Bulletin des Négociations de la Terre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
 Un service d'information sur les négociations en matière d'environnement et de développement

[Format PDF]  [Format Texte]  [Version Anglaise]  [Retour a la Couverture de ESCWA]


Publié par L'Institut International du Développement Durable (IIDD)

Vol. 5 No. 194
Vendredi 24 Octobre 2003

COMPTE RENDU DE LA REUNION REGIONALE SUR LA MISE EN ŒUVRE EN ASIE DE L'OUEST, TENUE EN PREPARATION DE LA CDD-12:

19-21 OCTOBRE 2003

La Commission du développement durable (CDD), à sa onzième session (CDD-11) a invité les Commissions régionales des Nations Unies à envisager l'organisation de réunions régionales sur le thème de la mise en œuvre, en vue d"apporter une contribution aux travaux de la CDD. En réponse à cette invitation, la Commission économique et sociale des Nations Unies pour la région de l'Asie de l'Ouest (CESAO) a organisé une réunion régionale sur la mise en œuvre, du 19 au 21 octobre 2003, au siège de la Ligue des Etats arabes (LEA), au Caire, en Egypte. La réunion s'est tenue dans le cadre du Comité conjoint sur l'environnement et le développement de la région arabe (CCEDRA), comité composé de représentants de la CESAO, du Secrétariat technique du Conseil des ministres arabes chargés de l'environnement (CMACE), du Département des Nations Unies des affaires économiques et sociales (DAES), et du Bureau régional ouest-asiatique du Programme des Nations Unies pour l'environnement (BRAO/ PNUE).

La réunion visait à apporter une contribution au sujet des thèmes retenus pour la douzième session de la CDD (CDD-12), à savoir, l'eau, l'assainissement et les établissements humains. Cinquante participants issus de 14 gouvernements, joints par des représentants d'organismes intergouvernementaux et académiques, de l'industrie et des organisations non-gouvernementales (ONG) ont assisté à la réunion. Les participants y ont adopté 10 décisions portant, entre autres, sur: les mesures de suivi des résultats du Sommet mondial pour le développement durable (SMDD) et de l'initiative arabe pour le développement durable; les activités de suivi de la Déclaration d'Abou Dhabi pour l'avenir du Programme arabe de l'environnement; le programme de travail pour l'environnement d'ici 2005; les priorités et les accomplissements dans le domaine du développement durable; l'encouragement du secteur privé pour l'investissement dans les projets environnementaux; et l'établissement du fonds arabe pour l'environnement.

Le rapport consolidé sur les progrès réalisés dans les domaines de l'eau, de l'assainissement et des établissements humains sera transmis au Secrétaire général de l'ONU, comme contribution aux préparatifs de la CDD-12.

BREF HISTORIQUE DE LA CDD

La CDD a émergé du Plan d'action 21, le programme d'action adopté par la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED), tenue en juin 1992, à Rio de Janeiro, au Brésil. Le Plan d'action 21 a appelé à la création de la CDD pour assurer un suivi efficace de la CNUED, améliorer la coopération internationale et examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Plan d'action 21, aux échelons local, national, régional et international. En 1992, la 47ème session de l'Assemblée générale de l'ONU (AGNU) a établi, dans sa résolution 47/191, les attributions de la CDD et sa composition, les lignes directrices encadrant la participation des principaux groupes sociaux, l'organisation des travaux de la CDD, ses liens avec divers organes des Nations Unies, et les arrangements relatifs au Secrétariat. La CDD a tenu sa première session de fond en juin 1993 et a continué, depuis, à se réunir sur une base annuelle.

SE/AGNU-19: En juin 1997, la 19ème session extraordinaire de l'assemblée générale (SE/AGNU-19), connue également sous le nom de "Rio+5," s'est tenue pour l'évaluation de la mise en œuvre du Plan d'action 21. Les négociations ont produit le Programme de la suite de la mise en œuvre du Plan d'action 21 ainsi que le programme de travail quinquennal de la CDD.

RESOLUTION 55/199: Le 20 décembre 2000, l'assemblée générale a adopté la résolution 55/199 concernant l'évaluation décennale des progrès accomplis dans la mise en œuvre des résultats de la CNUED. L'assemblée générale a décidé d'organiser l'évaluation décennale de la CNUED, en 2002, en vue de revigorer l'engagement mondial en faveur du développement durable. L'assemblée générale a accepté l'offre de l'Afrique du Sud d'accueillir l'événement, baptisé Sommet Mondial pour le Développement Durable (SMDD). La résolution stipule, entre autres, que la dixième session de la CDD (CDD-10) servira de comité préparatoire (PrepCom), de composition non limitée, du Sommet.

PROCESSUS PREPARATOIRE DU SMDD: La CDD-10 a tenu quatre sessions, entre avril 2001 et juin 2002. Présidé par Emil Salim (Indonésie), le PrepCom a mené une revue exhaustive et une évaluation des progrès accomplis dans la mise en application du Plan d'action 21. A la fin de la PrepCom IV, tenue à Bali, en Indonésie, du 27 mai au 7 juin 2002, un projet de Plan de mise en œuvre avait été négocié et transmis au Sommet pour finition. Le PrepCom de Bali a produit également un document non négocié, contenant des lignes directrices, publiées sous l'appellation de 'Principes Directeurs de Bali' pour l'édification de partenariats volontaires ou "résultats de Type II".

SMDD: Le SMDD s'est réuni du 26 août au 4 septembre 2002 à Johannesburg, en Afrique du Sud. Le Sommet a adopté les principaux documents: le Plan de mise en application de Johannesburg (PMAJ) et la Déclaration de Johannesburg concernant de Développement Durable. Plus de 200 initiatives de partenariats et autres, non négociées, de développement durable, visant à la mise en œuvre du Plan d'action 21, ont été également lancées. Le PMAJ est un cadre d'action conçu pour la concrétisation des engagements de la CNUED et englobant un certain nombre de nouveaux engagements. Il renferme des chapitres sur l'éradication de la pauvreté, les modes de consommation et la production, la base des ressources
naturelles, la mondialisation, la santé, les petits Etats insulaires en développement, l'initiative africaine et autres initiatives régionales, les moyens d'exécution, et le cadre institutionnel. Le PMAJ stipule également que la mise en œuvre du Plan d'action 21 et des résultats du Sommet doit être poursuivie de manière efficace aux échelons régional et sous-régional, à travers les Commissions Régionales et autres institutions et organes des Nations Unies.

CDD-11: Réunie pour la première session de fond après le SMDD, la Commission a tenu sa 11ème session du 28 avril au 9 mai 2003, au siège des Nations Unies, à New York. La session a englobé un segment de haut niveau, où des représentants de rang ministériel ont traité des modalités du programme de travail futur de la CDD, et ont tenu des tables rondes ministérielles interactives, avec la participation des principaux groupes sociaux, sur le thème des "actions et engagements prioritaires pour la mise en œuvre des résultats de la SMDD." Des réunions régionales consacrées à la mise en œuvre ont également été organisées pour informer les délégués des premières mesures entreprises dans chacune des régions des Nations Unions, dans le cadre de la mise en application des résultats du SMDD.

La CDD-11 a conclu ses travaux par l'adoption d'un programme de travail pluriannuel de la CDD couvrant la période 2004-2017. Le programme de travail est articulé en une série de cycles de deux ans, axés sur la mise en œuvre et orientés vers l'action, comportant chacun, une session évaluative et une session politique. Chaque cycle de deux ans est appelé à examiner un ensemble de questions thématiques et une série de thèmes transversaux, le cycle 2004-2005 ayant été consacré aux thèmes de l'eau, de l'assainissement et des établissements humains. Les questions transversales englobent: l'éradication de la pauvreté; le changement des modes non durables de production et de consommation; la protection et la gestion des ressources naturelles formant la base du développement économique et sociale; le développement durable dans un monde en globalisation; la santé et le développement durable; le développement durable des PEID; le développement durable de l'Afrique; d'autres initiatives régionales; les moyens d'exécution; le cadre institutionnel du développement durable; l'égalité des sexes; et l'éducation.

La CDD-11 a également invité les Commissions régionales à envisager l'organisation de réunions sur la mise en œuvre régionale, aux fins: d'apporter une contribution à la mise en œuvre du développement durable à l'échelon régional; permettre une focalisation sur l'ensemble thématique retenu; et fournir au rapport du Secrétaire général, des éléments identifiant notamment, les obstacles rencontrés et les contraintes posées, des nouveaux défis à relever et les opportunités offertes à la mise en œuvre.

Après l'ajournement de la CDD-11, la CDD-12 a tenu sa première session pour procéder à l'élection de son bureau. Børge Brende, Ministre norvégien de l'environnement, a été élu Président de la CDD-12, par acclamation. Les autres membres du Bureau de la CDD-12 étaient: Bruno Stagno Ugarte (Costa Rica), Toru Shimuzu (Japon), Bolus Paul Zom Lolo (Nigeria) et Eva Tomic (Slovénie).

REUNIONS DU BUREAU DE LA CDD-12: Le Bureau de la CDD-12 s'est réuni les 10 et 11 septembre 2003, à Oslo, en Norvège, puis le 3 octobre 2003 à New York. A sa première réunion, le Bureau a été informé, par le Secrétariat, de l'état d'avancement de l'élaboration de la documentation de la CDD-12, et des réunions régionales de mise en œuvre, prévues entre octobre 2003 et janvier 2004. A la deuxième réunion, les membres du Bureau ont appris que l'ordre du jour des réunions programmées des Commissions régionales des Nations Unies, a été ajusté de manière à inclure l'examen de l'ensemble thématique de la CDD-12. Les conclusions de ces réunions régionales seront transmises à la CDD-12. Le Bureau a indiqué que les trois thèmes retenus, l'eau, l'assainissement et les établissements humains, bénéficieront d'une priorité égale et seront traités de manière intégrée, en tenant compte des thèmes transversaux.

COMPTE RENDU DE LA REUNION

Dimanche matin, 19 octobre, Fatma El Din El Mallah, au nom de Amr Moussa, Secrétaire général de la Ligue des Etats Arabes, a souhaité la bienvenue aux participants. Elle a fait état des effets négatifs du conflit du Moyen-Orient et de la guerre en Iraq sur les pays arabes, et a appelé à une solution juste et équitable, à ces conflits, en vue de réaliser la sûreté, la sécurité et le développement durable. Elle a indiqué que les rapports concernant les activités de suivi menées dans la région arabes, dans les domaines de l'eau, de l'assainissement et des établissements humains seront consolidés et soumis à la CDD-12.

Hosni Khordagui, de la CESAO, a souligné l'importance du rôle des organisations régionales et sous-régionales dans la mise en œuvre efficace des résultats du SMDD, et a indiqué que les consultations régionales apporteront une précieuse contribution au rapport du Secrétaire général de l'ONU. Il a mis en relief la nécessité de tirer avantage de la libéralisation du commerce, et a appelé à la mise en place d'un programme axé sur le commerce et le développement dans la région arabe.

Mahmoud Abdulraheem, BRAO/PNUE, a déclaré que le but de cette réunion consiste à faire le point de la mise en œuvre du PMAJ dans les pays arabes, et à coordonner l'action menée dans les domaines de l'eau, de la lutte contre la dégradation des sols, et la protection des ressources marines. Il a mentionné que le PNUE est en train de parachever sa stratégie pour la région.

L'ambassadeur Bjørn Ostern, de Norvège, au nom du Président de la CDD-12, Børge Brende, a rappelé que la CDD-11 a déterminé trois thèmes pour le premier cycle de mise en œuvre, à savoir, l'eau, l'assainissement et les établissements humains, soulignant le besoin urgent d'enregistrer des progrès dans ces domaines. Il a invité les participants à présenter leurs vues et leur expérience en matière de développement durable, et a fait part de son espoir de voir le résultat de la réunion fournir une bonne plate-forme pour la réalisation de progrès pratiques dans la région et aider à la mobilisation du soutien politique nécessaire à la concrétisation des objectifs du SMDD ayant trait à l'éradication de la pauvreté.

Mamdouh Riad, Ministre d'Etat égyptien chargé des affaires environnementales, a déclaré que la région arabe devrait élaborer un plan d'action concerté au cours de cette réunion. Notant que les pays arabes souffrent des conséquences de la guerre, il a appelé à l'unité arabe et a souhaité un avenir meilleur au monde arabe, en dépit des défis qui lui sont posés.

Kathleen Abdalla, du DAES, a déclaré que l'objectif de la réunion consiste en la facilitation de la contribution de la région arabe à la concrétisation de l'Objectif de développement du millénaire de la gestion intégrée de l'eau d'ici 2005. Elle a souligné l'importance de la mise en œuvre, et la nécessité d'une approche intégrée. Abdalla a mentionné l'organisation d'une foire aux partenariats et d'un centre d'apprentissage à la CDD-12.

Au cours de cette réunion de trois jours, les délégués se sont réunis en sessions plénières pour: entendre les rapports sur les activités de suivi des résultats du SMDD et de la Déclaration d'Abou Dhabi concenant l'avenir du Programme environnemental arabe; examiner la proposition du CMACE, relative au programme de travail environnemental, pour la période allant jusqu'à 2005; renouveler le Comité exécutif du CCEDRA; et examiner les propositions concernant l'encouragement du secteur privé à investir dans le domaine de l'environnement, et d'établir un Fonds arabe pour les projets environnementaux. La Plénière de clôture s'est réunie mardi 21 octobre, pour l'adoption du rapport de la réunion, y compris les décisions.

Le compte rendu ci-après présente un résumé des questions abordées et des décisions prises, en suivant l'ordre des points inscrits à l'ordre du jour.

SUIVI DES RESULTATS DU SMDD DANS LA REGION ARABE

LES RAPPORTS: Dimanche 19 octobre, Mohamed Sayed Khalel, Agence égyptienne de l'environnement et de l'agriculture, a présidé la session consacrée à la présentation des rapports.

L'eau: Nabil Rofail, du Centre égyptien de recherche en matière de désert, a présenté les progrès accomplis dans le domaine de l'eau (Annexe I du point 1 de l'ordre du jour). Retraçant les engagements pertinents du SMDD, il a fait état des principales contraintes posées à leur concrétisation dans la région arabe, notamment la mauvaise gouvernance, la faiblesse des cadres législatif et institutionnel, et le manque de prise de conscience du public. Il a souligné le besoin de stratégies pour les bassins versants partagés, et d'une approche holiste dans les domaines de la planification et de la mise en œuvre. Il a précisé que les accomplissements, dans le domaine de la gestion intégrée des ressources en eau, ont englobé: l'établissement de cadres institutionnels nationaux efficaces, l'adoption de plans nationaux de gestion de l'eau, l'amélioration des systèmes d'irrigation, et la coopération dans le domaine des bassins versants partagés. Concernant l'évaluation des ressources en eau, il a mis en relief la mise en place de réseaux de surveillance et de bases de données dans de nombreux pays. Au sujet de la protection des écosystèmes aquatiques, il a mis en exergue les mesures visant à traiter les questions de pollution et de salinité accrue, du traitement et de la réutilisation des eaux usées, et des eaux de collecte. Rofail a souligné la nécessité de fonds suffisants, de la formation et d'une information crédible, et a recommandé: l'établissement d'un fonds arabe consacré au financement de l'élaboration et de la mise en œuvre de projets de développement de l'eau; l'élaboration d'un programme régional d'éducation, de formation et de conscientisation; et la création de réseaux régionaux de suivi de l'eau et d'information.

L'assainissement: Ahmed Hamza, de l'université d'Alexandrie, a présenté un rapport sur les progrès réalisés dans le domaine de l'assainissement (Annexe II du point I de l'ordre du jour). Il a décrit la situation de l'assainissement dans le monde arabe et a identifié les actions menées pour son amélioration, notamment: l'accroissement de la participation de la société civile et le rôle des femmes; l'encouragement des pratiques de recyclage; et l'application du principe 'pollueurs payeurs'. Il a mis en relief le problème de la gestion des déchets solides, et a décrit les avantages de la privatisation et de l'adoption de pratiques respectueuses de l'environnement. Hamza a fait état de facteurs aggravants de la pollution, notamment, le surpeuplement des villes, le manque de conscientisation, le mélange des déchets solides réguliers et dangereux, le manque de recyclage, et le mauvais entretient des réseaux d'assainissement. Il a recommandé l'utilisation de la main d'œuvre et de la technologie locales pour un entretien plus efficace et meilleur marché des réseaux d'assainissement, et a suggéré l'établissement d'une autorité centrale et l'élaboration de normes arabes pour l'assainissement.

Les établissements humains: Tarek Wafik, de l'Université du Caire, a présenté un rapport sur les progrès accomplis dans le domaine des établissements humains (Annexe III du point I de l'ordre du jour). Il a indiqué que les accomplissements dans le domaine de l'amélioration des conditions de vie des pauvres des zones rurales et urbaines, englobent: l'élaboration de programmes nationaux de développement urbain et de plans de traitement des constructions sauvages; la mise en place de programmes de sécurisation du régime foncier et du logement; l'édification de partenariats axés sur la fourniture de logements; l'élaboration de stratégies de lutte contre la pauvreté rurale; et le soutien des activités de construction par les entreprises. Il a souligné le besoin d'établir un équilibre entre la privatisation et le rôle de l'Etat, de comprendre les constructions sauvages en tant que phénomène économique, de réformer le contrôle de la qualité des constructions, de rationaliser le coût des logements, et d'orienter les villes vers une économie basée sur l'information. Au sujet de la mise en place de structures environnementales adéquates, il a mis en relief les efforts visant à élaborer des cadres législatifs et institutionnels environnementaux intégrés, à améliorer la prise de conscience, à promouvoir les énergies renouvelables, et à traiter la pollution atmosphérique liée au transport. Il a recommandé, entre autres, l'expansion du rôle du secteur privé dans la fourniture des services municipaux, le développement des systèmes de suivi et de gestion des données environnementales, la décentralisation de la gestion environnementale, et l'adoption d'une législation régissant l'utilisation et le zonage des terres. Au sujet de la planification d'établissements humains durables et de leur gestion, il a mis en exergue la mise en place de stratégies nationales d'utilisation des terres et de répartition démographique, y compris la création de nouvelles villes, et la conception de cadres institutionnels régissant la sécurité environnementale.

Le Forum: Dimanche après-midi, les participants ont présenté leurs commentaires sur les rapports. Le Maroc, l'Arabie Saoudite, la Syrie, le Yémen et le Centre d'études arabes des zones arides et des terres sèches (ACSAD), de la LEA, ont souligné que plusieurs chiffres mentionnés dans les rapports sont erronés et dépassés. Le Yémen a suggéré d'envoyer un questionnaire à chacun des pays membres, lui demandant de fournir les chiffres exacts et, avec le Maroc, a appelé à davantage de travaux de terrain. L'Arabie Saoudite, avec la Tunisie et le PNUE, a appelé à inclure dans les rapports, les aspects positifs, et non pas uniquement ceux négatifs. La Tunisie a ajouté que les accomplissements des pays du Maghreb arabe ne sont pas mentionnés dans les rapports.

L'Arabie Saoudite et la Syrie ont plaidé pour la création d'un fonds consacré à l'eau, l'Arabie Saoudite soulignant que le principal est de trouver les ressources nécessaires à son financement. La Syrie a fait état de divergences entre les propositions relatives à l'allocation de l'eau, mentionnées dans le rapport sur l'eau, et la politique nationale syrienne.

Le Yémen a déclaré que les données contenues dans les rapports doivent provenir d'une variété de sources, et pas uniquement des ministères de l'environnement. Le délégué a souligné que les pays arabes devaient dégager des solutions qui leur sont propres et travailler à l'amélioration de la prise de conscience. L'Egypte a souligné le besoin de trouver des fonds pour la mise en œuvre. L'ACSAD a signalé que le rapport concernant la question de l'eau ne fournit pas de recommandations de suivi pour l'ensemble des problèmes identifiés. L'Arabie Saoudite a déclaré que davantage de données et de chiffres figures sont indispensables et que les politiques et les plans de chaque pays doivent être inclus. Khordagui a expliqué que l'objectif de la réunion est d'évaluer les accomplissements et non d'examiner les politiques et les stratégies.

Le représentant du Fonds Saoudien de Développement a expliqué que le Fonds a participé dans plusieurs projets respectueux de l'environnement, et qu'il est en train de mettre en place un programme pour la détermination des priorités dans chacun des pays et pour le suivi des projets et de leur rapport coût- efficacité.

Le PNUE a mis en exergue le programme du PNUE pour la Palestine, qui prend en ligne de compte les obstacles que l'occupation crée pour l'assainissement et la gestion de l'eau.

Le Forum des Médias Arabes pour l'Environnement et le Développement a déclaré que l'information est nécessaire pour la conscientisation et pour la mise en œuvre du développement durable et, décrivant la collaboration avec le PNUE et la CESAO, a mis en relief les priorités d'action, notamment le renforcement des capacités de ceux qui manipulent et qui gèrent l'information, la dissémination de l'information et les partenariats.

Le Réseau Arabe pour l'Environnement et le Développement (RAED) a encouragé l'adoption d'une approche participative orientée vers des objectifs précis dans le domaine de l'évaluation des accomplissements. Le représentant a appelé à la mise en place de mécanismes de suivi nationaux pour la mise en application des résultats du SMDD, et a souligné l'impératif de traiter le problème de la pauvreté et de renforcer les partenariats.

Le Bureau Arabe de la Jeunesse et de l'Environnement a déclaré que les rapports ont manqué de traiter de la question de l'éducation environnementale et de lier la planification et le croît démographique aux échelons régional et national. Il a recommandé la considération de la question démographique du point de vue des aspects du taux de croissance, de la répartition, et des caractéristiques des établissements humains, et a appelé à l'établissement d'un comité de développement durable pour la coordination des questions d'éducation, de conscientisation, et autres.

L'Agence Arabe de l'Energie Atomique a donné un aperçu sur ses activités visant à traiter les problèmes environnementaux dus aux polluants et aux eaux de surface, à l'utilisation de l'hydrologie dans l'agriculture, et le traitement des eaux usées et des eaux de drainage. Il a indiqué que des chiffres précis sont nécessaires pour comprendre la magnitude des problèmes.

Soulignant que les êtres humains ont droit a une quantité minimum d'eau, le représentant de la Palestine a affirmé que l'application d'une approche, basée sur la demande, en matière de gestion des ressources en eau, n'est pas appropriée dans la région arabe, confrontée à des problèmes de pénuries. Il a souligné également la nécessité d'une gestion intégrée des bassins versants, y compris le traitement du problème de la pollution en amont. Il a appelé à la reconnaissance du fait que l'eau est une composante vitale du développement.

Faisant état des contraintes de temps et d'argent posées, dans la région arabe, à l'accès à l'information, la Libye a fait l'éloge du rapport, et a appelé à l'expansion des projets d'exploitation des eaux souterraines.

LE CADRE INSTITUTIONNEL DU DEVELOPPEMENT DURABLE: Lundi, Mahmoud Hewehy, du Ministère d'Etat égyptien chargé des affaires environnementales, a présidé la session consacrée au cadre institutionnel du développement durable dans la région.

Hosny Khordagui, de la CESAO, a présenté le projet de texte du rapport concernant les institutions du développement durable (Annexe IV du point I de l'ordre du jour). Notant l'absence d'une approche exhaustive de développement durable, il a indiqué que le développement durable traite d'une large gamme de sujets, par delà le champ de l'environnement. Il a expliqué comment, dans la région arabe, une conception étroite a mené à la non-implication de ceux qui exercent un impact sur le développement durable. S'agissant de l'aspect institutionnel, l'orateur: a évoqué le niveau élevé qui caractérise la centralisation dans le monde arabe, et a souligné le besoin d'inclure, aux échelons national et régional, le concept de développement durable, tel qu'émanant du SMDD. Il a affirmé que la faiblesse du niveau de participation de la société civile est due: à une mentalité patriarcale, à une forte résistance à la création de nouveaux organes et à la priorité accordée aux intérêts individuels par rapport à ceux communautaires. Khordagui a parlé du succès du modèle de développement durable tunisien et a recommandé que ce dernier soit étudié et reproduit. Il a suggéré la création, dans chacun des pays de la région: d'un conseil suprême de l'environnement, englobant divers ministères, d'un conseil national des représentants des ONG et de la société civile, et d'un coordinateur national en matière de développement durable. Il a souligné que le rapport renferme des modèles alternatifs, à partir desquels les pays peuvent effectuer un choix.

La Libye, l'Arabie Saoudite, la Syrie et le RAED ont recommandé de donner aux pays l'occasion d'étudier les modèles alternatifs.

L'Arabie Saoudite a suggéré d'amender le mandat du CMACE, de manière à y inclure le suivi des activités de développement durable. Notant qu'il existe deux conseils au sein du CMACE, la Libye a suggéré d'élargir le mandat du conseil bas. La Palestine a fait l'éloge du rapport, et a indiqué que le mandat des institutions environnementales, relatif au développement durable, englobe la législation et le suivi. El Din El Mallah a fait état des efforts visant à améliorer la coopération et à accroître la représentativité des pays arabes africains au sein du CMACE.

La Tunisie a attiré l'attention sur son papier de travail (Annexe V du point I de l'ordre du jour) visant à faciliter la coopération dans le suivi de la mise en application des engagements pris dans les domaine de l'eau, de l'énergie, de la santé, de l'agriculture, de la biodiversité (EESAB), notant l'importance du financement qui s'y rapporte, et a mis en relief sa proposition appelant à l'élaboration d'un mécanisme clair pour l'activation du Fonds Mondial de Solidarité.

Faisant état des potentialités économiques et commerciales offertes par l'environnement, le Maroc a souligné que la dimension environnementale ne doit pas devenir un luxe dans le processus du développement durable, et a proposé la mise en place d'un mécanisme de consultation au niveau gouvernemental, pour la coordination des actions.

Le Chancelier Adly Hussein, Gouverneur de Qalubiya, en Egypte, a donné un aperçu sur les activités de l'organisation des villes arabes dans le domaine de l'assistance technique et de l'élaboration des bases de données.

Mardi, au cours de la Plénière de clôture, la Tunisie a proposé l'insertion d'une référence particulière à la résolution 57/265 de l'AGNU concernant le Fonds Mondial de Solidarité, dans la décision ayant trait aux activités de suivi du SMDD. RAED a suggéré que la lutte contre la pauvreté soit la base des trois rapports, et que les recommandations de la réunion soulignent qu'elle constitue une priorité dans le monde arabe. El Din El Mallah a noté que les rapports ont été élaborés conformément au cahier des charges, qui englobe le thème de la pauvreté, et a indiqué qu'un délai est nécessaire pour la consolidation des trois rapports, de manière à y éviter les chevauchements et les répétitions.

La Décision finale: La décision 4/18 présente un cadre temporel pour la révision des rapports sur l'eau, l'assainissement et les établissements humains, de manière à y intégrer les commentaires formulés par les pays membres, et stipule que la CMEDRA préparera un report de synthèse sur ces sujets, d'ici le 30 novembre 2003. Les délégués ont également décidé de procéder à un examen approfondi des propositions tunisiennes appelant à l'amélioration de la mise en œuvre des résultats du SMDD concernant l'eau, l'assainissement et les établissements humains. Les délégués se sont également accordés sur l'insertion, dans le report sur le cadre institutionnel du développement durable, les commentaires présentés par les pays membres, au cours de la réunion. Ils ont proposé aussi au CMACE d'élargir ses objectifs et son mandat aux aspects du développement durable, et ont plaidé pour l'expansion du Secrétariat technique du CMACE de manière à y intégrer le BRAO/PNUE et les Secrétariats de la Communauté économique des Etats Ouest-africains et de la CESAO.

SUIVI DE LA DECLARATION D'ABOU DHABI

Lundi, El Din El Mallah a introduit les mesures de suivi de la Déclaration d'Abou Dhabi de 2001, concernant la phase future du Programme environnemental arabe, mettant en relief les projets axés sur l'environnement des littoraux, la dégradation des sols, les ressources marines, et l'eau. Elle a signalé que le financement demeure un problème, et a suggéré que la CMEDRA propose la convocation d'une réunion consacrée à la concrétisation des projets. Les délégués ont approuvé. Mardi, la Plénière de clôture a approuvé la décision sans amendement.

La Décision Finale: Dans la décision 4/19, les délégués acceptent de convoquer des ateliers sur les thèmes de la gestion intégrée des ressources en eau, de la désertification, de la dégradation des sols et de la gestion intégrée des littoraux et des ressources marines, pour compléter l'élaboration des projets intéressant ces domaines, la détermination des priorités de la mise en œuvre, et la mobilisation des donateurs potentiels pour le financement des études de faisabilité. Les délégués ont également décidé que les ateliers auront lieu après la 15ème session du CMACE, prévue les 7 et 8 décembre 2003, à Benghazi, en Libye.

PROPOSITION A L'ADRESSE DU CONSEIL DES MINISTRES ARABES CHARGES DES AFFAIRES ENVIRONNEMENTALES CONCERNANT LE PROGRAMME DE TRAVAIL ENVIRONNEMENTAL DE LA PERIODE ALLANT JUSQU'A 2005

Lundi, El Din El Mallah a présenté les grandes lignes du programme de travail dans le domaine de l'environnement, couvrant la période allant jusqu'à 2005 (Annexe I du point III de l'ordre du jour), mettant en exergue les actions intéressant la désertification, la dégradation des sols, la gestion des ressources en eau, le développement industriel et la promotion des technologies propres, le suivi environnemental, la gestion des déchets dangereux, l'éducation et la conscientisation, le commerce et l'environnement, et le tourisme.

Le bureau de la confédération internationale des syndicats arabes, chargé des relations inter-arabes, a attiré l'attention sur le rôle des travailleurs dans le cadre du développement durable. Le conseil national des femmes a souligné le rôle des femmes, et a suggéré d'inclure des données sensibles à la perspective féminine, dans le rapport destiné au Secrétaire général de l'ONU.

El Din El Mallah a signalé qu'un séminaire sur le rôle des femmes est planifié, et que des lignes directrices concernant sur ce sujet, ont été élaborées. Elle a également parlé des activités futures prévues sur le rôle des jeunes et des handicapés.

L'organisation éducationnelle, scientifique et culturelle islamique (ISESCO) a souligné l'importance de la collaboration entre le monde islamique et la CDD, pour la réalisation du développement durable. L'Arabie Saoudite a proposé que l'ISESCO devienne membre permanent du CMACE.

Au cours de la Plénière de clôture, mardi, l'ISESCO a suggéré, et les délégués ont accepté, de faire référence à sa proposition appelant la CMEDRA et l'ISESCO à coordonner leurs actions en vue d'améliorer la mise en œuvre des programmes arabes de développement durable.

La Décision Finale: Dans la décision 4/20, la CMEDRA propose que le programme de travail environnemental du CMACE, pour la période 2004-2005, englobe les mesures suivantes:

  • un programme de lutte contre la désertification, par l'augmentation des terres arables et l'amélioration de l'environnement nomade, notamment à travers l'établissement d'une banque arabe d'espèces phytogénétiques et l'organisation de séminaires de conscientisation;
     

  • un programme axé sur l'environnement et l'industrie visant à traiter des méthodes de production propre, des méthodes de gestion environnementale, de la gestion des matériaux et des déchets dangereux, et de compétitivité des produits arabes;
     

  • un programme axé sur l'éducation environnementale;
     

  • un programme axé sur le renforcement des capacités dans le domaine de la législation environnementale et les mécanismes d'application; et
     

  • un programme axé sur le renforcement des capacités dans le domaine de l'évaluation de l'impact environnemental.

Les délégués ont appelé le Secrétariat technique de l'ISESCO à apporter sa coopération à l'amélioration de la mise en œuvre du programme de travail et du programme d'action islamique en faveur du développement durable. Ils ont également requis du CMACE et de la CESAO, d'apporter leur coopération dans les questions du commerce et de l'environnement, d'appeler le conseil des ministres arabes du tourisme à coopérer avec le CMACE dans le domaine du tourisme, et de demander au Comité arabe permanent chargé des statistiques à apporter sa coopération à l'établissement d'une base de données qualitatives et statistiques.

PRIORITES ET ACCOMPLISSEMENTS DANS LE DOMAINE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Lundi 20 octobre, El Din El Mallah a indiqué que les diverses expériences vécues par les pays et leur rétroaction concernant les activités visant à protéger l'environnement et la réalisation du développement durable, vont être résumés dans un rapport.

Mahmoud Abdulraheem, BRAO/PNUE, a présenté le plan d'action du PNUE pour la région d'Asie de l'Ouest,qui englobe la région arabe. Il a mis en exergue la collaboration entre le PNUE et le CMACE et l'harmonisation de leurs actions. Il a expliqué que le PNUE peut contribuer à la réalisation du développement durable dans la région arabe, à travers des actions dans les domaines de la protection environnementales et du renforcement des capacités, en entreprenant des évaluations d'impact environnemental et la réduction des effets de la guerre. Il a indiqué qu'un document sur l'action du PNUE dans la région arabe, peut être réalisé.

La Syrie a souligné que le questionnaire, distribué à tous les pays, visant à améliorer la base scientifique de l'action environnementale du PNUE, n'est pas clair. Abdulraheem, a noté que la difficulté a été reconnue et a suggéré l'organisation de séminaires régionaux pour aider les pays à remplir le questionnaire.

Arab Hoballah, Plan d'action du PNUE pour la Méditerranée (PAM), a présenté la stratégie méditerranéenne de développement durable, a décrit ses participants, ses activités et sa portée. Il a souligné le besoin d'une réforme, et a énuméré les obstacles entravant le développement durable, notamment la pauvreté, l'analphabétisme, l'inégalité des sexes, l'absence d'esprit d'entreprise d'innovation, la guerre, et les régimes économiques locatifs. Il a identifié les priorités d'action: la gestion de l'eau, l'efficacité énergétique, le transport, la gestion des littoraux et des zones marines, et l'agriculture.

RAED a appelé à une plus grande collaboration entre la LEA et le PAM, soulignant que les Etats arabes participant dans le PAM pourraient bénéficier de l'aide financière des pays riches du PAM. Il a suggéré de promouvoir l'expérience tunisienne dans l'ensemble des pays arabes, et pas uniquement ceux méditerranéens.

El Din El Mallah a fait part de la volonté de la LEA à coopérer avec le PAM.

L'ISESCO a mis en relief ses accomplissements dans le domaine du développement durable, notamment son programme de travail axé sur le développement durable islamique, qui intègre des actions portant sur la désertification, la croissance démographique, la biodiversité et les changements climatiques. Il a précisé enfin que l'ISESCO mène ses activités à travers des partenariats.

Au cours de la Plénière de clôture, mardi, la Syrie a commenté que les participants n'ont pas reçu les détails de la stratégie de travail du BRAO/PNUE, et que par conséquent, ils ne sont pas en mesure d'y apporter des contributions utiles.

La Décision Finale: Dans la décision 4/22, la CMEDRA requiert du Secrétariat technique de fournir à ses membres, les rapports reçus des Etats et des organisations, concernant leurs priorités et leurs accomplissements dans le domaine de l'environnement et du développement durable. Il demande également aux pays arabes de la région Ouest-asiatique, de soumettre au BRAO/PNUE, leurs commentaires concernant la stratégie du PNUE pour les pays arabes de la région Ouest-asiatique.

RENOUVELLEMENT DES ORGANISATIONS MEMBRES DU COMITE EXECUTIF DE LA COMMISSION MIXTE

Lundi 20 octobre, les délégués se sont penchés sur la question du renouvellement partiel des membres du Comité exécutif de la CMEDRA. El Din El Mallah a indiqué que la CESAO, le bureau régional de l'organisation mondiale de la santé, le bureau régional des organisations régionales pour la protection de l'environnement marin (ORPEM), l'ISESCO, le RAED, l'union générale des chambres de commerce, d'industrie et d'agriculture des pays arabes, et le Fonds arabe pour le développement économique et social, ont été élus organisations membres du Comité exécutif. Au cours de la Plénière de clôture, mardi, les participants ont adopté la décision, sans amendement.

La Décision Finale: Dans la décision 4/26, la CMEDRA a décidé de faire de l'organisation éducationnelle, scientifique et culturelle de la ligue arabe (ALESCO), l'un de ses membres et que les organisations suivantes soient membres du Comité exécutif, pour la période 2004-2005: l'ACSAD, l'ISESCO, le bureau régional de l'OMS, le bureau régional de l'ORPEM et l'ALESCO. La CMEDRA a également désigné le RAED en tant que représentant des ONG régionales, et a appelé le Secrétariat à inclure l'union générale des chambres de commerce, d'industrie et d'agriculture des pays arabes, en tant que représentant du secteur privé et le Fonds arabe pour le développement économique et social, en tant que représentant des institutions financières.

ENCOURAGEMENT DU SECTEUR PRIVE A INVESTIR DANS LE DOMAINE DE L'ENVIRONNEMENT

Lundi 20 octobre, le Liban, appuyé par la Syrie, a souligné le rôle du secteur privé dans la protection environnementale, et a présenté une proposition (Annexe I du point VI de l'ordre du jour) appelant à insérer dans l'ordre du jour du CMACE, la question de l'encouragement du secteur privé à investir dans le domaine de l'environnement.

Le RAED a mis en relief l'initiative des Nations Unies "Contrat Mondial" et, avec la Libye, a suggéré de convoquer un atelier consacré à une étude approfondie du rôle du secteur privé et à la détermination des actions pertinentes, avant de débattre du sujet à un niveau plus élevé.

Au cours de la Plénière de clôture, mardi, les participants ont adopté la décision, sans amendements.

La Décision Finale: Dans la décision 4/23, la CMEDRA a assigné au Secrétariat, le suivi de la mise en œuvre des résultats du SMDD, en communiquant avec l'union générale des chambres de commerce, d'industrie et d'agriculture des pays arabes, et l'organisation d'un atelier sur l'encouragement du secteur privé à investir dans le domaine de l'environnement.

ETABLISSEMENT D'UN FONDS ARABE POUR LES PROJETS ENVIRONNEMENTAUX

Au cours de la Plénière de clôture, mardi, les participants ont adopté la décision sans amendement.Lundi, le Liban, appuyé par la Syrie, a proposé la création d'un fonds arabe pour les projets environnementaux (Annexe I du point VII de l'ordre du jour). Notant le besoin de cesser de compter sur l'aide étrangère, l'Egypte a recommandé la mise en place d'un marché régional des biens et services environnementaux.

La Décision Finale: Dans la décision 4/24, la CMEDRA assigne au Secrétariat la tâche d'organiser une table ronde sur la possibilité d'établir un fonds arabe pour le financement des projets environnementaux.

POINTS DIVERS

ETAT DE L'ENVIRONNEMENT DANS LA REGION ARABE: Le lundi, le PNUE a informé les participants que le rapport n'est pas encore finalisé et qu'il leur est présenté sous forme de brouillon pour leur permettre de faire leurs commentaires.

La Décision Finale: Dans la décision 4/21, les délégués ont décidé de compléter l'élaboration du rapport concernant l'état de l'environnement dans la région arabe.

SLOGAN POUR LA JOURNEE ARABE DE L'ENVIRONNEMENT: Lundi, El Din El Mallah a rappelé que le 14 octobre de chaque année est la Journée arabe de l'environnement, et a appelé les participants à choisir un slogan et un logo pour 2004.

Soulignant que le développement durable ne peut être concrétisé sans l'instauration de la paix, le Liban, la Libye, la Palestine, la Syrie et le RAED ont plaidé en faveur du thème de la sécurité et de la sûreté. Le Yémen s'y est opposé, arguant que le thème de la sécurité déborde le mandat de la CMEDRA, et a recommandé de rester plutôt focalisés sur les thèmes de l'eau, de l'assainissement et des établissements humains. Le RAED a déclaré que le slogan pourrait trouver sa justification dans l'analyse des effets de la guerre sur l'environnement et le développement durable, et a apporté son appui à l'idée de choisir aussi un logo convenable. Le Liban a proposé de faire une publicité au slogan, à travers le bulletin de la LEA et autres événements publics.

Au cours de la Plénière de clôture, mardi, les participants ont adopté la décision sans amendement.

La Décision Finale: Dans la décision 4/25, la CMEDRA propose que le slogan de la Journée arabe de l'environnement de 2004, soit "La paix et la sécurité sont deux conditions préalables du développement durable," demande au RAED de fournir des suggestions concernant la conception du logo, et suggère que le slogan soit libellé en anglais et en arabe, et largement divulgué.

DATES ET LIEUX DE LA 5e SESSION DE LA CMEDRA ET DE LA 4e REUNION DE SON COMITE EXECUTIF: Lundi, les délégués ont décidé que la 4ème réunion du Comité exécutif se tiendra avant la 32ème réunion du Bureau exécutif du CMACE, et que la 5e session de la CMEDRA se tiendra avant la 16ème réunion du CMACE. Mardi, les participants ont adopté la décision, sans amendement.

La Décision Finale: Dans la décision 4/27, les délégués fixent la 4ème réunion du Comité exécutif, avant la 32ème réunion du Bureau exécutif du CMACE, et la 5ème session de la CMEDRA, avant la 16ème session du CMACE.

SESSION DE CLÔTURE

Le mardi 21 octobre, Mahmoud Hewehy a présenté aux participants, le procès-verbal de la réunion, renfermant les projets de décisions. Les délégués l'ont adopté, moyennant quelques amendements mineurs. Le RAED, au nom de l'ensemble des participants, a remercié le Secrétariat et les organisateurs de la réunion.

El Din El Mallah a remercié les participants et a clôturé la réunion à 11h50.

A SUIVRE D'ICI LA CDD-12

REUNION REGIONALE DE LA CDD SUR LA MISE EN ŒUVRE EN ASIE-PACIFIQUE: Organisée par la Commission économique et sociale des Nations Unies pour la région Asie-pacifique (CESAP), cette réunion se tiendra les 27 et 28 octobre 2003, à Bangkok, en Thaïlande. Pour de plus amples renseignements, contacter: UN Division for Sustainable Development; tel: +1-212-963-2803; fax: +1-212-963-4260; e-mail: dsd@un.org; Internet: http://www.un.org/esa/sustdev/csd/csd12/rim.htm

ATELIER REGIONAL SUR LES STRATEGIES NATIONALES DE DEVELOPPEMENT DURABLE: Cet atelier, prévu du 29 au 31 octobre 2003, à Bangkok, en Thaïlande, suivra la Réunion de régionale sur la mise en œuvre en Asie-Pacifique. Pour plus d'informations, contacter: ESCAP Division of Environment and Sustainable Development; tel: +66-2288-1234; fax: +66-2288-1059; e-mail: escap-esdd@un.org; Internet: http://www.un.org/esa/sustdev/csd/csd12/rim.htm

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES STRATEGIES D'URBANISATION DURABLE: Cette conférence, qui se déroulera du 3 au 5 novembre 2003, à Weihai, en Chine, est conçue pour faciliter les échanges en matière de bonnes pratiques, de bonnes politiques et des enseignements tirés du traitement des dimensions sociale, économique et environnementale de l'urbanisation durable. Cette conférence se focalisera sur les questions ayant rapport avec la réalisation des deux objectifs de développement du millénaire consacrés à la réduction de la proportion des personnes qui n'ont pas accès à l'eau potable salubre et à l'assainissement, et à l'introduction d'une amélioration significative dans les conditions de vie de 100 millions d'habitants de bidonvilles. Pour les détails, contacter: Jianguo Shen, Inter-Regional Adviser, UN-HABITAT; tel: +254-2-623541; fax: +254-2-624264; e-mail: jianguo.shen@unhabitat.org; Internet: http://www.unhabitat.org/conference/weihai.pdf

SEMINAIRE SUR LES APTITUDES DE NEGOCIATION AUTOUR DES RESSOURCES EN EAUX PARTAGEES EN PALESTINE: Organisé par la CESAO, ce séminaire se déroulera du 8 au 14 novembre 2003, près de la Mer Morte. Pour davantage de données, contacter: ESCWA Secretariat; tel: +961-1-981301; fax: +961-1-981510; e-mail: webmaster-escwa@un.org; Internet: http://www.escwa.org.lb/.

REUNION REGIONALE DE LA CDD SUR LA MISE EN ŒUVRE EN AMERIQUE LATINE ET CARAÏBES: REUNION DU GROUPE D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DE LA MISE EN APPLICATION DES RESULTATS DU SMDD: Organisée par la Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique Latine et les Caraïbes (CEALC), cette réunion se tiendra les 17 et 18 novembre 2003, à Santiago, au Chili. Pour plus de renseignements, contacter: UN Division for Sustainable Development; tel: +1-212-963-2803; fax: +1-212-963-4260; e-mail: dsd@un.org; Internet: http://www.un.org/esa/sustdev/csd/csd12/rim.htm

REUNION REGIONALE DE LA CDD SUR LA MISE EN ŒUVRE EN AMERIQUE LATINE ET CARAÏBES: FORUM REGIONAL DES MINISTRES DE L'ENVIRONNEMENT: Organisé par la CEALC, cette réunion aura lieu du 20 au 25 novembre 2003, à Panama. Pour d'autres renseignements, contacter: UN Division for Sustainable Development; tel: +1-212-963-2803; fax: +1-212-963-4260; e-mail: dsd@un.org; Internet: http://www.un.org/esa/sustdev/csd/csd12/rim.htm

15e SESSION DU CONSEIL DES MINISTRES ARABES CHARGES DE L'ENVIRONNEMENT: La 15ème session du CMACE se tiendra les 7 et 8 décembre 2003, à Benghazi, en Libye. Pour plus d'informations, contacter: Fatma El Din El Mallah, League of Arab States; tel: +20-2-575-0511; fax: +20-2-574-0331; e-mail: F-elmallah@hotmail.com; Internet: http://www.arableagueonline.org/arableague/index_en.jsp

REUNION REGIONALE DE LA CDD SUR LA MISE EN ŒUVRE EN AFRIQUE: CONFERENCE PANAFRICAINE SUR LA MISE EN ŒUVRE ET LES PARTENARIATS DANS LE DOMAINE DE L'EAU: Organisée par Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, cette réunion aura lieu du 8 au 13 décembre 2003, à Addis Ababa, en Ethiopie. La conférence traitera de l'implication des résultats du SMDD sur les initiatives régionales dans le domaine de l'eau, ainsi que du rôle de l'Afrique dans la mise en application des résultats du ce même Sommet. Pour de plus amples informations, contacter: UN Division for Sustainable Development; tel: +1-212-963-2803; fax: +1-212-963-4260; e-mail: dsd@un.org; Internet: Internet: http://www.un.org/esa/sustdev/csd/csd12/rim.htm.

DEUXIEME CONFERENCE REGIONALE SUR LA GESTION DE LA DEMANDE ET LE CONTROLE DE LA POLLUTION DANS LE DOMAINE DE L'EAU: Cette conférence est prévue du 14 au 17 décembre 2003, à Sharm el Sheikh, en Egypte. Pour plus de renseignements, contacter: ESCWA Secretariat; tel: +961-1-981301; fax: +961-1-981510; e-mail: webmaster-escwa@un.org; Internet: http://www.escwa.org.lb/.

SEMINAIRE SUR L'INTEGRATION DES QUESTIONS DE POPULATION DANS LE PROCESSUS DE DEVELOPPEMENT: Ce séminaire se tiendra du 17 au 19 décembre 2003, à Sharm el Sheikh, en Egypte. Pour les détails, contacter: ESCWA Secretariat; tel: +961-1-981301; fax: +961-1-981510; e-mail: webmaster-escwa@un.org,  Internet: http://www.escwa.org.lb/.

REUNION REGIONALE DE LA CDD SUR LA MISE EN ŒUVRE EN ECE: Cette réunion régionale organisée dans le cadre des préparatif de la CDD-12 se déroulera les 15 et 16 janvier 2004, à Genève, en Suisse. Pour plus d'informations, contacter: UN Division for Sustainable Development; tel: +1-212-963-2803; fax: +1-212-963-4260; e-mail: dsd@un.org; Internet: http://www.un.org/esa/sustdev/csd/csd12/rim.htm

REUNION PREPARATOIRE INTERREGIONALE CONSACREE A L'EVALUATION DE LA MISE EN APPLICATION DU PROGRAMME D'ACTION DE LA BARBADE (PAB): Cette réunion préparatoire interrégionale qui regroupera l'ensemble des petits Etats insulaires en développement, est prévue à Nassau, aux Bahamas, du 26 au 30 janvier 2004. Pour les détails, contacter: Diane Quarless, Chief, United Nations Small Island Developing States Unit, tel: +1-212-963-4135 fax: +1-917-367-3391; e-mail: Mauritius2004@sidsnet.org; Internet: http://www.sidsnet.org.

QUATRIEME SOMMET DE DELHI POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE (EDITION 2004): PARTENARIATS POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE – TRAITEMENT DE 'WEHAB': Le Sommet de Delhi pour le Développement Durable, événement annuel international organisé par TERI (The Energy and Resources Institute) depuis 2001, aura lieu du 4 au 7 février 2004, à New Delhi, en Inde. Le Sommet de 2004 se focalisera sur l'analyse et l'évaluation des partenariats innovants du scénario post-SMDD. Pour plus d'informations, contacter: Summit Secretariat, TERI; tel: +91-11-2468-2138; fax: +91-11-2468-2144; e-mail: dsds@teri.res.in; Internet: http://www.teriin.org/dsds

FORUM INTERNATIONAL SUR LES PARTENARIATS EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT DURABLE: Organisé par le ministère italien de l'environnement et de l'aménagement du territoire, en coopération avec le DAES des Nations Unies, ce forum se déroulera du 4 au 6 mars 2004, à Rome, en Italie. Il visera à améliorer la contribution des partenariats dans la mise en œuvre des buts et objectifs de développement durable. Pour de plus amples renseignements, contacter: Gloria Visconti, Italian Ministry for the Environment and Territory; tel: +39-06-5722-8121; fax: +39-06-5722-8180; e-mail: Visconti.Gloria@minambiente.it; Internet: http://www.minambiente.it/Sito/settori_azione/pia/docs/forum_sd_eng.pdf.   

LA CDD AGISSANT EN GUISE DE PREPCOM DE LA REUNION INTERNATIONALE SUR L'EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DU PAB POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DES PEID: Cette réunion aura lieu du 14 au 16 avril 2004, à New York. Pour plus d'informations, contacter: Diane Quarless, Chief, United Nations Small Island Developing States Unit, tel: +1-212-963-4135 fax: +1-917-367-3391; e-mail: Mauritius2004@sidsnet.org; Internet: http://www.sidsnet.org.

DOUZIEME SESSION DE LA COMMISSION DU DEVELOPPEMENT DURABLE (CDD-12): La CDD-12 est prévue du 19 au 30 avril 2003, à New York. Comme décidé à la CDD-11, la 12ème session sera "l'année de l'évaluation," consacrée à la revue des progrès accomplis dans la mise en application des objectifs de développement durables et à l'identification des contraintes et des obstacles rencontrés dans les domaines de l'eau, de l'assainissement et des établissements humains. Pour plus de détails, contacter: UN Division for Sustainable Development; tel: +1-212-963-2803; fax: +1-212-963-4260; e-mail: dsd@un.org; Internet: http://www.un.org/esa/sustdev/csd/csd12/csd12.htm.   

Ce numéro du Bulletin des Négociations de la Terre © enb@iisd.org a �t� r�dig� par Alice Bisiaux alice@iisd.org et Charlotte Salpin charlotte@iisd.org. Version Fran�aise: Mongi Gadhoum mongi@iisd.org. Editrice en chef: Pamela S. Chasek, Ph.D. pam@iisd.org. Directeur du Service Information: Langston James Goree VI kimo@iisd.org. Les principaux bailleurs de fonds du Bulletin sont: Le gouvernement des Etats-Unis (� travers le Bureau des oc�ans et des affaires environnementales et scientifiques internationales du d�partement d'Etat am�ricain), le minist�re n�erlandais des affaires �trang�res, le gouvernement du Canada (� travers l'ACDI, DFAIT et Environnement Canada), l'agence suisse de l'environnement, des for�ts et des paysage (SAEFL), le Royaume-Uni (� travers le DFID et DEFRA), la commission europ�enne (DG-ENV), le minist�re danois des affaires �trang�res, et le gouvernement allemand (� travers les minist�res de l'environnement (BMU) et de la coop�ration pour le d�veloppement (BMZ)). Un soutien g�n�ral a �t� accord� au Bulletin au titre de l'exercice 2003, par: le PNUE, le gouvernement australien, les minist�res su�dois de l'environnement et des affaires �trang�res, le minist�re n�o-z�landais des affaires �trang�res et du commerce ext�rieur, le minist�re norv�gien des affaires �trang�res, Swan International, le minist�re nippon de l'environnement (� travers l'IGES), le Minist�re nippon de l'�conomie, du commerce et de l'industrie (� travers GISPRI) et le minist�re islandais de l'environnement. Un financement particulier pour la couverture de cette r�union a �t� fourni par le minist�re norv�gien de l'environnement. La version fran�aise est financ�e par le minist�re fran�ais des affaires �trang�res et l'IEPF/OIF. Les opinions exprim�es dans le Bulletin appartiennent � leurs auteurs et ne refl�tent pas n�cessairement les vues de l'IIDD et des bailleurs de fonds. Des extraits du Bulletin peuvent �tre utilis�s uniquement dans des publications non commerciales moyennant une citation appropri�e. Pour tous renseignement, y compris les demandes de couverture d'�v�nements par nos services, contacter le Directeur du Service d'Information de l'IIDD, � kimo@iisd.org, +1-212-644-0217 or 212 East 47th St. #21F, New York, NY 10017, USA.

Cette page a �t� t�l�charg�e le 12/28/2003