Linkages accueil    English version: ENB

TROISIEME REUNION DE LA CONFERENCE DES PARTIES DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION

Recife, Brazil; 15-26 November, 1999

 

Committee of the Whole
Le Groupe de discussion sur la mise en application de la Convention en Afrique
La GC a entendu les présentations des représentants des sous-régions d'Afrique du Sud, Centrale, de l'Est, de l'Ouest et du Nord. Chacune des présentations a porté sur un thème: les partenariats dans le financement des Programmes d'Action Nationaux (P.A.N); l'approche participative; les dispositions institutionnelles pour les P.A.N; l'harmonisation des P.A.N; et les évaluations de suivi des P.A.N, y compris les repères et indicateurs.

 

Ben Souda Korachi, Maroc (à gauche), a parlé des évaluations de suivi des Programmes d'Action Nationale. Il a noté l'importance d'établir les méthodes opérationnelles d'évaluation et les systèmes de suivi des indicateurs et des repères nécessaires aux décideurs et aux organes internationaux pour la mesure des progrès réalisés.

Felizarda Monteiro, du Mozambique, a appelé à une évaluation critique des dispositions prises en faveur des partenariats. Elle a également noté que le Mécanisme Mondial devait identifier, mobiliser et canaliser les ressources financières adéquates vers le niveau local.

A l'issue du groupe de discussion, le BENIN a suggéré l'élaboration d'une résolution appelant, entre autres: à l'établissement d'une commission chargée de l'évaluation des rapports nationaux; à la mobilisation des ressources financières et au transfert des technologies; à la divulgation de l'information concernant la manière d'accéder aux ressources disponibles; à l'adoption de meilleurs systèmes de suivi et d'évaluation; et à l'élaboration de dispositions plus efficaces en faveur du partenariat.

Les Liens avec d'Autres Conventions et Institutions Pertinentes
Le Secrétaire Exécutif de la CCD, Hama Arba Diallo, a noté les voies et moyens utilisés pour le renforcement de la coopération avec les différentes conventions de Rio, y compris les Mémorandums d'Entente (ME) avec la Convention sur les Terres Humides, la CDB, la CCCC, la FAO et l'UNESCO.
Le SENEGAL a affirmé que les synergies ne pouvaient être réalisées qu'à travers l'engagement des Parties et souligna la nécessité de commencer par s'assurer que la CCD et le Mécanisme Mondial soient en mesure d'apporter une assistance aux pays touchés.

Janos Pasztor, du Secrétariat de la CCCC (à gauche), a mis en relief les opportunités de coopération avec la CCD, notamment dans les domaines du renforcement des capacités et la conscientisation du public.

Franklin Moore, ETATS-UNIS (à droite), facilitateur des consultations informelles tenues pour la poursuite de l'examen des questions des synergies et des liens avec les conventions et institutions pertinentes.


Le Comité de la Science et de la Technologie

 

Le vice-président du CST, Carlos Valarezo, de l'Equateur, a présidé la séance de l'après-midi.

Beaumont McClure et Patrick Gonzalez, Etats-Unis
Au sujet des connaissances traditionnelles, les Pays-Bas, la Belgique et le Japon (sur la photo ci-dessus) se sont opposés à la re-désignation du groupe spécial et ont suggéré la poursuite des efforts aux niveaux national, sous-régional et régional sur la base du travail réalisé par le groupe.

Subscribe
Linkages Subscription Manager

bullet LINKAGES HOME

� Earth Negotiations Bulletin, 1999. All rights reserved.