Linkages home
Bulletin des Négociations de la Terre
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
Un service d’information sur les négociations en matière d’environnement et de développement
Format PDF
Version Anglaise
Version espagnole
Retour à la couverture de l’IIDD
Volume 5 Number 284 - Mercredi 5 mai 2010
LES FAITS MARQUANTS DE LA CDD 18
MARDI 4 MAI 2010

Les délégués à la CDD 18 ont poursuivi, le matin, l’examen des perspectives régionales sur les questions thématiques. L’après-midi, ils ont discuté des thèmes des transports et des produits chimiques.

LES DISCUSSIONS REGIONALES

ASIE DE L’OUEST: LA COMMISSION ECONOMIQUE ET SOCIALE DES NATIONS UNIES POUR L’ASIE OCCIDENTALE a présenté les résultats de sa RRMŒ et a mis en relief les priorités de la région dont, notamment: le passage à des systèmes de transport de masse, l’adoption d’un mécanisme de financement international pour soutenir la mise en œuvre de l’Approche stratégique de la gestion des produits chimiques ( SAICM), et la nécessité de traiter les déchets électroniques. L’ARABIE SAOUDITE a parlé des progrès accomplis dans la région, y compris la réussite enregistrée dans l’extraction de minéraux non-ferreux. Le délégué a souligné que l’exploitation minière pourrait contribuer à améliorer les moyens de subsistance des populations pauvres.

La PALESTINE a décrit les problèmes posés dans les secteurs des transports et de la gestion des déchets dans les territoires occupés, et a invité la CDD 18 à examiner les circonstances uniques du peuple palestinien. Le CAMBODGE a introduit les efforts nationaux liés aux 3 R et aux 3 C (clean air, clean water and clean soil), et a souligné l’importance de l’attention que doit accorder la CDD à la question des transports respectueux de l’environnement. Les AGRICULTEURS ont souligné la nécessité d’un transfert de technologies aux agriculteurs de la région.

Les thèmes abordés par les délégués et les panélistes ont englobé : le besoin de véritables percées dans les technologies d’énergie renouvelable, les préoccupations concernant les effets de l’extraction minière de ressources naturelles sur les populations autochtones et sur les enfants, l’activité dans les territoires palestiniens occupés et l’absence d’une définition claire de "économie verte" qui devrait être clarifiée par le PrepCom de Rio +20.

PERSPECTIVES INTERREGIONALES : Marco Keiner, CEE-ONU, a parlé des politiques régionales et des bonnes pratiques en matière de développement durable, mettant en exergue les programmes interrégionaux tels que : le développement de liaisons de transport terrestre euro-asiatique par la CEE et la CESAP ; la coopération entre la CEPALC et la CESAP dans le domaine de la promotion d’infrastructures urbaines durables ; et le Projet mondial de l’efficacité énergétique. Il a également parlé de la coopération Sud-Sud et, notamment de projets tels que le système de Transport rapide par autobus (TRB) en Amérique latine et en Afrique, la coopération régionale en Amérique latine et les Caraïbes dans la mise en œuvre du Cadre décennal de programmation de Marrakech, et l’Association des services d’approvisionnement en eau des pays arabes favorisant le dialogue interarabe entre les fournisseurs et les parties prenantes.

Dans le débat qui a suivi, les participants ont avancé: que davantage d’occasions devraient être offertes pour entendre les points de vue des grands groupes, qu’il est besoin de passer des projets pilotes et expérimentaux à une vaste réforme des activités agricoles permettant la reconstitution des éléments nutritifs des sols déficients ; des exemples de réussite de partenariats en matière de développement durable ; la nécessité d’assurer un suivi et d’appliquer les décisions antérieures ; des exemples de partenariats interrégionaux réussis menés par des jeunes, le besoin d’associer la CDD au financement du processus de développement ; et les effets des rejets toxiques et radioactifs sur les peuples autochtones.

L’UNION AFRICAINE (UA) a fait part de sa satisfaction à l’UE pour le soutien qu’elle apporte dans la mise en œuvre des programmes de coopération entre l’UA et l’UE dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la prévention des catastrophes. L’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) a souligné l’importance d’avoir des systèmes de production plus propres et a appelé à des échanges d’expériences dans ce domaine. La SUISSE a déclaré que les thèmes figurant dans le module thématique des CDD 18 et 19 sont tous liés à l’économie verte. La représentante des FEMMES a mis l’accent sur la capacité institutionnelle, les ressources financières et l’intégration de la question de la parité homme femme. L’UE a déclaré que des projets nationaux peuvent devenir des projets régionaux et peuvent trouver un financement auprès de l’UE. Le BRESIL a déclaré que son pays avait l’intention d’élargir la coopération internationale avec toutes les régions. Le NIGERIA s’est déclaré préoccupé par les transits transfrontières des déchets.

LES DISCUSSIONS THEMATIQUES

TRANSPORT: La session a été présidée par le vice-président Meñez. Kathleen Abdalla, DAES / DSD, a présenté le rapport du Secrétaire général sur les transports (E/CN.17/2010/4). Le panéliste André Lago, ministère des relations extérieures, Brésil, a axé son intervention sur les systèmes de TRB, citant l’exemple de la ville de Curitiba, et sur la nécessité d’échanges d’informations sur les biocarburants. Il a décrit les avantages de l’utilisation d’un mélange essence/ biocarburant dans les véhicules, et a souligné son importance économique pour les pays en développement. Il a noté que le rapport était inadéquat sur ce point, a critiqué la "mentalité néocolonialiste" consistant à refuser de voir les avantages des biocarburants, et a encouragé l’émulation de l’expérience du Brésil.

La conférencière Allison Davis, consultante chez Arup (Etats-Unis), a souligné que la réduction des kilomètres parcourus par les véhicules est un moyen important de réduire les gaz à effet de serre (GES). Soulignant que l’amélioration des transports publics est une question d’ordre politique et non technique, elle a fait état des difficultés suivantes : mauvaises conditions des zones piétonnes ; dispositions de transit fragmenté ; décalage entre le développement résidentiel et le développement des transports ; manque de politiques d’auto-soutien ; faiblesse des institutions politiques et manque de données concernant la mise en œuvre.

Le G-77/CHINE a déclaré que les domaines d’action sont : l’expansion de réseaux routiers à l’épreuve de toutes les conditions météorologiques dans les zones rurales, la création et l’amélioration des systèmes de transport multimodaux, l’amélioration de la couverture et accessibilité des transports en commun publics et le soutien des modes alternatifs comme le vélo et la piétonisation. Les principaux messages de l’UE ont été les suivants : la demande en matière de transport doit être optimisée et les coûts externes dans tous les modes de transport doivent être intégrés ; les formes de mobilité durables doivent être encouragées ; les options de transport doivent être dé-carbonisées et les solutions globales doivent être facilitées.

Le GROUPE AFRICAIN a déclaré que obstacles sont : l’inadéquation des politiques, la mise en œuvre limitée des accords sous-régionaux et régionaux, les déficits en matière de financement et le manque d’aide au renforcement des capacités techniques et institutionnelles. Le porte-parole des PEID du Pacifique (PEIDP) a mis en exergue le rôle de la communauté internationale dans le développement de l’infrastructure internationale standard pour les services des transports maritime et aérien et de la capacité de son entretien.

Le GROUPE ARABE a fait état de travaux visant à renforcer les transports, y compris l’amélioration des carburants, des infrastructures et des normes d’émission. Le délégué des ETATS-UNIS a parlé des partenariats public-privé, tels que le programme Smart Wave. Le délégué des ENFANTS et des JEUNES a mis les délégués au défi de reconnaître que les transports encouragent le développement économique et social et répondent à des besoins économiques. La FRANCE a décrit les efforts fournis dans la modernisation du transport fluvial. Le CANADA a parlé de l’investissement dans un fonds de stimulation de transport durable et de la fixation de nouvelles normes d’émission. ISRAEL a appelé à la taxation des carburants et à des mécanismes de gestion de la demande pour l’intégration des coûts de transport. Le BRESIL a parlé de l’attention qu’il accorde à la production de biocarburants en tant qu’évolution importante des "mentalités" en faveur des transports. La CHINE a parlé de la fixation de nouvelles normes réglementaires et des stratégies de mise en œuvre donnant la priorité au développement des transports publics urbains.

Le délégué des SYNDICATS DES TRAVAILLEURS a souligné que les longs trajets gaspillent le temps des travailleurs et que les projets de transport présentent l’avantage de créer des emplois. Le SÉNÉGAL a mis l’accent, entre autres, sur la coopération au niveau sous-régional et sur le transport multimodal. Le conférencier Lago a souligné le rôle de la CDD dans l’échange d’informations sur les bonnes pratiques.

L’OUGANDA a signalé qu’il n’y avait pas encore de définition standard de "économie verte". Le délégué de la LIBYE a déclaré qu’une nouvelle ligne ferroviaire reliant son pays à la Tunisie vient d’ouvrir, et a mis en exergue la nécessité d’une intégration plus poussée des transports en Afrique. La FEDERATION DE RUSSIE a mis l’accent sur les problèmes de sécurité routière et a attiré l’attention sur la première Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière, que son pays a accueillie en novembre 2009. Le délégué des COMMERCE ET INDUSTRIE a rendu compte des efforts entrepris par les industries des transports aériens et routiers pour réduire les émissions de GES. Le conférencier Davis a encouragé l’élaboration et l’utilisation de plans de transports à long terme et l’identification et l’enchainement de projets, à mesure que le financement devient disponible.

PRODUITS CHIMIQUES : le vice-président Raguž a présidé la session. Muhammad Chaudhry, DSD, a présenté le rapport du Secrétaire général sur les produits chimiques (E/CN.17/2010/5). Le conférencier Ivan Erzen, Slovénie, a souligné que le monde doit encore parvenir à établir un rapport optimal entre les avantages et les risques des produits chimiques. Il a mis en relief le besoin d’une coopération accrue avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). La conférencière Jamidu Katima, Réseau international pour l’élimination des POP (IPEN), a souligné l’importance de l’accès à l’information, de la volonté politique, du renforcement des capacités et de la fourniture de ressources financières, pour la mise en œuvre de la SAICM. La conférencière Pat Mooney, Groupe ETC, a déclaré que les effets de la nanotechnologie, de la biologie synthétique et de la géo-ingénierie sur l’environnement, la santé et la sécurité devraient être évalués et gérés.

Le G-77/CHINE s’est déclaré préoccupé par le dumping des produits chimiques et des déchets radioactifs dans les pays en développement, et a exhorté les entreprises à adhérer à la responsabilité des entreprises dans les pays où elles opèrent. L’UE a souligné le besoin d’intégrer la gestion des produits chimiques dans les stratégies globales de développement durable des pays et, appuyée par l’Indonésie, a demandé à la CDD 18 de refléter les résultats des réunions simultanées extraordinaires de la Conférence des parties aux Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm. Le GROUPE ARABE a appelé les pays industrialisés à aider les pays en développement à appliquer la SAICM et s’est dit préoccupé par les déchets chimiques dans les territoires occupés.

La SLOVÉNIE a suggéré l’implication des bureaux résidents de l’OMS dans la gestion des produits chimiques. Le CANADA a souligné l’importance de se concentrer sur une mise en œuvre pleine et effective des accords mondiaux disponibles et de l’utilisation des instances existantes, telles que la SAICM. L’INDONESIE a souligné l’importance du renforcement des capacités et du financement de la gestion des produits chimiques. ISRAEL a présenté ses efforts en matière de gestion des produits chimiques et a fait part de sa volonté de procéder à des échanges d’expériences.

La Pologne, au nom du Groupe d’Europe centrale et orientale (ECO), a souligné l’importance et l’utilité du Système général harmonisé de classification et d’étiquetage des produits chimiques (SGH) et a mis en relief le besoin de traduire dans les différentes langues. L’URUGUAY a souligné le rôle des organisations régionales en matière de transfert de technologie et de formation. La LIBYE a indiqué que le déversement de matières dangereuses dans les pays en développement doit être condamné dans tous les forums. CUBA a apporté son appui aux travaux menés sur les synergies entre la gestion des produits chimiques et des déchets et a indiqué que les engagements existants doivent être mis en œuvre avant d’en développer de nouveaux. L’AUSTRALIE a cité des exemples de coopération régionale et de soutien à la région du Pacifique. L’ARGENTINE a mis l’accent sur la réussite du Protocole de Montréal et a déclaré que sa structure de financement devrait être utilisée comme un modèle. La NORVEGE a fourni des exemples sur la manière dont l’utilisation de produits chimiques sera touchée par le changement climatique. La SUISSE a déclaré que les négociations à venir sur le mercure offriront l’occasion d’aborder les questions de respect des dispositions, à travers une approche nouvelle. Le BRESIL a souligné que le transfert des technologies devrait être fondé sur le principe de responsabilités communes mais différenciées. Le GUATEMALA a indiqué que les synergies devraient se traduire par une meilleure mise en œuvre des trois conventions. Soulignant la nécessité d’alternatives rentables et respectueuses de l’environnement, l’INDE a déclaré que le DDT a un rôle important dans la lutte anti-vectorielle. Le MEXIQUE a souligné la nécessité de renforcer la capacité institutionnelle. Le SÉNÉGAL a mis l’accent sur les activités sous-régionales visant à harmoniser les pratiques en matière de produits chimiques. Les ETATS-UNIS ont décrit leur programme de gestion des produits chimiques et les mesures prises pour la détermination d’alternatives plus sûres.

L’ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL (OIT) a parlé de ses travaux approfondis sur la sécurité chimique, et de l’approche intégrée adoptée par les industries chimiques et les syndicats. Le délégué des ENFANTS et des JEUNES a souligné l’utilité de l’évaluation du cycle de vie, en traitant des produits chimiques. Le délégué des COMMERCE ET INDUSTRIE a fourni des exemples de projets de renforcement des capacités menés dans les pays en développement. Le porte-parole des PEUPLES AUTOCHTONES a recommandé que des programmes de conscientisation et la sensibilisation soient entrepris avec les communautés pour leur permettre de gérer les risques liés à leurs produits chimiques.

DANS LES COULOIRS

Deuxième jour de la CDD 18, la situation du passe d'entrée a semblé être en voie d’être résolue, un nombre plus important de passes ayant été distribué. Apparemment, le Bureau a examiné la question et la nécessité de passes secondaire y était à l'étude. Cependant, les participants étaient très compréhensifs des motifs de sécurité renforcés, à la fois à New York (après les craintes suscitées par la bombe de Times Square) et dans l’enceinte de l'ONU, où un autre événement important, la Conférence sur la non-prolifération des armes nucléaires, comptait parmi ses présents plusieurs hauts dignitaires, dont le président iranien Ahmadinejad et la secrétaire d'Etat américaine, Clinton. La situation de l'accès a eu des implications quant à la participation des ONG dans les travaux de la CDD, mais la société civile a apporté une contribution visible dans les manifestations parallèles. Certaines de ces dernières sont considérées comme étant plus vives, plus provocatrices et plus informatives que les discussions "officielles". Elles offrent aussi l’occasion de dialoguer directement avec les gouvernements et les institutions des Nations Unies. Dans les couloirs, certains ont suggéré que c'est dans les événements parallèles que l'implication de la société civile est fortement ressentie et qu’à long terme, cela permettra de mesurer l'efficacité de la CDD.

^ up to top
Retour à la couverture de l’IIDD

Ce numéro du Bulletin des Négociations de la Terre © <enb@iisd.org> a été rédigé par Stephanie Aktipis, Ph.D., Melanie Ashton, Andrey Vavilov, Ph.D., Lynn Wagner, Ph.D., et Kunbao Xia. Edition numérique: Leila Mead. Version française: Mongi Gadhoum. Editrice en chef: Pamela S. Chasek, Ph.D. <pam@iisd.org>. Directeur du Service des informations de l’IIDD: Langston James “Kimo” Goree VI <kimo@iisd.org>. Les bailleurs de fonds du Bulletin sont: Le Royaume-Uni (à travers le département du développement international (DFID), le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique (à travers le Bureau des océans et des affaires environnementales et scientifiques internationales du département d’Etat américain), le gouvernement du Canada (à travers l’ACDI), le ministère danois des affaires étrangères, le ministère allemand de la coopération économique et développement (BMZ), le ministère fédéral allemand de l’environnement, de la préservation de la nature et de la sécurité nucléaire (BMU), le ministère néerlandais des affaires étrangères, la commission européenne (DG-ENV), et le ministère italien de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’espace maritime. Un soutien général est accordé au Bulletin, au titre de l’exercice 2010, par: le gouvernement australien, le ministère fédéral autrichien de l’agriculture, des forêts, de l’environnement et de la gestion de l’eau, le ministère suédois de l’environnement, le ministère néo-zélandais des affaires étrangères et du commerce extérieur, SWAN International, l’Office fédéral suisse de l’environnement (FOEN), le ministère finlandais des affaires étrangères, le ministère nippon de l’environnement (à travers l’IGES), le ministère nippon de l’économie, du commerce et de l’industrie (à travers GISPRI), le gouvernement d’Islande, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), et la Banque mondiale. Le financement pour la traduction du Bulletin en français a été fourni par les gouvernements de la France, de la Région wallonne de Belgique, de la Province du Québec et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF et IEPF). Les opinions exprimées dans le Bulletin appartiennent à leurs auteurs et ne reflètent pas forcément les vues de l’IIDD et des bailleurs de fonds. Des extraits du Bulletin peuvent être utilisés dans des publications non commerciales moyennant une citation appropriée. Pour tout renseignement, y compris les demandes de couverture d’événements par nos services, contacter le Directeur du Service des informations de l’IIDD, <kimo@iisd.org>, au +1-646-536-7556 ou par courrier au 300 East 56th St., 11A, New York, New York 10022, USA. L’équipe du ENB couvrant la CDD-18 est joignable par courriel à <lynn@iisd.org>.

| Retour à la page d'accueil | Visitez l'IIDDnet | Envoyez courriel à l'IIDD |
© 2010, IIDD. Tous droits réservés.