Service d'Information de l'IIDD
à la Session de la FNUF-3

 Bulletin des Négociations de la Terre:
Le BNT publiera un numéro quotidien sur les négociations de la FNUF-3. Ce site vous permettra l'accès à notre couverture quotidienne, qui englobera des photos numériques et des enregistrements en 'Real Audio'.
 

FNUF-3 en Anglais
Liens ouvrant sur les Ressources Electroniques du FNUF
Page d'Accueil de Linkages


Rapports du BNT HTML PDF TXT
26 mai 

27 mai 

28 mai 

29 mai 

02 juin 

03 juin 

04 juin 

05 juin 

06 juin 

Forum des Nations Unies sur les Forêts, Troisième Session
26 mai - 6 juin 2003 à Genève, en Suisse 
        

Couverture Quotidienne sur la Toile |Rideau| |Lun 26| |Mar 27| |Mer 28|

|Jeu 29|

|Ven 30|
  |Lun 2| |Mar 3| |Mer 4| |Jeu 5| |Ven 6|
English |Curtain| |Mon 26| |Tue 27| |Wed 28| |Thu 29| |Fri 30|
    |Mon 2| |Tue 3| |Wed 4| |Thu 5| |Fri 6|

Les Faits Marquants du Vendredi 30 Mai 2003

En dépit du fait que la journée du jeudi était fériée, aux Nations Unies, les délégués se sont réunis, de manière non officielle, pour poursuivre leurs travaux sur les cahiers des charges des groupes d'experts spéciaux. Vendredi, les délégués se sont réunis en Plénière, le matin, pour considérer les aspects économiques des forêts, puis, l'après-midi, pour prendre part au groupe de discussion sur les initiatives régionales, ayant trait à l'amélioration de la coopération. Photo ci-dessus: Le groupe de discussion sur le thème des "Aspects Economiques des Forêts".



LES ASPECTS ECONOMIQUES DES FORETS:




Jim Douglas, de la BANQUE MONDIALE, a présenté le rapport concernant les aspects économiques des forêts, et a souligné, entre autres, la nécessité d'améliorer la collecte des droits d'exploitation forestière et de développer les mesures d'encouragement étatiques en faveur d'investissements écologiquement responsables. 





Markku Simula, de l'Organisation INDUFOR, a modéré le groupe de discussion sur le thème des Aspects Economiques des Forêts. Il a invité les panélistes à traiter, à leur échelle internationale: les défis posés par la mondialisation à la concrétisation de la GFD; les voies et moyens de tacler les barrières commerciales, les imperfections du marché, et la faible gouvernance; la faisabilité économique de la GFD; et les mécanismes potentiels nécessaires à l'appréhension de la valeur des avantages environnementaux offerts par les forêts.




Yilmaz Akyüz, de la CNUCED, a parlé du décalage entre les ressources forestières et la part de marché, dans les pays en développement, et s'est focalisé sur les inconvénients de la concurrence posés au pays en développement dans leurs exports de ressources forestières. Il a noté que l'exploitation viable des ressources naturelles, et leur diversification en produits à valeur ajoutée importante, requiert un investissement de capitaux fiscal et humain.





Soulignant que la GFD vient en parallèle à l'amélioration des moyens de subsistance, Maud Dlomo, Afrique du Sud, a mis en exergue le besoin d'une participation significative des acteurs locaux dans le traitement des défis posés à la GFD, dans le contexte de la mondialisation.






Mettant en relief le fait que la collecte du bois de chauffe constitue 77 % de la récolte annuelle des bois, et que les directives et autres accords en faveur de la conservation ont un impact très peu important sur cette situation, Manoel Sobral, Directeur Exécutif de l'OIBT, a appelé à des mécanismes et des subventions innovantes pour s'assurer de la réussite de la GFD dans les pays en développement.







Achim Steiner, de l'UICN, a expliqué que l'approche basée sur l'écosystème vise à créer une compréhension de tous les services fournis par les forêts.






Marvin Brown, de l'Association Américaine des Forêts et du Papier, a souligné la nécessité de s'assurer de la compétitivité des entreprises gérées de manière viable et a appelé le FNUF à donner la parole à l'ensemble des principales parties prenantes et à poursuivre la facilitation du dialogue autour des systèmes de certification.;et à accorder une priorité à la mise en place de programmes efficaces de suivi, d'évaluation et d'établissement des rapports, concernant les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la GFD.





L'INDE a donné un aperçu sur ses plans visant à promouvoir l'investissement du secteur privé dans des domaines fonciers privés convenant à la plantation des arbres. Il a appelé aussi à une action concrète dans le domaine des mécanismes permettant d'apporter une valeur ajoutée aux produits forestiers.






Le SALVADOR a donné des détails sur les mesures prise pour encourager l'investissement privé dans le développement des forêts, soulignant ses besoins en matière d'assistance. Il a noté qu'en dépit des programmes politiques en place, le pays n'en est pas encore à la concrétisation du développement durable des forêts.






Le BRESIL a appelé à investiguer les voies et moyens permettant d'assurer une valeur ajoutée aux produits et services forestiers et a noté l'importance d'inclure la mention de l'accord sur l'intégration du savoir traditionnel et du partage des avantages, figurant dans le Plan de Mise en Application de Johannesburg.





L'INDONESIE a présenté la réduction des barrières tarifaires et non-tarifaires comme étant une priorité pour la réalisation des objectifs visés, et a souligné le besoin d'améliorer la mise en application des engagements relatifs au financement de la GFD, à travers la mise à disposition de ressources financières, le transfert des technologies et le renforcement des capacités.







La NOUVELLE ZELANDE a souligné la nécessité d'une valorisation et d'une tarification exactes des services environnementaux, ainsi que d'une plus grande ouverture des marchés aux produits forestiers issus des forêts gérées de manière viable.

L'AMELIORATION DE LA COOPERATION ET LA COORDINATION DES POLITIQUES ET DES PROGRAMMES:




Virgilio Viana (Brésil) a présenté les expériences régionales vécues dans le bassin de l'Amazonie. Il a souligné, entre autres, la nécessité: d'accroître le contrôle de la gestion forestière par les parties prenantes; de s'assurer de l'engagement à long terme de ressources financières; d'attirer l'investissement, en tant que moyen indispensable à la facilitation de la GFD; de payer leur propriété intellectuelle, aux peuples indigènes; et d'améliorer la collaboration entre les pays du sud.





Liza González, Nicaragua a présenté les approches centraméricaines dans le domaine de la GFD et a dressé la liste d'un certain nombre d'institutions et d'accords régionaux pertinents à la GFD.





Peter Mayer, de la Conférence Ministérielle sur la Protection des Forêts en Europe (CMPFE) a présenté les initiatives régionales en matière de coopération ayant trait à la GFD en Europe. Il a donné un aperçu sur le caractère et les objectifs de la CMPFE, de la CENUE et de la Stratégie pour l'Environnement en Europe/la Diversité de la Biologie et du Paysage Pan-Européen.





Kit Prins, de la Commission Economique des Nations Unies pour l'Europe (CENUE), a souligné l'importance de la transparence, de la participation des parties prenantes, et d'une coopération permanente entre les agences, au fins d'encourager la coordination nationale.






Décrivant le Partenariat Forestier Asiatique, le JAPON a parlé des réussites accomplies dans l'application des législations, la prévention des feux forestiers, la mise en valeur des sols dégradés, et l'amélioration de la coopération et de la gestion des données.




Le Congo a exprimé sa gratitude aux donateurs pour le lancement et la mise en œuvre de l'Initiative du bassin du Fleuve Congo. Photo de droite: Pekka Patosaari, Coordonnateur et Chef du FNUF, en conversation avec les délégués du CONGO.

LES MANIFESTATIONS EN MARGE DE LA FNUF-3:
 

L'ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX (OIBT): CONCRETISER LA GESTION FORESTIERE DURABLE


Le vendredi 30 mai, l'Ambassadeur Beat Nobs, de l'Agence Suisse chargée de l'Environnement, des Forêts et du Développement, a modéré une manifestation organisée par l'OIBT en marge de la conférence, sur le thème de la promotion de la gestion forestière durable (GFD) dans les pays tropicaux. Duncan Poore, auteur de l'ouvrage 'Changing Landscapes', a noté que l'avenir de la GFD dans les régions des tropiques est hautement imprévisible, étant donné qu'il dépend des prospectives mondiales, et a appelé à l'accroissement du financement en faveur des programmes éducationnels dans le domaine de la gestion forestière. Markku Simula, de l'organisation Indufor Oy, a indiqué que la certification peut constituer une entrave au commerce international, mais que l'OIBT peut aider à lever ses entraves: en améliorant la prise de conscience et l'acceptation du marché d'une approche par étapes, pour la certification; en renforçant les capacités dans les régions des tropiques; et en améliorant les conditions pour la mise en œuvre de la GFD. Rex Cruz, a présenté une étude de cas financée par l'OIBT aux Philippines, où les concessionnaires forestiers sont aidés dans le domaine pour la mise en application de la GFD. Dans le débat qui a suivi, les présents et les panélistes ont noté que c'est plutôt le pragmatisme, que le perfectionnisme, qu'il faut avoir à l'esprit dans l'application des directives du FNUF et autres aux projets forestiers.  


LA CONFERENCE MINISTERIELLE SUR LA PROTECTION DES FORETS EN EUROPE (CMPFE):

La manifestation organisée en marge de la réunion et consacrée à la Conférence Ministérielle sur la Protection des Forêts en Europe (CMPFE) s'est focalisé sur les principaux résultats de la CMPFE-4 qui s'est déroulée à Vienne, en avril 2003. Peter Mayer, Chef de l'Unité de Liaison de la CMPFE, à Vienne, a mentionné les résolutions prises concernant: l'identification des thèmes transversaux; l'amélioration de la coopération intersectorielle; la mise en place de plans de développement forestiers nationaux (PFN); la promotion de la viabilité économique des forêts; la prise en considération des dimensions sociale et culturelle; et la prise en considération de la diversité biologique forestière et des changements climatiques dans le domaine de la protection des forêts. Ingwald Gschwandtl, Autriche, a noté que les résolutions et la Déclaration de Vienne fournissent un moyen utile pour l'intégration des intérêts nationaux dans les processus mondiaux et réciproquement. Kazimerz Rygoswki, Pologne, a axé son intervention sur l'importance des valeurs culturelles des forêts. Knut Oistad, Norvège, a souligné l'importance de la CMPFE, en tant qu'engagement politique.

Liens

Les parutions quotidiennes et le rapport de synthèse BNT consacré à la FNUF-2, en PDF (En Anglais)

Le Site du FNUF sur la Toile, avec des Liens permettant l'accès à l'Ordre du Jour Provisoire et autres documents de la réunion 

Page de Linkages consacrée aux questions touchant aux forêts, à la désertification et à la terre, assortie d'une brève introduction aux politiques forestières mondiales.

Site de l'OIBT sur la Toile

Site de la FAO sur la Toile

Récentes couvertures de la publication 'SD' consacr�es au th�me des For�ts:

4�me Conf�rence Minist�rielle sur la Protection des For�ts en Europe (CMCPFE)

L'Initiative du FNUF Conduite par les Pays

Conf�rence Internationale sur les Crit�res et les Indicateurs pour la Gestion Foresti�re Durable (CICI)

Le Commerce International et la Gestion Foresti�re Durable

 

Retour � la Page d'Accueil de 'Linkages' - Visitez IISDnet - Envoyez e-mail au BNT
� 2003, IIDD. Tous droits r�serv�s.