BNT:11:18 [Page suivante] . [Page pr�c�dente] . [Table des mati�res]

SOUS-COMMISSION A DU GROUPE DE TRAVAIL II

PREAMBULE: La Sous-Commission A du GTII se r�unit de nouveau pour entamer ses n�gociations sur la base de deux documents �manant du Secr�tariat et renfermant les propositions d'amendement des d�l�gations et les suggestions des ONG concernant le pr�ambule des projets de D�claration des Principes et de Plan d'Action Mondial. A la suite d'une br�ve pause, le Pr�sident Glynn KHONJE (Zambie) rouvrit le d�bat sur la participation des ONG en d�clarant qu'elles avaient jou� un r�le tr�s important dans la pr�paration du processus. L'Alg�rie d�clara que la participation des ONG doit se conformer aux r�gles et proc�dures en vigueur aux Nations Unies. Le repr�sentant se d�clara surpris de voir les propositions des ONG concernant le pr�ambule figurer dans le document pr�par� et distribu� par le Secr�tariat, eu �gard aux contraintes budg�taires des Nations Unies. L'Alg�rie consid�re le document des ONG sans validit�. Le Secr�taire G�n�ral de la Conf�rence Wally N'DOW d�clara que la collaboration avec les ONG et les administrations locales est essentielle pour la mise en oeuvre de Habitat II. La nouvelle �re de partenariat doit �tre soutenue. Le Canada d�sapprouva une suggestion avanc�e par le Pakistan disant que la diplomatie �tait en voie de privatisation. Les USA d�clar�rent qu'il �tait trop t�t pour proclamer l'av�nement d'une nouvelle �re, �tant donn� que la question est encore en progression. La Pologne et Le Burundi soulign�rent le fait que les d�l�gations avaient des priorit�s et des positions diff�rentes. Le Pr�sident KHONJE d�clara que les finances qui ont couvert le document des ONG pr�par� par le Secr�tariat provenaient des ressources extra-budg�taires.

La Sous-Commission d�buta la s�ance de l'apr�s-midi avec des discussions sur les propositions d'amendement du pr�ambule. A la suite de plusieurs d�clarations, le Pr�sident proposa de former un petit comit� de r�daction compos� des repr�sentants des Etats qui ont soumis ces propositions. Les d�l�gu�s exprim�rent leurs pr�occupations quant � la taille du comit� de r�daction, sa composition, et sa port�e. Certains d�clar�rent que la reformulation du texte entier mettait en p�ril l'ach�vement des travaux. Une session informelle informelle fut r�unie suite au d�bat sur la grandeur de la salle avec maintien de la pr�sidence.

Le paragraphe 1 du Pr�ambule note qu'une bonne occasion �tait offerte avec l'espoir de voir l'�dification d'un monde nouveau dans lequel des progr�s �conomiques et sociaux pouvaient �tre r�alis�s ainsi que la protection environnementale et de meilleures conditions de vie, et ce, � travers la solidarit� et la coop�ration internationale. Dans la compilation des soumissions faites par �crit, figure un libell� propos� par le Canada affirmant que la qualit� des �tablissements humains affecte profond�ment le bien-�tre des personnes. Les USA avanc�rent des suggestions visant � placer l'�tre humain au centre des efforts de d�veloppement, � assurer le d�veloppement des potentialit�s des hommes et des femmes, ainsi que le d�veloppement durable. Le Saint Si�ge demanda d'inclure une perspective �thique et spirituelle dans les objectifs � r�aliser. L'UE proposa de supprimer le paragraphe �tant donn� qu'il ne refl�te pas les objectifs de la Conf�rence. Au cours des s�ances informelles informelles on discuta du libell� concernant les droits de l'homme et le droit au d�veloppement. On sugg�ra de supprimer les r�f�rences � la solidarit� internationale et � la protection de l'environnement. On s'accorda sur la reformulation du paragraphe par le Pr�sident, sur la base des commentaires introduits par les d�l�gations.

Le paragraphe 2 stipule que l'objet de Habitat II consiste � traiter les deux th�mes d'importance mondiale: "Un habitat ad�quat pour tous" et "Un d�veloppement durable des �tablissements humains dans un monde en urbanisation." Suivant les propositions soumises par �crit, l'UE proposa un libell� sur le d�veloppement durable et sur le plein respect des droits de l'homme. Le G-77/Chine nota le droit au logement comme droit reconnu dans la D�claration Universelle des Droits de l'Homme et dans d'autres instruments internationaux. Le Canada pr�senta un paragraphe d�taill� d�crivant les probl�mes que connaissent actuellement les �tablissements humains et la n�cessit� d'une action urgente. Le Saint Si�ge proposa une phrase stipulant que les �tres humains sont au centre des pr�occupations pr�nant un habitat ad�quat pour tous. Les USA propos�rent que le d�veloppement durable est de grande importance pour la viabilit� des �tablissements humains. Durant les s�ances informelles informelles, les d�l�gu�s d�battirent par ailleurs, du droit au d�veloppement et de la relation entre d�veloppement durable et d�veloppement �conomique. Une d�l�gation d�clara que le paragraphe devait bien sp�cifier que le droit au logement n'impliquait pas un droit justiciable. Une autre estima que le sujet m�ritait d'�tre discut�.

[Haut de la page]