go to IISDnet

Treizième session des Organes Subsidiaires du CCCC
Lyon, France; 4 - 15 septembre 2000

<< Retour à la page d'acceuil <<
>> English version: ENB >>
 
Archive:

Faits marquants de mercredi, 6 septembre

Les délégués prés des réunions officieuses précédant les SB-13 se sont réunis pour procéder à l'examen des thèmes suivants: l'utilisation des sols, les changements intervenus dans l'utilisation des sols et la foresterie (LULUCF); l'Article 4.8 et 4.9 de la CCCC et l'Article 3.14 (effets adverses) du Protocole; le respect des obligations; le renforcement des capacités; les mécanismes; le transfert des technologies; et les lignes directrices relevant des Articles 5 (questions méthodologiques), 7 (communication des informations) et 8 (revue des informations) du Protocole.

A droite: La vue en sortant du Palais des Congrès


RENFORCEMENT DES CAPACITES
Avani Vaish, du FEM, donna un aperçu sur l'Initiative en matière de Renforcement des Capacités (IRC). Il indiqua que la première phase de l'IRC consista en une évaluation générique des besoins des pays en matière de renforcement des capacités, menée à un niveau régional. La phase suivante consistera en l'élaboration d'une stratégie d'intervention et d'un plan d'action pluriannuel. L'orateur ajouta que l'IRC n'est destinée ni à lancer des projets ni à servir de base pour un programme mondial d'ordre général. Les participants devaient ensuite entendre les présentations des principales conclusions des évaluations régionales de l'IRC concernant les problèmes ainsi que les priorités et les besoins identifiés. Au cours du débat qui s'en suivit, le G-77/CHINE remit en question la valeur de l'IRC en tant qu'initiative séparée, notant qu'une bonne partie des sujets soulevés à travers ce processus avait déjà été élaboré et pris en considération dans les décisions de la CdP.

Représentants du PNUD et du FEM lors de la présentation sur le CDI
Représentants du G-77/Chine et des bailleurs de fonds parlant avec Avani Vaish du FEM (centre, portant le sac brun sur l'épaule).


RESPECT DES OBLIGATIONS
Les Parties reprirent leurs discussions autour des mandats respectifs des branches de facilitation et de mise en application, de l'organe chargé du respect des obligations. A droite: Le Co-Président Harold Dovland (centre)


MECANISMES

Le Secrétariat de la CCCC présenta huit options pour la responsabilité dans le domaine de l'échange des droits d'émission, notamment, responsabilité de la Partie d'origine, responsabilité partagée, acquisition de la responsabilité, enclenchement, réserves sur la conformité aux obligations, réserves sur la période d'engagement, unités en surplus par rapport au plan prévu, et unités de surplus. L'orateur subdivisa les options en deux groupes: celles qui suivent la détermination de la non-conformité aux obligations et celles qui cherchent à prévenir la non- conformité aux obligations en raison d'une survente. A gauche : Co-Président Kok Kee Chow lors de la présentation dans la Salle Lumière.


Kiosque du Changement Climatique du Secrétariat
Situé à l'extérieur des Salles de Conférence, au Palais des Congrès et géré par le Secrétariat de la CCCC, le Kiosque des Changements Climatiques, offre toute la littérature concernant le processus de négociation sur les changements climatiques. Les délégués peuvent y trouver copies de la Convention et du Protocole de Kyoto, ainsi que d'autres documents d'information générale. Ce kiosque vise à donner aux nouveaux participants un aperçu sur le processus des changements climatiques. Les délégués y obtiennent également une assistance dans la navigation à travers le site web de la CCCC et à y trouver les documents souhaités.

Pour de plus amples renseignements, visitez la Page des Ressources (en français) du Secrétariat à http://www.unfccc.int/portfranc/ressources.htm

Cliquez sur les images ci-dessous pour obtenir un agrandissement sur les données disponibles au kiosque


                  

Dans les couloirs...

Certains participants ont estim� que les raisons des critiques formul�es lors de la r�union de mercredi � l'�gard de l'Initiative du FEM en mati�re de Renforcement des Capacit�s pourraient avoir pour sources, les pr�occupations concernant son financement et les implications en terme de soutien aux autres activit�s ayant trait au climat. Quelques-uns ont indiqu� que le manque de transparence dans la s�lection des consultants r�gionaux et dans la mani�re dont le processus a �t� conduit dans certaines r�gions a diminuer la concentration sur les d�bats de fonds autour de l'�valuation des r�sultats. Sur un ton plus optimiste, d'autres ont fait remarquer que les rapports de l'IRC ont au moins permis de r�affirmer les principaux domaines prioritaires retenus pr�c�demment pour une action urgente, ajoutant que cela pouvait contribuer � l'�laboration d'une d�cision claire et focalis�e � la CdP- 6.


<< Retour � la page d'acceuil SB-13 du BNT <<
>> English version: ENB >>

� 2000, IISD. Tout droits reserves.

| Linkages home | E-Mail |