go to IISDnet
Quatri�me Session du Forum Intergouvernemental sur les For�ts
Photos et RealAudio du 3 f�vrier
<< retour � la page d'accueil <<
 

3 f�vrier:

Quatri�me journ�e du FIF-4, le Groupe de Travail 1 a poursuivi les n�gociations autour des libell�s crochet�s concernant les connaissances traditionnelles li�es aux for�ts (CTLF) et a aborder bri�vement les th�mes des causes sous-jacentes de la d�forestation, des zones prot�g�es et de la recherche en mati�re de for�ts. Les d�l�gu�s se sont �galement r�unis dans les groupes de contact sur le transfert des TER, le financement, et le commerce et environnement, pour la poursuite de leurs d�lib�rations.


Groupe de travail 1

<< Concernant la mise en place de l�gislations et de politiques nationales pour la r�alisation des objectifs relevant des divers articles de la CDB, le CANADA proposa la suppression de la r�f�rence � la mise en place d'un cadre juridique pour les articles de la CDB au niveau international.

Le JAPON indiqua que certains aspects de l'origine �taient �galement en cours de traitement par la WIPO >>
<< La BANQUE MONDIALE pr�senta la d�finition des zones prot�g�es retenue par la Commission Internationale de l'UICN sur les Zones Prot�g�es (CIZP). L'orateur affirma que la d�finition et le syst�me de classification �labor� par cette m�me commission �taient utilis�s par bon nombre de pays, d'institutions des Nations Unies et de groupes sociaux, et encouragea le FIF � en prendre notes. Il appela le FIF � inviter � l'�laboration d'une approche mondiale de l'�valuation de l'efficacit� de la gestion des zones foresti�res prot�g�es.

Ev�nement Sp�cial: Service d'Information Mondial sur les For�ts
Uma Lele, du D�partement de l'Evaluation des Op�rations, � la Banque Mondiale (OED) a introduit l'�dition 1991 de l'�valuation g�n�rale de la Strat�gie Foresti�re de la Banque. Elle a expliqu� que le masse des cr�dits directs aux projets forestiers �tait en stagnation et que les efforts visant � accro�tre le couver forestiers �taient modestes, except� en Chine et en Inde. Elle a not� une mise en application seulement partielle des politiques foresti�res et un d�clin abrupt de l'engagement en faveur de l'Afrique. Elle a indique que la Banque a arr�ter d'apporter son soutien aux initiatives, conform�ment � l'interdiction de l'exploitation foresti�re commerciale. Elle a soulign� l'implication de la Banque Mondiale dans les processus du GIF et du FIF, notant que beaucoup pouvait encore �tre fait, compte tenu, en particulier, du fait que la Banque a favoris� d'autres secteurs, y compris celui de l'agriculture. Elle a expos� la strat�gie de la Banque et ses recommandations d'action, notamment: une meilleure conciliation entre les exigences de la conservation et ceux du d�veloppement; l'inclusion davantage de types de for�ts; et la fourniture d'une assistance accrue � tr�s faibles taux d'int�r�t, aux pays producteurs des biens de consommation forestiers de base. .

Extraits RealAudio de la pr�sentation de Ms.Lele: Premi�re Partie  Deuxi�me Partie

Odin Knutsen, du D�partement du D�veloppement Ecologique et Social Durable, � la Banque Mondial, a pr�sent� les futurs objectifs de la Banque, � savoir: combler l'�cart entre la rh�torique et l'action sur le terrain; axer les activit�s sur les pauvres; compenser les prises de risques; traiter les probl�mes ayant trait aux financements � faibles taux d'int�r�t; et se pencher sur la question de l'interdiction de l'exploitation commerciale. L'orateur a identifi� un certain nombre de solutions, notamment: la tenue de consultations ad hoc avec les gouvernements, les ONG et le secteur priv�; la conduite d'�tudes d'�valuation r�gionales sur l'�tat des lieux des for�ts; et des concertations �tendues dans toutes les r�gions.

Extraits RealAudio de la pr�sentation de M. Knutsen

Le rapport du OED est disponible au http://wbln0018.worldbank.org/essd/forestpol-e.nsf/mainview


DANS LES COULOIRS: 

On croit savoir que le texte des Copr�sidents sur la Cat�gorie III pourrait avoir r�ussi � r�aliser un compromis, l'un des d�l�gu�s ayant indiqu� que dans le texte il y avait un peu pour chacun. D'autres ont laiss� entendre que ce "compromis raisonnable" ne serait du qu'au degr� d'insatisfaction universel qu'il inspire.

� 2000, IISD. All rights reserved.


<< retour � la page d'accueil << 

click to top

| Linkages home | E-Mail |