go to IISDnet
    
Première Réunion de Fond du Forum des Nations Unies sur les Forêts
   Siège de l'ONU, New York, Etats-Unis, 
du 11 au 22 Juin 2001
 

>>ENB English Version<<

Archive:
(English)

Archive:
(Français)


Mise à jour du mercredi 13 Juin  


Troisième journée de la FNUF-1, les délégués se sont réunis en séance Plénière pour débattre du programme de travail pluriannuel (PTPA), du plan d'action (PA) et de l'initiation des travaux avec le Partenariat de Collaboration sur les Forêts (PCF).

Left photo: The dias during the morning session

LA PLENIERE

LE PTPA:


L'EQUATEUR présenta un rapport sur l'état d'avancement de sa politique nationale en matière de forêts, y compris sur le cadre juridique mis en place pour la GDF sur la base des critères et indicateurs (C&I) agréés. L'orateur fit également part de son espoir de voir se concrétiser une plus grande coordination entre les divers pays et les différentes organisations, et souligna l'importance des actions parallèles entreprises aux niveaux national, régional et international.




L'ARGENTINE proposa de faire de la question du commerce international, un thème à considérer, et de tenir une réunion de groupe d'experts sur le financement et le transfert des technologies. L'intervenant indiqua que le segment ministériel doit procéder à l'approbation du PA durant la FNUF-2, et fit part de sa satisfaction quant au travail, en rapport avec le thème des forêts, accompli au sein de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB).




Le COSTA RICA souligna l'importance de parvenir à un accord sur le PTPA et sur le PA à la FNUF-1. L'orateur mit en relief la nécessité d'établir des critères pour la mesure des progrès réalisés et appuya l'idée d'utiliser, dans leur élaboration, l'expérience disponible et les systèmes de suivi existants. Il apporta son soutien à l'idée de tenir une réunion ministérielle à la FNUF-2.



Le GHANA déclara que le PTPA doit se focaliser sur la mise en application des propositions d'action du GIF et du FIF et, en particulier, sur la levée des obstacles entravant la mise en œuvre du programme forestier national (PFN). Le délégué souligna, par ailleurs, que le PA doit avoir des objectifs et des stratégies clairs pour le travail intergouvernemental, les mécanismes de facilitation de la mise en application nationale, les visées stratégiques et des dispositions financières, en particulier au niveau national.




L'ALLIANCE INTERNATIONALE DES POPULATIONS INDIGENES ET TRIBALES DES FORETS TROPICALES appela à une pleine participation des peuples indigènes, des ONG et de la société civile dans les débats sur les forêts menés au niveau international. Le porte-parole déplora le caractère peu souple des règles de l'ECOSOC et appela à la participation des populations indigènes dans le PCF.


L'INITIATION DES TRAVAUX AVEC LE PCF:

couverture à suivre 


La CDB rapporta que sa prochaine CdP traitera du thème de la biodiversité forestière et nota l'établissement du Groupe d'Experts Techniques Ad Hoc sur la Biodiversité Forestière, aux travaux duquel le PCF a participé. Le représentant indiqua que le PCF sera sollicité d'apporter sa contribution dans la prochaine étude pilote de la CDB sur les interconnexions entre le changement climatique et la biodiversité.

 


Le CENTRE DE LA RECHERCHE INTERNATIONALE SUR LES FORETS (CIFOR) fit état de son adhésion au PCF et mit en relief son rôle dans la fourniture d'un apport scientifique objectif à l'usage des gouvernements. Le représentant mit en exergue l'implication du CIFOR dans les recherches intéressant, entre autres: les C&I, les aspects de la GDF ayant trait à l'économie et à la sylviculture, les effets intersectoriels et les incendies forestiers. Il indiqua que la participation dans le PCF offrait l'occasion de recevoir des orientations du FNUF sur les priorités en matière de recherche.

couverture à suivre

Le représentant de l'ORGANISATION POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE (FAO) attira l'attention sur le rôle joué par cette dernière dans le domaine de la collecte, analyse et dissémination des données, et mit en relief le nouveau Centre des Programmes Forestiers Nationaux, conçu pour l'apport de contributions catalytiques visant à soutenir les efforts des pays en développement dans la mise en œuvre des PFN. L'orateur annonça l'intention de la FAO de mettre un agent de soutien à la disposition du Secrétariat du FNUF.

Le FONDS MONDIAL POUR L'ENVIRONNEMENT (FEM) accepta l'invitation à participer au travaux du FNUF à travers l'adhésion au PCF. La représentante indiqua que par rapport au financement global réservé à la biodiversité, le programme opérationnel forestier est celui qui a le plus grand nombre de projets et la part la plus importante des affectations du FEM: 81 projets pour un montant de 505.92 millions de dollars, assorti d'un co-financement de plus de 1.03 milliard de dollars.

L'ORGANISATION INTERNATIONALE DU BOIS D'OEUVRE TROPICAL (ITTO) parla d'une récente décision prise par son organe dirigeant en soutien à l'implication de l'ITTO dans le FNUF et dans le PCF, laquelle autorise le co-parrainage des initiatives nationales du FNUF par l'ITTO et la mise d'un professionnel à la disposition du Secrétariat du FNUF. L'orateur nota que l'ITTO a servi d'agence leader dans l'élément de programme du FIF consacré au thème du commerce et environnement.
LE PLAN D'ACTION:
L'UE réitéra que le PA doit être opéré à travers les instruments disponibles, le FNUF n'étant pas doté d'un mandat opérationnel. Le porte-parole souligna par ailleurs que les pays se devaient d'établir des priorités à travers des études systématiques, promis un soutien financier continue en faveur des pays en développement dans le cadre des programmes de développement existants, et mit en relief l'importance des stratégies de financement à caractère particulier qui facilitent l'implication du secteur privé.

Left photo: Sweden speaking on behalf of the EU


L'OUGANDA qualifia la période de cinq ans préconisée pour la mise en application du PA de "durée péniblement courte", et suggéra que l'évaluation soit basée plutôt sur les conditions physiques des forêts plutôt que sur le niveau des activités politiques.

Le JAPON suggéra que le PA ne doive pas tenter de couvrir toutes les propositions d'action du GIF et du FIF mais qu'il doive se focaliser plutôt sur un nombre limité de sujets essentiels. Le délégué recommanda une catégorisation des 16 éléments discutés à la FIF-4, et déclara que le PA ne doit en aucune manière englober des points autour desquels il n'y a pas eu de consensus au sein du FIF. Il proposa que le suivi, l'évaluation et l'élaboration des rapports puissent porter uniquement sur les éléments retenus dans le PA et inclure à la fois la mise en œuvre des propositions approuvées et la progression vers la GDF.

SIDE EVENT:
Meeting of the Collaborative Partnership on Forests (CPF) and representatives of NGOs/IPOs
The CPF sponsored an afternoon side event with representatives from NGOs/Indigenous Peoples Organizations (IPOs) that discussed clarifications about the CPF (membership, mandate and policy), the CPFs communication and coordination with major groups, "Concrete Actions for Promoting the Implementation of the IPF Proposals for Action, national forest programs and "Participatory Monitoring and National Reporting of Implementation to the UNFF" The meeting was facilated by CPF chair Hosny El-Lakany and moderated by Miguel Lovera of Sobrevivencia.

Liens ouvrant sur les �v�nements ayant trait � la Conf�rence For�ts:

Page d'Accueil du DAES sur la R�union 2001 du FNUF
Page d'Accueil du DAES sur les For�ts
Rapport Officiel de la Quatri�me Session du FIF
Page d'Accueil de 'Linkages' sur les For�ts
Rapport de Synth�se du ENB sur l'Atelier consacr� au th�me du Financement de la Gestion Durable des For�ts

Rapport de Synth�se du ENB sur la Quatri�me Session du FIF
Center for International Forestry Research (CIFOR)

 

� 2001, Earth Negotiations Bulletin. All rights reserved.

| Linkages home | E-Mail |