélioration des activités opérationnelles d'ONU-HABITAT en vue de traiter les besoins des habitants de taudis des pays en développement. Tout en faisant part de ses réserves quant à la viabilité, à long terme, de la plate-forme financière d'ONU-HABITAT et de ses bureaux régionaux, il a apporté son appui à sa campagne mondiale sur l'évaluation et la reconstruction suite aux catastrophes naturelles et induites par l'Homme, et a recommandé son endossement.

La représentante des Pays-Bas, au nom de l'UE, a déclaré qu'un plan stratégique à moyen terme et une meilleure coordination avec d'autres organes des Nations Unies et avec les partenaires nationaux et internationaux, devraient être des préalables à la mise en opération des fonctions d'ONU-HABITAT. Soulignant l'importance du suivi et de l'évaluation de la performance des gestionnaires des programmes d'ONU-HABITAT, elle a demandé à la Directrice Exécutive de présenter un rapport sur ce sujet à la CA-21. Elle a également mis en lumière le lien potentiel entre les campagnes mondiales d'ONU-HABITAT et les papiers stratégiques consacrés à la réduction de la pauvreté et les stratégies nationales de développement durable. L'Algérie, au nom de l'AFRIQUE, a mis en relief le récent établissement de la Conférence Ministérielle Africaine sur l'Habitat et le Développement Urbain (AMCHUD), et a souligné que l'ONU-HABITAT devrait renforcer les capacités opérationnelles en vue de fournir une assistance pratique au développement.

Le BRESIL a appelé à un nouveau paradigme garantissant l'accès universel à l'habitat et à l'assainissement, et conjuguant la participation du secteur public et privé, des cadres réglementaires rationnels, et des mécanismes financiers innovants. La CHINE, la FEDERATION DE RUSSIE, la TANZANIE, le BURKINA FASO et le GHANA ont donn� un aper�u sur leurs activit�s nationales respectives dans le domaine de la mise en application du Plan d'action d'Habitat, et sur les progr�s accomplis dans la poursuite des ODM. Evoquant l'urbanisation rapide en cours dans le monde en d�veloppement, la CHINE a pr�sent� sa politique en mati�re d'habitat, qui se focalise sur: le syst�me des habitations � loyer mod�r�; des mesures incitatrices en faveur du march� de l'immobilier pour des habitations abordables; la reconstruction des habitation urbaines dilapid�es; et des politiques favorables pour les acqu�reurs � revenus faibles et mod�r�s. Il a �galement invit� les d�l�gu�s � prendre part � l'�dition 2008 du Forum Mondial des Villes, qui se tiendra � Nanjing. La FEDERATION DE RUSSIE a fait part de son soutien en faveur du programme de travail propos� d'ONU-HABITAT, et a soulign� le besoin urgent de traiter des probl�mes des habitations dilapid�es et de l'habitat disponible pour les situations d'urgence.

La TANZANIE a parl� de ses efforts dans les domaines de la reconnaissance officielle des droits de propri�t� fonci�re des habitants des taudis, des �tudes domaniales et des implantations informelles, et de la d�centralisation et le renforcement des administrations locales. Le BURKINA FASO a soulign� que la pand�mie des VIH/SIDA entrave la mise en application des engagements ayant trait aux �tablissements humains. L'IRAK et le RWANDA ont mis l'accent sur leurs activit�s en mati�re de r�habilitation post-conflits, l'IRAQ soulignant l'importance des programmes d'ONU-HABITAT dans ce domaine, et le RWANDA d�crivant sa nouvelle politique en mati�re d'habitat, ax�e sur la r�duction de la pauvret�, la d�centralisation et la bonne gouvernance.

La TUNISIE a d�clar� que l'habitat ad�quat est un droit humain fondamental, et a mis en relief le r�le des gouvernements dans l'am�lioration de la qualit� des �tablissements humains. Le d�l�gu� du BURUNDI a parl� des besoins des pays les moins avanc�s, soulignant que son pays est encore dans son processus de reconstruction apr�s la longue guerre civile et qu'il appelle la communaut� internationale � lui fournir une aide � cet effet. Le JAPON a r�affirm� son engagement en faveur de la r�alisation des ODM, a soulign� l'importance de la r�duction de la pauvret�, de la croissance durable, et du concept de �s�curit� humaine�. Il a d�crit les activit�s de coop�ration avec l'ONU-HABITAT dans l'aide aux pays dans la reconstruction post-conflit. Il a �galement fait part de ses r�serves concernant la proposition d'introduire un bar�me indicatif des contributions volontaires � la Fondation des Nations Unies pour l'Habitat et les Etablissements Humains.

L'AFRIQUE DU SUD, parlant au nom de la premi�re CMAHDU, a appel� � l'�tablissement de partenariats dans le monde en d�veloppement, pour la lutte contre la pauvret�, ainsi qu'� la mise en place d'un cadre d'action concert�, pour guider et renforcer les initiatives nationales individuelles de gestion, d'orientation et d'int�gration des attributs du d�veloppement des villes. L'Espagne a mis en exergue: l'implication de toutes les parties prenantes, y compris le secteur priv� et les autorit�s locales; la s�curit� de la propri�t� fonci�re; et l'�galit� des sexes. La REPUBLIQUE DE COREE a d�crit ses activit�s de mise en pratique du Plan d'action d'Habitat, et a soulign� le besoin d'une coop�ration entre les pays.

GRANDE COMMISSION

Le Pr�sident du CA, Bernd Braun (Allemagne) a d�clar� qu'un groupe de contact ouvert � tous a �t� form� pour examiner les programme de travail et budget d'ONU-HABITAT au titre de la biennale 2006-2007, lui demandant de pr�senter un rapport au CA, mercredi matin.

Le Pr�sident Braun a ensuite introduit le th�me sp�cial de l'implication de la soci�t� civile dans l'am�lioration de la gouvernance locale (HSP/GC/20/4). Lars Reutersward, du Secr�tariat d'ONU-HABITAT, a pr�sent� la d�claration liminaire du Directeur Ex�cutif, soulignant que les avantages socio-�conomiques d'une participation am�lior�e de la soci�t� civile sont plus importants que ses co�ts, et a mis en relief le besoin de voies et moyens nouveaux d'am�liorer le r�le de la soci�t� civile dans la gouvernance locale, dans la mise en �uvre du Plan d'action d'Habitat et dans la concr�tisation des ODM. Il a encourag� les d�l�gu�s � d�lib�rer sur le processus de l'implication de la soci�t� civile, y compris sur ses conditions, ses incitations et ses contraintes.

Jan Peterson, du Congr�s National des Femmes du Voisinage, a mod�r� la s�ance de dialogue avec les diverses parties prenantes, se focalisant sur l'importance de l'implication de la soci�t� civile dans la gouvernance locale, les obstacles entravant cette implication, et les voies et moyens d'aplanir ces obstacles. Les repr�sentants des communaut�s de base, de la soci�t� civile, des autorit�s locales, des jeunes, des organisations fond�es sur la foi et des d�l�gations nationales, ont soulign� l'importance de l'implication de la soci�t� civile dans la gouvernance locale, pour une livraison de services et une gestion des ressources de mani�re plus efficace. Ils ont d�termin�, comme obstacles: l'acc�s in�gal aux processus participatifs, en particulier pour les femmes, les jeunes et les pauvres; l'absence, dans les rang des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, de capacit�s permettant de participer de mani�re efficace; l'acc�s limit� � l'information; et le manque de transparence dans les processus d�cisionnels. Ils ont d�termin� les voies et moyens de lever ces obstacles, � travers: le renforcement des capacit�s � tous les niveaux; l'accroissement de la transparence des structures et des autorit�s locales et de la repr�sentativit� des organisations de la soci�t� civile; l'�dification sur la dynamique actuelle et les partenariats en cours; la mobilisation des ressources pour multiplier les initiatives communautaires; le renforcement de la d�mocratie locale et de la d�centralisation; la promotion d'un ensemble de valeurs communes pour les gouvernements et la soci�t� civile; et l'�quilibrage des pouvoirs de la soci�t� civile, du secteur priv� et des gouvernements.

DANS LES COULOIRS

Au cours de la premi�re journ�e, les participants au Conseil d'Administration se sont uniquement pr�occup�s de l'examen des programmes et des proc�dures, et les questions d'infrastructure, plus larges, comme celles de l'eau et de l'assainissement, restent encore � examiner. Comme l'a pr�cis� l'un des interlocuteurs, l'ordre du jour a favoris� d'abord l'examen de la m�canique de l'organisation, et a rel�gu� certains d�bats de fond � des sessions ult�rieures. Un d�l�gu� a fait observer que m�me les d�clarations liminaires ont eu tendance � mettre l'accent sur les questions programmatiques, e.g.: focalisation plut�t sur les r�les et les activit�s du Secr�tariat, que sur les politiques des gouvernements � l'�gard des taudis. Il y a eu de nombreuses mentions des objectifs 7 et 11 des ODM, mais peu de r�f�rences aux changements infrastructurels requis pour la r�alisation de l'objectif consistant � r�habiliter 100 millions d'habitants des taudis. Il est trop t�t pour dire si les discussions de cette session du Conseil d'Administration pencheront davantage vers les questions de proc�dure ou si elles se pencheront sur les questions de fond, au cours de cette semaine. N�anmoins, une tendance nouvelle a �merg�: l'int�gration du plan d'action d'ONU-HABITAT dans les processus plus larges, du d�veloppement durable.


Ce num�ro du Bulletin des N�gociations de la Terre � <enb@iisd.org> a �t� r�dig� par Changbo Bai, Xenya Cherny, William McPherson, Ph.D., et Elisa Morgera. Edition num�rique: David Fernau. Version fran�aise: Mongi Gadhoum. Editrice en chef: Pamela S. Chasek, Ph.D. <pam@iisd.org>. Directeur du Service Information de l'IIDD: Langston James "Kimo" Goree VI <kimo@iisd.org>. Les principaux bailleurs de fonds du Bulletin sont: Le gouvernement des Etats-Unis (� travers le Bureau des oc�ans et des affaires environnementales et scientifiques internationales, du d�partement d'Etat am�ricain); le gouvernement du Canada (� travers l'ACDI); l�Office F�d�ral de l�Environnement, des For�ts et du Paysage (OFEFP); le Royaume-Uni (� travers le DFID); le minist�re danois des affaires �trang�res; le gouvernement allemand (� travers les minist�res de l'environnement (BMU) et de la coop�ration pour le d�veloppement (BMZ)); le minist�re n�erlandais des affaires �trang�res, et la Commission Europ�enne (DG-ENV). Un soutien g�n�ral a �t� accord� au Bulletin, au titre de l'exercice 2005, par: le PNUE; le gouvernement australien; le minist�re f�d�ral autrichien de l'agriculture, des for�ts, de l'environnement et de la gestion des eaux; les minist�res su�dois du d�veloppement durable et des affaires �trang�res; les minist�res norv�giens de l�environnement et des affaires �trang�res; les minist�res finlandais de l�environnement et des affaires �trang�res; Swan International; le minist�re nippon de l'environnement (� travers l'IGES), le minist�re nippon de l'�conomie, du commerce et de l'industrie (� travers GISPRI), et le minist�re italien de l'environnement. La version fran�aise est financ�e par le minist�re fran�ais des affaires �trang�res et l'IEPF/OIF. Le Financement de la version espagnole est fourni par le minist�re espagnol de l�environnement. Les opinions exprim�es dans le Bulletin appartiennent � leurs auteurs et ne refl�tent pas n�cessairement les vues de l'IIDD et des bailleurs de fonds. Des extraits du Bulletin peuvent �tre utilis�s uniquement dans des publications non commerciales moyennant une citation appropri�e. Pour tout renseignement, y compris les demandes de couverture d'�v�nements par nos services, contacter le Directeur du Service d'Information de l'IIDD <kimo@iisd.org>, au +1-646-536-7556 ou 212 East 47th St. #21F, New York, NY 10017, USA. L��quipe du BNT � la CA-20 est joignable directement par e-mail �: <changbo@iisd.org>.