go to IISDnet

REUNIONS OFFICIEUSES DES SB-12 DE LA CCCC
Bonn, Allemagne; 5 - 16 juin 2000
<< Retour � la page d'accueil <<

 

 
English
Version fran�aise

Vendredi 9 juin / Samedi 10 juin:

Les d�l�gu�s pr�s des r�unions officieuses se sont r�unis pour parachever leurs travaux d'avant les douzi�mes sessions des organes subsidiaires de la CCCC (SB-12). Les r�unions officieuses ont port� sur les questions: de la conformit� aux obligations; des lignes directrices devant encadrer les Articles 5 (questions m�thodologiques), 7 (communication des informations) et 8 (revue des informations); du renforcement des capacit�s; de l'utilisation des sols, changements intervenus dans l'utilisation des sols et foresterie; des politiques et mesures; et de l'Article 4.8 et 4.9 de la CCCC et de l'Article 3.14 (effets adverses).

Droite: Des canards dans la fontaine, derrire le Maritim
 

LE RENFORCEMENT DES CAPACITES

Le 9 juin, les d�l�gu�s entendirent l'expos� pr�sent� par le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) sur l'Initiative du D�veloppement Climatiques (IDC) et se pench�rent sur la question du renforcement des capacit� dans les pays non vis�s � Annexe I. Parmi les probl�mes soulev�s: le manque de ressources financi�res; l'inefficacit� de la gestion des ressources humaines et des donn�es; l'incapacit� � retenir les capacit�s humaines; et la faiblesse du niveau �conomique et des aptitudes en mati�re de gestion et de communication. Au sujet des �l�ments possibles susceptibles d'�tre int�gr�s dans le cadre devant r�gir le renforcement des capacit�s, plusieurs d�l�gu�s soulign�rent la n�cessit� pour le renforcement des capacit�s, d'�tre conduit par les pays. Le G-77/CHINE souligna que le renforcement des capacit�s doit �tre un processus permanent, int�gratif et exhaustif, appliqu� suivant un calendrier pr�cis et bas� sur les priorit�s du pays. Le d�l�gu� des ETATS-UNIS souligna la n�cessit� de travailler sur les capacit�s disponibles dans les pays, l'�dification de partenariats solides avec les d�tenteurs des enjeux locaux et le renforcement des capacit�s du secteur de l'entreprise, dans les strat�gies nationales.

 
John Hoff, du PNUD, d�finit le d�veloppement des capacit�s comme �tant celle de l'aptitude des personnes et des institutions � �tablir et � r�aliser des objectifs, et affirma que cela est influenc� par le contexte plus large des institutions, y compris les cadres politiques et des r�gulations.
 
Avani Vaish, du FEM, d�clara que l'IDC est le fruit de 18 mois d'efforts fournis par le FEM et le PNUD sur trois �tapes: une �valuation des besoins en mati�re de capacit�s, au niveau des pays; l'�laboration d'une �tude exhaustive pour la satisfaction de ces besoins; et la mise en place d'un plan d'action. .
 
Les d�l�gu�s entendirent lecture de brefs rapports pr�sent�s par les experts r�gionaux. Parmi l;es presentateurs: R.S. Maya, du Southern Center for Energy and Environment [gauche] et Prof. Al Binger, GEF [droite].
 

Divers

 

Ci-dessus: Les d�l�gu�s collectants leurs projets de textes consolid�s sur les m�canismes et la conformit� aux obligations et le libell� consolid� sur les effets adverses
 
Dans les couloirs
Bien que la plupart des participants semblent �tre sortis de la semaine des r�unions officieuses avec le sentiment d'avoir r�ussi de faire avancer les d�bats sur bon nombre de questions cl�s, certaines s�ances se sont conclues sur une note quelque peu morose. Les tentatives, par certains pr�sidents, de pr�senter des projets de d�cisions ou des textes de n�gociation se sont heurt�es � une certaine confusion concernant la port�e du mandat de la r�union, et provoqu�rent ce que certains observateurs ont estim� �tre une cristallisation des positions politiques, venue faire contraste avec l'atmosph�re, en g�n�ral, constructive et ouverte qui a r�gn� dans le dialogue. Alors que tout le monde �tait d'accord sur l'�laboration de libell�s consolid�s pour les clauses portant sur les m�canismes et les effets adverses, les d�l�gu�s de l'UE se sont d�clar�s d��us en constatant, vendredi apr�s-midi, que les tentatives d'�laboration du libell� portant sur les politiques et mesures, pour d�cision � la CdP-6, �taient syst�matiquement obstru�es par un certain nombre de pays membres du G-77.

Retour � la page d'accueil

� 2000, IISD. All rights reserved.

| Linkages home | E-Mail |