Linkages accueil    English version: ENB

TROISIEME REUNION DE LA CONFERENCE DES PARTIES DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION

Recife, Brazil; 15-26 November, 1999

 

Photos and Enregistrements RealAudio de la journée du 17 Novembre

La Grande Commission
Le président de la Grande Commission, John Ashe (à gauche) avec le Secrétaire Exécutif de la CCD, Hama Arba Diallo (à droite)

 
Au sujet de la Stratégie à Moyen Terme du Secrétariat (ICCD/COP(3)/6), l'UE a souligné que ce dernier n'était pas un organe de mise en œuvre et qu'il ne devait pas se surcharger d'activités programmatiques. Le représentant a ajouté que le Secrétariat devait s'acquitter des activités centrales incombant à un secrétariat sans dupliquer le travail des autres, coopérer avec les Secrétariats des conventions pertinentes, promouvoir la prise de conscience et faciliter la divulgation et l'échange d'information.

La Mauritanie (à gauche) a appuyé l'établissement d'un groupe spécial à composition non limitée et a appelé à une décision fixant sa convocation d'ici la CdP-4, au plus tard.

Le Japon (à droite) a suggéré que le Secrétariat analyse les progrès réalisés dans d'autres Conventions et élabore un nouveau document pour considération à la CdP-4..

Michael Ellis (Royaume-Uni) facilitera les consultations informelles autour des questions touchant à la stratégie à moyen terme, à l'arbitrage et à la conciliation , à la Règle 47 du Règlement Intérieur et à l'évaluation de l'application de la convention

Groupe de discussion sur la mise en application de la CCD: rapports des pays Africains touchés Parties
Les représentants des cinq sous-régions Africaines ont présenté les perspectives régionales: le Mozambique pour la sous-région sud Africaine, le Tchad pour l'Afrique Centrale, le Mali pour l'Afrique de l'Ouest, l'Ouganda pour l'Afrique de l'Est, et le Maroc pour l'Afrique du Nord.
Pierre-Marc Johnson (Canada) a modéré le groupe de discussion.

Felizarda Monteiro (à gauche), Ambassadeur du Mozambique au Brésil, a présenté, au nom de la sous-région sud africaine, les mesures entreprises pour assurer la mise en œuvre des Plans d'Action Nationaux (PAN), dont le renforcement des capacités du niveau local à travers des ateliers consultatifs et des forums nationaux.

Salif Kanouté (Mali) a déclaré, au nom de l'Afrique de l'ouest, que les difficultés rencontrées dans l'application de l'approche participative dues à la variation des niveau de préparation, à l'inadéquation des ressources et à l'insuffisance des données disponibles pour la planification ont contraint le processus des PAN.

Ben Souda Korachi, du Maroc, intervenant au nom de la sous-région Afrique du Nord, a souligné l'importance de la coordination des acteurs clés et de la participation du niveau local, et a appelé au renforcement de la coopération avec la communauté des donateurs

Haroun Abakar (à gauche), du Tchad, parlant au nom de l'Afrique Centrale, a mis l'accent sur les difficultés dues à l'instabilité politique, à l'inadéquation des ressources financières et à l'absence d'organes de coordination, reconnaissant toutefois l'existence d'une forte volonté politique pour l'application de la Convention.

Stephen Muwaya, de l'Ouganda, intervenant au nom de l'Afrique de l'Est, a encouragé l'intégration des questions de désertification dans les stratégies de développements durable et d'éradication de la pauvreté, et a souligné l'importance de la participation de tous les concernés dans le processus des PAN, en particulier, les femmes et les jeunes.


Le Comité de la Science et de la Technologie
t

Le représentant du Secrétariat (à gauche) a introduit le rapport concernant les expériences et les institutions disponibles opérant dans le domaine des systèmes d'alerte avancée, figurant dans le document ICCD/COP(3)/CST/6.

Israël a déclaré que les systèmes d'alerte avancée doivent combiner des mesures de préparation à court terme pour la sécheresse et des mesures de prévention à long terme pour la désertification et doit mettre à contribution les sciences sociales et naturelles.

Au sujet des connaissances traditionnelles et du rapport du groupe spécial, le Président du CST-2, Mohammed Reza Jabbari (Iran) a noté que le Bureau du CST-2 a discuté et endossé les recommandations figurant dans le document ICCD/COP(3)/CST/3.

Subscribe
Linkages Subscription Manager

bullet LINKAGES HOME

� Earth Negotiations Bulletin, 1999. All rights reserved.