BNT:11:27 [Page suivante] . [Page pr�c�dente] . [Table des mati�res]

PLENIERE D'OUVERTURE

Le Secr�taire G�n�ral des Nations Unies, Boutros BOUTROS-GHALI ouvrit Habitat II et fit noter en particulier que les r�centes conf�rences de l'ONU ont donn� forme au d�veloppement et sont cruciales pour la d�termination de la vie future sur la plan�te. Il cita entre autres aspects novateurs d'Habitat II, l'�ventail de partenaires inclus dans le processus et l'initiative des Meilleures Pratiques qui t�moigne de la capacit� de l'�tre humain � relever le d�fi consistant � renouveler nos soci�t�s.

Puis, les d�l�gu�s �lirent le Pr�sident de la Turquie, S�LEYMEN DEMIREL, Pr�sident de la Conf�rence. DEMIREL d�clara que la Conf�rence d'Habitat engendrera des strat�gies novatrices qui viendront renforcer l'importance du d�veloppement humain dans le cadre plus large du programme du d�veloppement durable. Nous ne pouvons nous permettre de laisser des obstacles politiques et financiers vouer � l'�chec les remarquables accomplissements des conf�rences pr�c�dentes. Habitat II est une conf�rence embrassant l'esp�ce humaine enti�re, et comme derni�re conf�rence onusienne de ce si�cle, elle se doit d'incorporer, pour les compl�menter, les succ�s des r�unions pr�c�dentes pour la r�alisation d'une meilleure qualit� de vie pour tous au 21�me si�cle.

Les d�l�gu�s devaient ensuite adopter le r�glement interne (A/CONF.165/2) et l'ordre du jour et autres points d'organisation (A/CONF.165/1). Les repr�sentants des pays ci-apr�s ont �t� �lus en qualit� de Vice-Pr�sidents: Le Cameroun, le Ghana, le S�n�gal, l'Afrique du Sud, le Soudan, le Zimbabwe, la Chine, l'Indon�sie, l'Iran, le N�pal, le Sri Lanka, le Y�men, Antigua et Barboude, l'Argentine, le Salvador, la Jama�que, le P�rou, la France, l'Allemagne, la Gr�ce, la Su�de, les USA, le Royaume-Uni, la Bulgarie, la Roumanie et la F�d�ration Russe.

Emre G�NENSAY, Ministre Turque des Affaires Etrang�res, a �t� �lu Vice-Pr�sident d'office et Ricardo GOROSITO (Uruguay), Rapporteur G�n�ral. Shafqat KAKALKHEL (Pakistan) a �t� �lu Pr�sident de la Commission I (Agenda d'Habitat) et Martti LUJANEN (Finlande), Pr�sident de la Commission II (R�le des Partenaires). Le Comit� d'Accr�ditation comprendra: La Chine, le Luxembourg, le Mali, les �les Marshall, la F�d�ration Russe, l'Afrique du Sud, Trinidad et Tobago, les USA et le Venezuela.

Les d�l�gu�s accord�rent ensuite leur approbation quant aux recommandations des consultations de pr�-conf�rence concernant l'accr�ditation des associations internationales d'autorit�s locales (A/CONF.165/6 and Add.1) et des ONG (A/CONF.165/5 and Add.1 and 2). La GRECE fit part de ses r�serves quant � l'accr�ditation de la West Thrace Turks, et la TURQUIE fit part de ses r�serves quant � la non-accr�ditation de trois organisations Chypriotes Turques.

Puis, les d�l�gu�s commenc�rent un �change de points de vue focalis� sur la situation des �tablissements humains et sur les strat�gies de leur d�veloppement. Apr�s avoir exprim� sa gratitude � la ville d'Istanbul, � ses dirigeants et � tous ceux qui se sont impliqu�s dans le processus pr�paratoire, le Secr�taire G�n�ral de la Conf�rence, WALLY N'DOW, souligna l'importance d'Habitat II dans le tra�age du chemin de l'avenir de l'humanit�. La grande t�che qui nous attend consiste � faire briller les lumi�res de la sensibilisation et de l'engagement partout o� des �tres humains vivent dans la p�nombre du d�sespoir. Un nouveau contrat mondial pour des soci�t�s viables est en train de s'�tablir et il doit refl�ter le contexte de la mondialisation grandissante et l'importance des acteurs non �tatiques. Nombre de questions devant �tre examin�es � Istanbul int�ressent surtout le niveau local, par cons�quent, les partenariats entre gouvernements et autorit�s locales et autres acteurs non �tatiques sont essentiels pour la mise en oeuvre de l'Agenda d'Habitat. Les d�bats de la Commission II constituent une plate-forme sans pr�c�dent � ces acteurs. L'initiative des Meilleures Pratiques offre une occasion unique pour un �change en mati�re de strat�gies av�r�es qui permettra l'actualisation des engagements n�cessaires � la r�solution des probl�mes des �tablissements humains.

Le COSTA RICA, au nom du G-77 et de la Chine, d�clara que l'�radication de la situation de sans abri doit b�n�ficier de la plus haute priorit� et Habitat II et doit consolider le droit au logement. Les G-77/Chine soumettront une proposition pour la D�claration d'Istanbul. Habitat II doit �galement renforcer les m�canismes actuels de coordinations entre les nations, y compris le CNUEH. Par ailleurs, des ressources financi�res substantielles doivent �tre mobilis�es.

L'ITALIE, au non de l'UE, nota que le principal champ d'action se situe au niveau local. Le d�l�gu� appela � une meilleure attention aux besoins des personnes qui vivent dans la pauvret�. Il souligna l'importance des liaisons rurales et urbaines et la n�cessit� d'�tablir une compl�mentarit� entre le suivi national et international. Parlant au nom de l'Italie, il d�clara que les politiques de planification fonci�res allaient �tre r�vis�es et qu'ils sont en plein pr�paratif du jubil� de l'an 2000 de la ville de Rome.

Au nom du Mouvement des Non-Align�s, la COLOMBIE d�clara que le droit au logement devrait constituer le principe fondamental de l'Agenda d'Habitat, car il s'agit l� d'un droit fondamental de l'�tre humain. Bien que la mise en oeuvre des actions et politiques au niveau local soit de premi�re importance, un effort international concert� reste n�cessaire et on peut bien avancer dans ce sens par la cr�ation d'un environnement �conomique favorable. Les pays industrialis�s sont appel�s � aider les pays en d�veloppement en mettant � disposition des ressources financi�res nouvelles et suppl�mentaires, l'assistance technique et l'information concernant les technologies disponibles. Les pays non align�s affirment leur engagement � la pleine application de l'Agenda d'Habitat et � y oeuvrer dans le cadre d'une participation �largie.

La TURQUIE d�clara que le logement ad�quat fait partie int�grante du droit � un niveau de vie ad�quat. La Turquie a entrepris des initiatives probantes permettant de faire face � la demande croissante en mati�re de logement. Les secteurs de la construction et des mat�riaux de constructions ont �t� d�velopp�s de mani�re significative et financ�s de fa�on efficace. L'am�lioration du soutien administratif et l'investissement dans l'infrastructure des villes de taille moyenne sont devenus des priorit�s politiques pour faire face � l'exode des zones rurales vers les zones urbaines. Le gouvernement Turque accorde une importance particuli�re � l'�ducation des enfants pour permettre � la g�n�ration montante d'avoir une meilleure appr�ciation des probl�mes environnementaux. La Turquie est partie prenante d'une initiative r�gionale de grande port�e qui sert de cadre � une coop�ration dans le d�veloppement des strat�gies applicables aux �tablissements humains et aux zones urbaines.

Le d�l�gu� US d�clara qu'Habitat II doit continuer � mettre en relief le processus du d�veloppement durable que le monde a embrass� � Rio. Il rappela la d�finition du d�veloppement durable utilis�e � Copenhague, au Sommet Mondial du D�veloppement Social, qui inclut la croissance �conomique, la protection environnementale et le d�veloppement social. Il r�affirma que le droit � un logement ad�quat est une composante des droits existants.

La CHINE d�clara que l'acc�s � un logement ad�quat est le droit le plus fondamental de tous les droits de l'Homme. La croissance �conomique et l'�radication de la pauvret� sont essentiels pour la r�solution des probl�mes des �tablissements humains. Les gouvernements, � tous les niveaux, se doivent d'harmoniser les efforts pour int�grer l'environnement, le d�veloppement des �tablissements humains et la croissance d�mographique. Les zones rurales et urbaines doivent b�n�ficier d'une attention �gale dans le d�veloppement des �tablissements humains. Une coop�ration internationale efficace est essentielle au r�glement des probl�mes des �tablissements humains et l'ONU doit jouer un r�le important dans sa coordination. La politique de la Chine en mati�re de d�veloppement urbain consiste en des strat�gies permettant de contr�ler la taille des grandes villes, d'am�liorer activement les villes de petites taille et celles de taille moyenne et d'am�liorer les �tablissements humains des zones rurales.

[Haut de la page]