Bulletin des Négociations de la Terre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 Un service d'information sur les négociations en matière d'environnement et de développement

 

Format PDF
Format Texte
Version Anglaise
Version Espagnole


Publié par L'Institut International du Développement Durable (iidd)

 

Vol. 8 No. 43
Mardi, 11 janvier 2005

REUNION INTERNATIONALE DE MAURICE:

LUNDI 10 JANVIER 2005

Les délégués à la Réunion Internationale de Maurice (RI) se sont réunis dans une séance plénière du matin pour entendre les déclarations liminaires, examiner les questions d'organisation et entendre les déclarations des organes des Nations Unies, des OIG et des ONG concernant l'évaluation exhaustive du PAB. La Grande Commission s'est réunie tout le long de la journée pour procéder au traitement des questions d'organisation et à la poursuite des délibérations autour du document de la Stratégie. Un groupe de discussion s'est réuni l'après-midi pour traiter la question des vulnérabilités environnementales des PEID.

SESSION D’OUVERTURE

La cérémonie d’ouverture de la RI a commencé par l'observation d'une minute de silence en mémoire des vies perdues dans la récente catastrophe du tsunami.

Ouvrant la RI, Anwarul Chowdhury, Secrétaire Général de la RI, a rappelé la mort et la destruction, causées par le tsunami, et a recommandé de focaliser l'attention sur la préparation des PEID aux catastrophes, en vue de la prochaine Conférence Mondiale pour la Réduction des Catastrophes (WCDR). Il a encouragé: les PEID, à améliorer l'intégration économique régionale et la coopération Sud-Sud; les Nations Unies, à continuer à plaider la cause des PEID aux niveaux les plus élevés; et les organisations intergouvernementales régionales, à assurer le suivi et la coordination des flux de ressources internationaux au profit des PEID.

Paul Raymond Bérenger, Premier Ministre de Maurice, a été élu Président de la RI par acclamation. Dans sa déclaration d’ouverture, le Premier Ministre Bérenger a présenté un rapport sur les incidences des récents ouragans et tsunami sur les PEID, et a appelé à la considération de la mise en place d'un système d'alerte précoce, comme tâche immédiate pour la réunion des Nations Unies. Il a précisé que Maurice entendait proposer une déclaration politique réitérant les engagements de la communauté internationale en faveur des PEID.

QUESTIONS D'ORGANISATION: Conformément au rapport des consultations informelles sur les préparatifs de la RI (A/CONF.207/L.2), la plénière: a adopté le règlement intérieur et l'ordre du jour; a approuvé l'organisation des travaux, l'accréditation des OIG et des ONG, et le comité de vérification des pouvoirs; et a élu comme Vice-présidents: Pravind Kumar Jugnauth, Vice-premier Ministre et Ministre Mauricien des Finance et du Développement Economique (d'office); Maurice, le Cap Vert et le Maroc, pour l'Afrique; Tuvalu, Nauru et Leste Timor, pour l'Asie; la Croatie, la Lituanie et la République Tchèque, pour l'Europe de l'Est; Belize, les Bahamas et la Barbade, pour l'Amérique Latine et les Caraïbes; et, l'Italie, la Belgique et la Nouvelle Zélande, pour le Groupe de l'Europe de l'Ouest et Autres. La plénière a également élu Christopher Fitzherbert Hackett, Représentant Permanent de la Barbade auprès des Nations Unies, Rapporteur Général; et Don MacKay, Représentant Permanent de Nouvelle Zélande auprès des Nations Unies, Président de la Grande Commission.

EVALUATION EXHAUSTIVE DE L'APPLICATION DU PAB: Plusieurs orateurs ont présenté leurs condoléances aux pays touchés par la récente catastrophe du tsunami. Le Secrétariat de la CDB a souligné la position unique des PEID pour la réalisation de l'Objectif mondial de 2010 consistant à réduire les pertes de biodiversité. L'UNFPA a déclaré que la concrétisation du développement durable exige l'établissement d'un équilibre entre la démographie, les ressources et la consommation. L'ONUDI a donné un aperçu sur l'assistance technique qu'il fournit aux PEID dans le domaine des politiques en matière d'environnement, d'emploi et d'industrie. L'UNECLAC a déclaré que les liens entre la vulnérabilité et la taille économique, sociale et environnementale, ont été renforcés de manière importante par les ouragans survenus dans les Caraïbes au cours de l'année 2004. Il a indiqué que la RI devrait traiter, entre autres: des imperfections et des lacunes constatés dans la mise en œuvre du PAB; la coopération entre les PEID et la coopération régionale; et, les repères nécessaires à la mesure des progrès accomplis.

L'UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS a mis en relief le rôle des technologies d'information et de communication (TIC), et a souligné son rôle dans la détection environnementale et le suivi des catastrophes. L'UNICEF a fait état des opportunités offertes dans le domaine de la mobilisation des ressources pour les enfants, à travers l'intégration des ODM dans les plans nationaux axés sur la réduction de la pauvreté. Affirmant que le VIH/SIDA est à la fois une conséquence du, et un facteur contribuant au, sous-développement, l'UNAIDS, a souligné qu'une gamme de vulnérabilités place les PEID dans un risque élevé face au VIH/SIDA.

La FAO a déclaré que l'Edition 2005 de la Conférence de la FAO des Ministres de l'Agriculture des PEID assurera le suivi de la RI dans les domaines de l'agriculture, des forêts et des pêches. La CNUCED a mis l'accent sur la vulnérabilité économique et les désavantages des PEID, et a fait part de son soutien en faveur d'une différentiation équitable dans le traitement spécial accordé aux PEID. L'OIT a souligné son rôle dans la mobilisation des partenariats internationaux et dans la fourniture d'un soutien particulier aux PEID dans les domaines: du droit de travail, du dialogue social, de la protection sociale, des droits de l'Homme, de la productivité et de l'accès à l'emploi.

L'ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE a souligné son rôle dans la mise en œuvre des programmes régionaux et internationaux de développement durable. L'ORGANISATION HYDROGRAPHIQUE INTERNATIONALE a souligné l'importance des données hydrographiques et de la sûreté de la navigation pour le développement économique durable et pour la protection de l'environnement marin. Le représentant de l'ASIAN PACIFIC COCONUT COMMUNITY a souligné le rôle des noix de coco dans le développement économique et de la durabilité environnementale. Soulignant les inconvénients qui caractérisent les économies des PEID, la COMMUNAUTE SUD-AFRICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT a appelé, entre autres, à une suppression plus graduelle des traitements préférentiels commerciaux, et à des schémas de compensation approuvés à l'échelon international, au profit des petites économies.

Le CENTRE DE DOCUMENTATION, DE RECHERCHE ET DE FORMATION DE LA REGION SUD OUEST DE L'OCEAN INDIEN, a présenté la Déclaration de Maurice du Forum de la Société Civile, tenu du 6 au 9 janvier, mettant en exergue les appels à l'action des gouvernements et les engagements en faveur de l'action de la société civile. Le représentant du PACIFIC CONCERNS RESOURCE CENTRE a présenté la déclaration de la société civile de la région Pacifique, qui appelle à de nouveaux partenariats entre les donateurs, les gouvernements et la société civile. Le RESEAU DES CARAIBES POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL INTEGRE a décrit les principaux éléments de la déclaration de la société civile des Caraïbes, a souligné la nécessité, entre autres: de stratégies de conscientisation du public; de l'annulation de la dette; et de systèmes d'alerte précoce. Le représentant de NATURE SEYCHELLES a présenté la déclaration de la société civile au nom de la région des Océans Atlantique et Indien, de la Méditerranée et des Mers du Sud de la Chine, appelant les gouvernements à intégrer l'énergie et les ressources de la société civile. Le CENTRE DES CARAIBES POUR LE DEVELOPPEMENT POLITIQUE a présenté les vues des organisations internationales de la société civile, mettant l'accent sur le besoin pour la RI, de réaliser les ressources financières et d'approuver l'assistance et la coopération technique.

GROUPE DE DISCUSSION

LES VULNERABILITES ENVIRONNEMENTALES DES PEID: Ce groupe a été coprésidé par Tagaloa Sale Tuala Tagaloa, Ministre des Ressources Naturelles et de l'Environnement de Samoa, et Marian Hobbs, Ministre de l'Environnement de Nouvelle Zélande, et modéré par Klaus Töpfer, Directeur Exécutif du PNUE.

Rajendra Pachauri, Président du Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution Climatique (GIEC), a présenté les conclusions du Troisième Rapport d'Evaluation du GIEC, y compris les effets projetés des changements climatiques sur les PEID. Il a souligné la nécessité de mesures d'adaptation planifiées et anticipatoire, outre les efforts fournis dans me domaine de l'atténuation.

Theophilus Ferguson John, Ministre du Développement Physique, de l'Habitat et de l'Environnement de e Ste. Lucie, a souligné le besoin pour les PEID d'accorder une priorité au développement des énergies renouvelables produites à l'échelon local.

Sálvano Briceño, Directeur du Secrétariat Inter-Agences de la Stratégie Internationale pour la Réduction des Catastrophes, a déclaré que la RI devrait recommander que le WCDR: traite les besoins particuliers des PEID dans son cadre d'action; appelle à un engagement à mettre en place des stratégies de réduction des risques de catastrophe dans tous les secteurs; établisse un lien entre les efforts humanitaires et les efforts fournis en mati�re de d�veloppement, en soutien � la r�duction des catastrophes; et, appelle la CDD-13 � int�grer la r�duction des risques de catastrophe dans son ensemble th�matique.

Kendrick Leslie, Directeur du Centre de la Communaut� des Cara�bes pour la Lutte contre les Changements Climatiques, a parl� de la vuln�rabilit� sociale, �conomique et physique des pays des Cara�bes face aux changements climatiques et de l'accroissement associ� des �v�nements m�t�orologiques extr�mes, a soulign� la n�cessit� de la mise en place d'un syst�me d'alerte.

Mohamed Latheef, Ambassadeur des Maldives aupr�s des Nations Unies, a pr�sent� la d�claration au nom du Pr�sident des Maldives, mettant en relief les incidences humaines, sociales et �conomiques du tsunami.

Le D�bat: Au cours du d�bat, les d�l�gu�s se sont focalis�s sur: les syst�mes d'alerte pr�coce; la destruction des r�cifs coralliens et des for�ts de mangrove; les r�serves autour du lien entre les changements climatiques et les �v�nements extr�mes; la mise � disposition des ressources financi�res pour l'alerte pr�coce; le r�le du FEM dans les projets d'�nergie renouvelable des PEID; le renforcement des capacit�s; l'action avant-catastrophes; l'att�nuation des effets climatiques; l'information et l'�ducation; les technologies d'observation de la plan�te; les r�seaux et les syst�mes de suivi climatique; la coop�ration internationale; les effets socio�conomiques des changements climatiques; les partenariats; et le partage des nouvelles technologies.

GRANDE COMMISSION

LES QUESTIONS D'ORGANISATION: Au sujet de l'�lection des membres du Bureau de la Grande Commission, les d�l�gu�s ont �lu Perina Sila (Samoa) au poste de Rapporteur. S'agissant du calendrier de l'organisation, le Pr�sident MacKay a soulign� que la Commission dispose de deux journ�es pour terminer ses travaux, et a rapport� que de grands progr�s ont �t� r�alis�s au sujet des r�unions du groupe d'experts, tenues dimanche, sur les questions du commerce et du transport des d�chets radioactifs.

EXAMEN DES CONCLUSIONS FINALES DE LA RI: Application: Acc�s aux, et fourniture des, ressources financi�res: Les d�l�gu�s ont approuv� le libell� encourageant le FEM, de mani�re coh�rente avec les d�cisions des organes pertinents, � simplifier et a am�liorer, entre autres, l'efficacit� et l'efficience de son soutien, y compris ses proc�dures de d�boursements et celles de ses Agences d'Ex�cution.

Au sujet du libell� du chapeau, consacr� aux actions � prendre � l'�gard des d�fis pos�s au d�veloppement durable, le G-77/CHINE a soulign� le r�le de la communaut� internationale dans la facilitation et l'am�lioration des financements r�serv�s aux PEID, L'UE a soulign� la n�cessit� de mettre en exergue le r�le de la propri�t� nationale dans la prise de mesures, et le d�l�gu� des ETATS-UNIS a remis en question la n�cessit� d'un chapeau, pr�f�rant un descriptif des domaines du soutien. Ce libell� est rest� non r�solu.

Dans le sous-paragraphe consacr� aux changements climatiques, le d�l�gu� des ETATS-UNIS a d�clar� que la r�f�rence � l'�l�vation du niveau des mers, �largit le libell� au-del� de la pertinence de l'UNFCCC. Les d�l�gu�s ont approuv� le libell� soulignant le besoin d'�laborer et de mettre en application de strat�gies nationales d'adaptation et de faciliter la coop�ration r�gionale et inter-r�gionale, notamment dans le cadre de l'UNFCCC, et, entre autres, avec un soutien du Fonds de l'UNFCCC pour les PMA et du Fonds Sp�cial des Changements Climatiques.

Le G-77/CHINE a propos� et les d�l�gu�s ont accept�, moyennant quelques amendements, un nouveau sous-paragraphe consacr� � la biodiversit�, incluant des libell�s portant sur l'action d'appui n�cessaires � la mise en place de syst�mes repr�sentatifs des r�serves terrestres et marines, sur l'avancement de l'�laboration du programme de travail de la CDB concernant la biodiversit� des �les, et sur la facilitation du partage �quitable des avantages d�coulant de l'utilisation des ressources g�n�tiques.

Au sujet des catastrophes naturelles et environnementales, les d�l�gu�s ont approuv�, moyennant des amendements mineur, une proposition du G-77/Chine appelant � la mise en place de partenariats dans le domaine de l'assurance pour la reconstruction et la r�habilitation post-catastrophe, et � l'�tablissement et au renforcement de syst�mes efficace d'alerte pr�coce.

Au sujet des ressources marines, les d�l�gu�s on approuv� l'octroi d'un soutien en faveur des efforts nationaux et r�gionaux des PEID dans la gestion durable de leurs ressources marines, � travers la d�termination, la gestion, le suivi et la surveillance appropri�es des stocks de poissons et des efforts fournis dans le domaine de la p�che.

Les d�l�gu�s ont �galement approuv�, moyennant des amendements mineurs, les propositions du G-77/Chine concernant: la promotion de la comp�titivit� agricole et de la s�curit� alimentaire; l'�laboration de m�canismes pour la conception et la mise en application de strat�gies de production et de consommation durables pour les PEID; et l'am�lioration de l'�laboration des TIC.

Science et d�veloppement et transfert des technologies: Dans le chapeau, les d�l�gu�s ne sont pas parvenus � s'accorder sur la proposition du G-77/Chine d'ins�rer un libell� appelant � l'�tablissement d'un fonds particulier au PEID consacr� au transfert des technologies. Sous r�serve de la poursuite de la discussion du chapeau, les d�l�gu�s ont approuv� les deux sous-paragraphes consacr�s aux technologies de renforcement des capacit�s de r�sistance  et � la promotion de l'acc�s aux licences des syst�mes technologiques.

Renforcement des capacit�s: Dans le chapeau, les d�l�gu�s ont approuv� le libell� appelant � la poursuite du soutien apport� par la communaut� internationale aux efforts des PEID visant � renforcer les capacit�s humaines et institutionnelles. Les d�l�gu�s ont demand� un d�lai suppl�mentaire pour l'examen des libell�s propos�s par le G-77/Chine concernant le suivi, les jeunes et la soci�t� civile, et les centres d'excellence de formation et de recherche.

Gouvernance nationale et internationale: Le G-77/CHINE, contr� par les ETATS-UNIS, a sugg�r� de remplacer le libell� consacr� aux environnements nationaux favorables par des dispositions tir�es du PMAJ. Les d�l�gu�s ont d�cid� de r�examiner ce sujet, mardi. Dans le texte concernant l'environnement international favorable, le G-77/CHINE a pr�sent�, et les d�l�gu�s ont accept�, un libell� soulignant la n�cessit� de s'assurer que les institutions internationales accordent une attention appropri�e aux besoins particuliers et aux priorit�s des PEID.

Au sujet du suivi et de l'�valuation, le G-77/CHINE a propos�, et les d�l�gu�s ont approuv�, quelques amendements, un libell� soulignant que le suivi et l'�valuation devraient englober un suivi int�gr� et coordonn� des sommets des Nations Unies.

R�le des Nations Unies: Le G-77/CHINE a avanc� un nouveau texte et le Pr�sident MacKay a sugg�r� que le chapitre soit trait� mardi.

Catastrophes naturelles et environnementales: Les d�l�gu�s ont approuv�, moyennant quelques amendements, le texte propos� par le G-77/Chine, qui souligne les effets du tsunami et le besoin d'augmenter les capacit�s des PEID � pr�voir et � r�pondre aux situations d'urgence.

Changements climatiques et �l�vation du niveau des mers: Le G-77/CHINE, l'UE et les ETATS-UNIS ont chacun propos� un texte reformul�. Les d�l�gu�s ont d�cid� d'entamer l'examen de ces propositions dans un groupe de contact, mardi.

DANS LES COULOIRS

Une seule journ�e restant avant que la Grande Commission n'ach�ve ses travaux, de nombreux d�l�gu�s ont comment� que les n�gociations ont re�u un coup de pousse des groupes informels qui se sont r�unis jusqu'� dimanche, r�alisant des progr�s sur les libell�s consacr�s au transport des d�chets radioactifs et au commerce. Nonobstant ces avanc�s, plusieurs participants ont exprim� une certaine frustration au sujet de la large gamme de vues existant au sein des groupes de n�gociation quant � la mani�re de proc�der avec le texte concernant les changements climatiques, qui constitue une grande priorit� pour les PEID et un sujet dont pourrait d�pendre la r�ussite de la r�union Internationale. Dans l'intervalle, compte tenu de la catastrophe du tsunami et du soutien vigoureux exprim� en faveur des syst�mes d'alerte pr�coce, certains d�l�gu�s ont estim� que l'approche pr�ventive allait au-del� de l'alerte pr�coce, et qu'elle requiert l'�dification de capacit�s de r�sistance et une focalisation sur les besoins de d�veloppement � long terme.


Ce num�ro du Bulletin des N�gociations de la Terre � <enb@iisd.org> a �t� r�dig� par Alexis Conrad, Elisa Morgera, Prisna Nuengsigkapian, Richard Sherman, et Hugh Wilkins. Edition num�rique: David Fernau. Version fran�aise: Mongi Gadhoum. Editrice en chef: Pamela S. Chasek, Ph.D. <pam@iisd.org>. Directeur du Service Information de l'IIDD: Langston James "Kimo" Goree VI <kimo@iisd.org>. Les principaux bailleurs de fonds du Bulletin sont: Le gouvernement des Etats-Unis (� travers le Bureau des oc�ans et des affaires environnementales et scientifiques internationales, du d�partement d'Etat am�ricain); le gouvernement du Canada (� travers l'ACDI); l�Office F�d�ral de l�Environnement, des For�ts et du Paysage (OFEFP); le Royaume-Uni (� travers le DFID); le minist�re danois des affaires �trang�res; le gouvernement allemand (� travers les minist�res de l'environnement (BMU) et de la coop�ration pour le d�veloppement (BMZ)); le minist�re n�erlandais des affaires �trang�res, et la Commission Europ�enne (DG-ENV). Un soutien g�n�ral a �t� accord� au Bulletin, au titre de l'exercice 2005, par: le PNUE; le gouvernement australien; le minist�re f�d�ral autrichien de l'agriculture, des for�ts, de l'environnement et de la gestion des eaux; les minist�res su�dois de l'environnement et des affaires �trang�res; les minist�res norv�giens de l�environnement et des affaires �trang�res; les minist�res finlandais de l�environnement et des affaires �trang�res; Swan International; le minist�re nippon de l'environnement (� travers l'IGES), le minist�re nippon de l'�conomie, du commerce et de l'industrie (� travers GISPRI). La version fran�aise est financ�e par le minist�re fran�ais des affaires �trang�res et l'IEPF/OIF. Le Financement de la version espagnole est fourni par le minist�re espagnol de l�environnement. Les opinions exprim�es dans le Bulletin appartiennent � leurs auteurs et ne refl�tent pas n�cessairement les vues de l'IIDD et des bailleurs de fonds. Des extraits du Bulletin peuvent �tre utilis�s uniquement dans des publications non commerciales moyennant une citation appropri�e. Pour tout renseignement, y compris les demandes de couverture d'�v�nements par nos services, contacter le Directeur du Service d'Information de l'IIDD <kimo@iisd.org>, au +1-646-536-7556 ou 212 East 47th St. #21F, New York, NY 10017, USA. L��quipe du BNT � la PAB+10 est joignable directement par e-mail �: <prisna@iisd.org>.