go to IISDnet

La Sixième Conférence des Parties (CdP-6) de la Convention-Cadre sur les Changements Climatiques (CCCC)
à La Haye, aux Pays-Bas, 13 - 24 novembre 2000

<< Retour à la page accueil <<
>> Version Anglaise: ENB >>
 
Archive:

Evénements spéciaux du jeudi, 23 novembre

Les délégués ( à droite) se sont réunis tard dans la matinée pour une session Plénière informelle de haut niveau pour écouter les résumés des négociations de mercredi nuit. Cette session a été suivie l'après-midi de consultations informelles bilatérales et multilatérales. Peu avant 20h00, une note faite par le Président de la CdP-6, Pronk, traçant les grandes lignes des propositions pour aider à aller vers un " marché global " sur les questions en suspens, a été distribuée, et tôt vendredi matin, les délégués se réunirent de nouveau pour une courte Plénière informelle afin d'être instruits par le Président Pronk.


Plénière Informelle de Haut Niveau et Consultations: RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE LA BOITE A, TRANSFERT DES TECHNOLOGIES, EFFETS ADVERSES ET LIGNES CONDUCTRICES DU FEM

 
Les Ministres Comédiateurs Mabudhafasi et Auken rapportèrent qu'il y avait eu des progrès réalisés sur le renforcement des capacités et sur le transfert des technologies, alors que la question financière demeurait. Concernant les effets adverses, le Ministre Auken déclara qu'on était dans une impasse à propos des questions clés, et qu'une aide de la part des Coprésidents du groupe de contact, Salamat et Kjellén, avait été demandée. Il déclara également qu'une proposition séparée faite par l'UE sur les questions financières avait été présentée et , qu'ajoutée à la proposition soumise par le Groupe Parapluie, cela était un matériel substantiel sur lequel négocier.



Photo de gauche: S.E. le Ministre Svend Auken (Danemark) faisant une intervention durant la Plénière informelle de haut niveau

MECANISME

La Ministre Comédiatrice Kawaguchi déclara qu'il y avait trop de questions à traiter. Elle déclara que l'accord était près de se conclure sur les détails à propos du MDP, y compris l'additionnalité financière; la concrétisation rapide de petits projets; l'utilisation de parts de montant du MDP pour l'adaptation; l'additionnalité environnementale; aucune liste pour l'éligibilité de projets. La question de la composition du Bureau Exécutif et sa relation avec la CdP/MdP est demeurée irrésolue. Elle nota le progrès sur le commerce des émissions, les registres et la participation, mais indiqua qu'aucun accord n'avait été conclu sur la responsabilité. Concernant les questions transversales, elle déclara qu'il y avait accord sur l'éligibilité des Parties visées à l'Annexe I à utiliser les mécanismes, mais désaccord aussi bien sur la façon d'utiliser la part de montant, que sur la fongibilité et l'additionnalité.

Photo ci-dessus (de gauche à droite): S.E. Siv Fridleifsdottir (Islande) en discussion avec S.E. le Ministre Yoriko Kawaguchi (Japon) durant le Plénière informelle de haut niveau
LULUCF
La Ministre Carabias Lillo déclara que le groupe informel sur les LULUCF s'était divisé en deux sous-groupes la nuit d'avant, un groupe se concentrant sur l'analyse de l'Article 3.4 (activités additionnelles), et un autre sur l'inclusion des activités de LULUCF dans le cadre du MDP. Concernant le travail du premier, elle déclara que des idées avaient été discutées pour escompter quelques éléments, tels que la séquestration des émissions de carbone intervenue avant 1990. A propos du second, elle rapporta qu'il y avait un point de vue commun au sein du groupe sur la nécessité d'aborder la permanence, et que les discussions s'étaient concentrées sur la possibilité pour davantage de considération du SBSTA, avec la participation du GIEC. Elle déclara que des approches pour une première phase pilote de projets de LULUCF limités avaient été considérées. Elle déclara que le groupe des LULUCF avait maintenant atteint ses limites, et qu'il y avait peu de perspective de convergence.

Photo de droite: S.E. la Ministre Julia Carabias Lillo (Mexique) rendant compte des progrès du groupe informel  sur les LULUCF
RESPECT DES OBLIGATIONS, POLITIQUES ET MESURES, ET PRISE EN CONSIDERATION,  ELABORATION DE RAPPORT ET REVUE SOUS LES ARTICLES 5, 7 ET 8 DU PROTOCOLE



La Ministre Bjerke a rendu compte des travaux menés dans les petits groupes informels. Concernant les Articles 5 (questions méthodologiques), 7 (transmission d'informations) et 8 (examen des informations), elle déclara qu'un texte sur l'élaboration de rapport sur les Articles 10 (engagements existants) et 11 (mécanisme financier) du Protocole, avait été élaboré, et que le seul crochet restant sur la décision concernant l'Article 8 portait sur la composition des �quipes expertes de revue. Elle d�clara que d'autres crochets demeuraient en ce qui concerne les questions qui d�pendaient des r�sultats d'autres groupes.

Concernant le progr�s d�montrable, elle d�clara que le groupe avait converg� autour de l'id�e que l'�laboration des rapports devrait avoir lieu en 2005, en tant que rapport s�par� des transmissions nationales

 

Photo de droite: (milieu) S.E. Siri Bjerke pr�sentant son rapport durant Pl�ni�re informelle de haut niveau.



Le G-77/CHINE nota que les pays en d�veloppement avaient le plus d'int�r�ts en jeu dans ces n�gociations, et que tout le paquet, tel que dans le Plan d'Action de Buenos Aires, devrait �tre refl�t�. 

Photo de droite: S.E. Alhaji Sani Zangon Daura parlant au nom du G77/Chine durant une conf�rence de presse hier soir.





Concernant le chemin encore � faire, le Pr�sident Pronk rassura les d�l�gu�s que l'�tat des n�gociations aujourd'hui n'a pas repr�sent� un recul, juste une " stagnation. " Il nota le besoin d'une perc�e , et souligna le r�le crucial des ministres dans les groupes informels.

NOTE DU PR�SIDENT DE LA CdP-6

Peu avant 20h00, une note r�dig�e par le Pr�sident de la CdP-6 a �t� distribu�e aux d�l�gu�s. La note a �t� pr�sent�e comme une tentative par le Pr�sident Pronk de fournir une base pour d'autres n�gociations afin de produire de l'�lan, qu'il a estim� frein�.

Dans l'introduction, la note d�clare qu'elle aborde les questions principales non r�solues contenues dans les documents transmis � la CdP-6 par les organes subsidiaires � l'issue de leurs 13�me sessions le 18 novembre. Elle retranscrit �galement des id�es qui ont �merg� au cours des n�gociations, et tient compte de l'" �tat du jeu ", � la conclusion des 4 sous-groupes informels cr��s le 21 novembre. La note n'aborde pas les questions en suspens concernant les Articles 5, 7 et 8 du Protocole, sugg�rant que ces derni�res peuvent �tre r�solus une fois que d'autres questions auront �t� trait�es. Elle aborde les questions en suspens dans quatre sections bas�es sur les " groupes " ou " bo�tes " qui ont form� la base des n�gociations durant les quelques jours pr�c�dents.

Photo ci-dessus: Les d�l�gu�s se pr�cipitant pour obtenir la note de Pr�sident au centre de documentation

Press Conference:



S.E. Frank Loy (Etats-Unis) donna une conf�rence de presse pour d�crire la proposition faite par les Etats-Unis et ses partenaires du Groupe Parapluie concernant le nouveau financement pour les pays en d�veloppement




The G77/China met with the press and expressed their disappointment with the way developed countries provide funding to developing countries' climate change efforts. 

 


Photo ci-dessus (de gauche � droite): S.E. Alhaji Sani Zangon Daura (Nig�ria), S.E. Suresh Prabhu (Inde) et S.E. Rejoice Mabudafhasi (Afrique du Sud) durant la conf�rence de presse ce soir



Couverture Photo de la CdP-6

<< Back to ENB's COP-6 main page <<

Version fran�aise: BNT
� 2000, IISD. All rights reserved.

         | Linkages home | E-Mail |