BNT:11:24 [Page suivante] . [Page pr�c�dente] . [Table des mati�res]

PLENIERE

La Pl�ni�re, pr�sid�e par Martti LUJANEN (Finlande), se r�unit dans l'apr�s-midi pour reprendre l'examen du Point 2 de l'Ordre du Jour portant sur l'accr�ditation des ONG et des Autorit�s Locales (A/CONF.165/PC.3/2, Add.1, Add.2, Add.3, Add.4 et Add.3/Corr.1). Le Pr�sident d�clara que de nouvelles consultations �taient n�cessaires pour deux ONG figurant sur la liste dans Corr.1 (la F�d�ration de Westtrace Turks en Europe et la Campagne des Droits Tib�tains).

Les USA se d�clar�rent pr�occup�s par le passage de la Campagne des Droits Tib�tains bas�e aux USA � la liste des accr�ditations non approuv�es (Add.4). Le repr�sentant avait not� que l'organisation n'avait pas �t� accr�dit�e aupr�s de la QCMF mais cela ne devait en aucune fa�on impliquer le rejet d'Habitat II. L'ONG est un membre du R�seau US pour Habitat. La Chine d�clara �tre fermement oppos� � l'accr�ditation d'ONG dont l'objectif consiste � remettre en question la souverainet� d'un membre des Nations Unies. Les USA d�clar�rent que la Chine n'avait pas pr�sent� de preuves. La d�l�gation US demanda la tenue d'une consultation. La repr�sentante du Canada d�clara qu'elle n'�tait pas tout � fait d'accord sur les jugements sp�cifiques concernant l'accr�ditation des ONG. Le Pr�sident LUJANEN d�clara qu'un nouveau Corrigendum devait �tre �labor� d'ici vendredi et ajourna la d�cision.

Les USA propos�rent la r�ouverture de la discussion sur les d�cisions concernant l'accr�ditation des ONG, prises par le Comit� en date du 5 F�vrier, en vertu de la R�gle 81 pour soulever la question de l'accr�ditation de l'ONG Libyenne, Fondation Energie Internationale (FEI) (A/CONF.165/PC.3/2/Add.1) (Add.2). Le repr�sentant d�clara que la d�l�gation n'avait pas re�u la documentation en temps opportun et que sa d�l�gation �tait pr�occup�e par le fait que le fonctionnement de la FEI n'�tait pas en conformit� avec le r�gime des sanctions impos�es � la Libye. La FEI a agi comme couverture pour le gouvernement Libyen et a facilit� le service de consultation/instruction des experts dans son assistance au programme de prolif�ration des missiles conduits par le gouvernement Libyen ce qui justifie la mise en question de son statut d'ONG. L'Inde apporta son appui � la requ�te des USA et d�clara avoir aussi des difficult�s pour certaines ONG non qualifi�es � la participation. Le Pr�sident pr�senta les r�gles de proc�dure pour la r�ouverture d'une d�cision et d�f�ra la d�cision � vendredi, le temps pour les d�l�gations de recevoir les instructions de leurs capitales. Le Pr�sident LUJANEN invita le Comit� � aborder le Point 5 de l'Ordre du Jour Provisoire (A/CONF.165/PC.3/5). L'Australie, soutenue par le Canada, le Danemark et la Norv�ge, demanda au Secr�tariat de prendre des dispositions pour trouver une place dans le Plan d'Action d'Habitat pour attirer l'attention sur la D�cennie Onusienne des Populations Indig�nes. L'Ordre du Jour Provisoire fut adopt�.

[Haut de la page]