go to IISDnet

Treizième session des Organes Subsidiaires du CCCC
Lyon, France; 4 - 15 septembre 2000

<< Retour à la page d'acceuil <<
>> English version: ENB >>
 
Archive:

Fait marquants de jeudi, 14 septembre
Des groupes de contact se sont réunis tout au long de la journée pour l'examen: des mécanismes; de l'utilisation des sols, modifications intervenues dans l'utilisation des sols et foresterie (LULUCF); du transfert des technologies; des effets adverses; du renforcement des capacités; et des lignes directrices devant encadrer les Articles 5 (questions méthodologiques), 7 (communication des informations) et 8 (revue des informations) du Protocole. Le Groupe de Travail Conjoint sur le Respect des Obligations s'est réuni pour la poursuite des discussions autour du texte des Coprésidents. Une réunion spéciale sur les thèmes des LULUCF et MDP a été également tenue.

Photos: Le Secrétaire Exécutif Michael Zammit Cutajar au cours de l'interview qu'il a accordé au BNT. Zammit Cutajar a parlé des progrès réalisés aux SB-13, des activités d'ici la CdP-6 et des résultats escomptés de cette prochaine conférence.


LA SESSION SPECIALE SUR LES LULUCF ET LE MDP

Au cours d'une séance spéciale, les délégués examinèrent la question de l'inclusion des projets LULUCF dans le MDP.Parmi les préoccupations exprimées à l'égard de l'inclusion des projets LULUCF dans le MDP: l'incertitude; les fuites; la non-permanence; les questions méthodologiques touchant à détermination des lignes de base; le risque de promouvoir une foresterie inappropriée; l'inégalité géographique et entre les générations; et la taille potentielle des crédits permettant d'éviter les réductions d'émission. Les arguments en faveur des projets MDP englobèrent: la contribution potentielle de ces derniers au développement durable dans les pays en développement, et l'importance de la fixation du carbone. Les partisans des projets LULUCF arguèrent que bon nombre de préoccupations techniques ne sont pas exclusives aux projets de puits d'absorption, et qu'elles pouvaient être traitées à travers une conception appropriée des projets.

Le délégué des Etats-Unis a déclaré que sur un certain nombre d'aspects, les projets inscrits dans le cadre des LULUCF ne présentent aucune différence avec ceux qui ne relèvent pas du cadre des dispositifs de fixation du carbone. L'orateur a décrit la proposition américaine qui traite de considérations touchant, entre autres, à la question du suivi des lignes de base et au problème des fuites.

La Bolivie a fait part de sa sympathie à l'égard des préoccupations avancées par l'AOSIS et a souligné la nécessité de traiter la question des incertitudes.

Samoa a rappelé aux délégués les principaux problèmes à prendre en considération: les ouragans; les sécheresses et l'élévation du niveau des mers. L'oratrice a réitéré que le point focal de l'accord consistait en la réduction des rejets de CO2 d'ici 2005, et qu'en 1992, on espérait encore que ces objectifs étaient réalistes. Elle a plaidé contre l'inclusion des projets inscrits dans le cadre des LULUCF dans le MDP, évoquant des préoccupations touchant à l'équité entre le Nord et le Sud et entre les générations.

Plaidant en faveur de l'inclusion des projets LULUCF dans le MDP, le Brésil a apporté son appui à la proposition soumise par la Bolivie sur la base d'une "perspective astrophysique."

La Jamaïque a présenté un appel passionné contre l'inclusion des dispositifs de fixation du carbone dans le MDP, évoquant des préoccupations touchant aux considérations de permanence et de fuite. L'orateur s'est interroger sur le point de savoir si les gains éventuels valaient la peine de prendre les risques liés à l'incertitude et si les délégués étaient prêts à prendre le large sans des précautions permettant d'éviter le coulage du navire.


TRANSFERT DES TECHNOLOGIES

Les délégués débattirent des conclusions préliminaires des Coprésidents, notant que des progrès limités avaient été réalisés dans l'élaboration des éléments du cadre préliminaire visant à améliorer la mise en oeuvre de l'Article 4.5 (transfert des technologies) de la CCCC. Droite: Le Président en exercice Anthony Adegbulugbe


Table du Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution Climatique

Le rapport du GIEC "Good Practices Guidance and Uncertainty Management in National Greenhouse Gas Inventories" sera disponible à la CdP-6. Il est actuellement présenté en Format PDF sur le site: www.ipcc-nggip.iges.or.jp

Seront également mis à disposition sur CD-Rom à la CdP-6, les rapports suivants: LULUCF; Emissions Scenarios; Methodological and Technological Issues in Technology Transfer; et, Sectoral Economic Costs and Benefits of Greenhouse Gas Mitigation. Seules des versions imprimées sont actuellement disponibles.


Dans les couloirs...

Nombre d'observateurs ont fait part, jeudi, de leurs réserves quant au procédé utilisé dans la formulation et la présentation de certaines conclusions et décisions au sein des groupes de contact. Ils ont allégué que quelques libellés qui n'avaient pas été examinés auparavant ont été "glissés subrepticement," et que dans d'autres cas, les soumissions faites par les Parties semblent avoir �t� "commod�ment ignor�es." D'autres, devaient noter que ce n'�tait pas t�che facile de se retrouver dans les textes �manant des diff�rents groupes et les propositions �mergentes.


<< Retour � la page d'acceuil SB-13 du BNT <<
>> English version: ENB >>

� 2000, IISD. Tout droits reserves.

| Linkages home | E-Mail |