Couverture quotidienne sur la toile
d
l
m
m
j
v
s

Couverture quotidienne du ENB

HTM

PDF

TXT

3 Novembre

 

 

 

4 Novembre

 

 

 

5 Novembre

 

 

 

6 Novembre

 

 

 

7 Novembre

 

 

 

8 Novembre

 

 

 

Compte Rendu

 

 

 

Visitez le site de l'Organisation Internationale des Bois Tropicaux


*Pour visualiser les fichiers PDF, vous aurez besoin de
vous procurer d'abord, le logiciel 'Adobe Reader' fourni, à titre
gracieux, sur l'Internet

 



 

Conseil International des Bois Tropicaux: Trente-cinquième session

 
Yokohama, Japon | du 3 au 8 novembre, 2003

                                                                                                        English Version

                                                                                                        Versión en español

Les Faits Marquant du Jeudi 6 Novembre

Jeudi matin, les délégués près de la CIBT -35 se sont réunis dans les commissions sur l'information économique et les données du marché (CEM), l'industrie forestière (CFI) et les questions administratives et financières (CFA). L'après-midi, les délégués se sont réunis dans une session du Conseil, pour examiner: la revue et l'évaluation annuelle de la situation internationale des bois tropicaux: la liste des propositions avancées pour la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES); la négociation de l'accord succédant à l'AIBT, 1994; la gestion forestière durable (GFD) dans le bassin du Congo; et l'Objectif 2000 de l'OIBT.

Photo: Débat sur le thème: les communautés, les forêts et le commerce international: (G-D): Hildebrando Ruffier, COICAP, Pérou; Yati Bun, Foundation for People and Community Development, Inc, Papoua Nouvelle Guinée; Alberto Chinchilla, ACICAFOC, Costa Rica; et, Arvind Khare, Consultant Indépendant

Session du Conseil

David Cassells, Banque mondiale, a présenté les conclusions de la mission de diagnostic effectuée aux Philippines, et a recommandé que le gouvernement procède, entre autres: à la mise en place d'un cadre législatif exhaustif pour la GFD; à l'examen les effets des politiques; à affinement des évaluations de l'impact environnemental; à la création de commissions régionales chargées de la GFD; à la mise à disposition de données améliorées concernant le marché. (Enregistrement sonore de l'exposé).

Romeo T. Acosta, du Bureau chargé de la gestion forestière, du Département de l'Environnement et des ressources naturelles (à droite).

L'Indonésie (à gauche)

Stephen Johnson, du Secrétariat, a présenté un rapport sur les éléments devant figurer dans l'évaluation annuelle de la situation mondiale des bois tropicaux (ITTC (XXXV/4), notant que les données concernant le commerce international du bois d'œuvre prennent de plus en plus d'importance, du fait qu'elles viennent éclairer les discussions politiques. Il a noté qu'étant donné que le Secrétariat n'a reçu, de la part des pays, que très peu de réponses concernant les données dont ils disposent, il pourrait être amené à envisager, dans le futur, de payer les pays, pour l'obtention de ces renseignements. Il a également indiqué qu'ils sont en train de travailler avec un groupe de travail inter-Secrétariats, sur l'amélioration des réponses reçues de la part des pays industrialisés. (Enregistrement sonore de son intervention).

S'agissant des propositions à présenter à la CITES, il a indiqué que depuis la CIBT-34, le secrétariat n'a reçu aucune proposition pour les listes des nouvelles espèces, figurant dans les appendices de la CITES. Il a noté qu'à partir du 15 novembre 2003, l'acajou figurera sur la liste de l'appendice II de la CITES, ce qui implique que chaque importation d'acajou aura besoin d'une autorisation de la CITES. Le Secrétariat a également indiqué que la CITES et l'OIBT ont tenu une seconde réunion du Groupe de travail sur l'acajou. (Enregistrement sonore de l'intervention).

Le Vice-président Jan McAlpine, a déclaré que l'OIBT est reconnue comme étant l'une des sources les plus fournie en matière de données sur le commerce international des bois tropicaux, en général, et que les données constituent la base des décisions politiques prises tant au niveau de l'OIBT qu'à l'échelon national.

.

Shaharuddin Mohamad Ismail a présenté un papier d'information générale sur les expériences vécues dans la mise en œuvre de l'AIBTA, 1994 (ITTC XXXV/5), élaborant sur: l'organisation et l'administration de l'AIBT; les procédures du CIBT; le financement; les activités d'ordre opérationnel; les liens avec le Fonds commun des matières premières; et les catégories des différents objectifs. Ismail a affirmé que des réalisations notables ont été accomplies dans le cadre de l'AIBT, 1994, en dépit des insuffisances enregistrées dans la mise en œuvre. Il a souhaité voir les évaluations potentielles futures qui seront effectuées dans le cadre de l'accord successeur, inclure l'intégration de la mise en œuvre des politiques et des projets, un meilleur équilibre de la répartition des projets entre les commissions et entre les régions géographiques, et l'amélioration des cycles des projets.


Débat en marge de la conférence: Les communautés, les forêts et le commerce international: les nouvelles opportunités offertes pour la réduction de la pauvreté et de pour la conservation

Andy White, Forest Trends, Président du Groupe consultatif de la société civile (au fond, à droite), a introduit le débat sous le thème "Les communautés, les forêts et le commerce international: les nouvelles opportunités offertes pour la réduction de la pauvreté et de pour la conservation." Le panel a consisté en quatre exposés, dont chacun accorde une grande importance au rôle que les forêts et le contrôle exercé par les communautés forestières jouent dans la réduction de la pauvreté et la création des moyens de subsistance.
Photo: Hildebrando Ruffner, COICAP, Pérou; Yati Bun, Foundation for People and Community Development, Inc, Papoua Nouvelle Guinée; Alberto Chinchilla, ACICAFOC, Costa Rica; Arvind Khare, Consultant indépendant; et, le Président Andy White, Forest Trends.

Arvind Khare, Consultant indépendant (ci-dessus, à gauche), a donné un aperçu exhaustif sur les tendances et les développements survenus dans le domaine de l'acquisition communautaire locale de propriétés forestières. Il a noté en particulier, que cette dernière s'est accru ces dernières années et qu'il est probable que cette tendance enregistrée à l'échelle mondiale, se poursuivra. Il a également noté que les communautés locales ont reçu des investissements importants ces quinze dernières années. Khare a noté, que nonobstant une continuation de ces deux tendances, l'absence de soutien gouvernemental a été total dans le domaine de la facilitation de la gestion forestière locale.(Enregistrement sonore de son intervention).

Hildebrando Ruffner, COICAP, Pérou (au centre), a déclaré que la foresterie industrielle est la forme d'exploitation forestière dominante, au Pérou, et que l'implication des peuples indigènes dans la gestion des forêts péruviennes est minime. Ruffner a appelé à l'amélioration de l'accès de l'entreprise communautaire aux marchés et à l'accroissement de la transparence pour mieux combattre la corruption.

Yati Bun, de la 'Foundation for People and Community Development, PNG (ci-dessus à droite), a parlé de la foresterie communautaire en Papouasie Nouvelle Guinée, notant les opérations dans ce domaine sont confrontées à de nombreuses barrières. Bun a précisé que des réformes législatives et politiques intérieures sont nécessaires pour encourager la foresterie communautaire et que l'OIBT peut aider dans ce sens.

Alberto Chincilla, de l'organe de coordination des forêts indigènes et communautaires d'Amériques centrale, au Costa Rica, a expliqué que son organisation promeut et facilite l'accès à la propriété forestière et le développement de l'entreprise liée aux forêts. Il a encouragé l'investissement accru dans la gestion forestière communautaire, notant que la communauté internationale ne paie pas les services environnementaux rendus par les forêts gérées par les communautés indigènes et locales. Chincilla a noté que l'OIBT a un rôle à jouer dans la formulation de politiques qui favorisent le développement durable à l'échelon local. (Enregistrement sonore de son intervention).

Notant que la plupart des membres de l'OIBT ont signé les Objectifs de développement du millénaire (ODM), White a affirmé que les initiatives forestières communautaires apportent une contribution importante à la réduction de la pauvreté et à d'autres aspects des ODM. Il a encouragé l'intégration des initiatives forestières communautaires et des aspects sociaux, dans le plan de travail de l'OIBT, dans l'organisation des travaux et dans l'accord succédant. WWF BRESIL a élaboré sur les initiatives communautaires entreprises en Amazonie, et a encouragé les organisations à collaborer et à partager les expériences tirées de leur implication avec les communautés forestières. La NOUVELLE ZELANDE a souligné le besoin, pour les groupes de la société civile, de pousser les gouvernements à ouvrir les marchés et à permettre aux communautés forestières de tirer profit du commerce international. Le délégué des ETATS-UNIS a demandé si le nivellement du terrain de jeu pour les communautés locales, à travers, par exemple, des avantages fiscaux, doit s'effectuer uniquement au niveau gouvernemental national ou également au niveau de la communauté internationale.

La Commission sur l'information économique et les données du marché et la Commission sur l'industrie forestière
Emmanuel Ze Meka, du Secrétariat, et le Coprésident Astrid Bergquist.

Le délégué des Etats-Unis a proposé l'adjonction de deux projets, au Programme de travail biennal préliminaire: un atelier régional au Pérou, consacré à l'évaluation et au renforcement des capacités des principaux pays exportateurs d'acajou; et l'évaluation et l'audit des systèmes de suivi disponibles dans les pays producteurs.


La Commission sur les questions administratives et financières

Comité de rédaction officieux: Le comité de rédaction officieux a introduit quelques amendements mineurs dans les projets de décisions concernant le compte des agences d'exécution et la gestion du budget administratif. Le groupe a examiné le projet de programme de travail pour la biennale 2004-2005, et a débattu des paragraphes présentant la liste des activités devant être mises en œuvre par le Directeur exécutif.

Photos diverses

Les membres de la délégation brésilienne (à gauche) avec Ana Euler, WWF (à droite)

Andrew Baldwin, Lauren Flejzor, Nienke Beintema et Hugh Wilkins, Rédacteurs du ENB (à gauche) -- Alaister Sarre, du Secrétariat, familiarisant ses enfants avec le travail du Conseil, dès leur jeune âge (à droite).


| Retour � la Page d'Accueil de 'Linkages' | Visitez IISDnet | Envoyez E-mail au BNT |
� 2003, IIDD. Tous droits r�serv�s.