go to IISDnet

La Sixième Conférence des Parties (CdP-6) de la Convention-Cadre sur les Changements Climatiques (CCCC)
à La Haye, aux Pays-Bas, 13 - 24 novembre 2000

<< Retour à la page accueil <<
>> Version Anglaise: ENB >>
 
Archive:

Evénements spéciaux du mercredi, 22 novembre

Les délégués se sont assemblés en session Plénière pour entendre les rapports de 34 Parties, terminant de ce fait le segment de haut niveau qui a débuté mardi. Les hauts représentants de gouvernements se sont également réunis en sessions informelles Plénières de haut niveau et des consultations informelles fermées pour faire avancer les négociations sur les questions en suspens principales. Ces négociations se sont concentrées sur les quatre "groupes" ou " boîtes " de questions clés identifiées par le Président de la CdP-6, Pronk : (a) renforcement des capacités, transfert des technologies, effets adverses et lignes directrices pour le FEM; (b) les mécanismes; (c) l'utilisation des sols, les changements intervenus dans l'utilisation des sols et la foresterie (LULUCF); et (d) les politiques et mesures (P&M), le respect des obligations, et la prise en considération, l'élaboration de rapports et la revue sous les Articles 5, 7 et 8 du Protocole.

>> Continued on Today's Negotiation page>> 


Photo au-dessus (de gauche à droite): Des protestataires en colère qui ont perturbé les Consultations informelles sur le respect des obligations ont rencontré le Secrétaire de Exécutif de la CCCC Michael Zammit Cutajar et le Président de la CdP-6  Jan Pronk qui les ont invités au forum de discussions. Les protestataires ont cependant décliné et sortirent de la session après avoir fait une brève déclaration.

 Plénière informelle de haut niveau et Consultations: RENFORCEMENT DES CAPACITES de la Boite A, TRANSFERT DES TECHNOLOGIES, EFFETS ADVERSES et LIGNES DIRECTRICES pour le FEM

 
La Plénière informelle de haut niveau tenue le matin a commencé par un rapport du Co-médiateur, la Ministre Mabudhafasi (Afrique du Sud), sur les progrès faits mardi sur les questions de la "Boite A ". Elle rapporta que les participants avaient reconnu la nécessité d'avancer vers une action concrète, et souligna l'importance de la présence des Ministres pour trouver un accord sur les questions politiques clés.

Photo de gauche: S.E le Ministre Rejoice Mabudafhasi (Afrique du Sud) faisant une intervention durant la Plénière informelle de haut niveau

MECANISME

Pendant la session Plénière informelle à haut niveau du matin, le co-médiateur, la Ministre Kawaguchi (Japon) a rendu compte du progrès accompli dans le groupe de la "Boite B " . Elle souligna les positions divergentes restantes sur les questions du supplémentarité, et déclara que l'UE avait montré un intérêt pour un plafonnement qualitatif possible. Sur la question de la fongibilité et des montants assignés, elle rapporta que l’Inde et les Etats-Unis conduisaient des consultations. Concernant le MDP, elle déclara que la majorité s'est opposée à une liste indicative de projets. Elle ajouta que la France, la Corée, le Brésil et la Norvège travaillaient à la question d'un démarrage rapide et qu'une divergence est demeurée sur un possible MDP unilatéral.

Photo de gauche: S.E la Ministre Kawaguchi (Japon) présentant son rapport à la Plénière informelle de haut niveau sur le progrès accompli dans le groupe de la " Boite B "
LULUCF
La Ministre Carabias Lillo (à gauche) déclara que le groupe avait exploré dans l'après-midi différentes conditions pour inclure des activités de l'Article 3.4, peut être même dans la première période d'engagement, sous des conditions contrôlées. Elle expliqua que des réunions bilatérales avaient été tenues dans le but d'explorer une approche à ceci, mais le problème n'avait pas été encore résolu. Elle déclara que la deuxième réunion tenue dans la soirée s'était concentrée sur l'inclusion des activités des LULUCF sous le MDP, et un certain accord aussi bien que des préoccupations avaient émergé. Elle nota que le groupe pourrait apporter des propositions vers l'avant sur les questions, mais plus de temps était nécessaire.
RESPECT DES OBLIGATIONS, POLITIQUES ET MESURES, ET PRISE EN CONSIDERATION, ELABORATION DE RAPPORTS ET REVUE SOUS LES ARTICLES 5, 7 ET 8 DU PROTOCOLE



La SUISSE déclara que l'intégrité du processus de revue exige que la compétence des experts soit une priorit�, et sugg�ra la formation comme moyen d'atteindre cet objectif et d'assurer la repr�sentation g�ographique �quitable.

Photo de gauche: (de gauche � droite) Beat Nobs et Philippe Roch dans une discussion l�g�re pendant la Pl�ni�re informelle de haut niveau



L'ARGENTINE exprima des inqui�tudes concernant l'adoption d'un r�gime de respect des obligations et un amendement possible du Protocole avant son entr�e en vigueur. Oppos� par le BR�SIL, l'intervenant a invit� les Parties � ne pas pousser pour le r�gime le plus complet et le plus complexe, mais pour un qui sera " viable. 

Photo de droite: Raul Estrada (Argentine) faisant une intervention passionn�e lors de la Pl�ni�re informelle de haut niveau.


L'AUSTRALIE et la FEDERATION DE RUSSIE ont plaid� pour un r�gime non contraignant et d�clar�rent que leurs pays �taient davantage pr�occup�s par leur propre respect des obligations que celui des autres.



Photo de droite: Un membre de la d�l�gation russe faisant une intervention durant le segment informel de haut niveau.

Politiques et Mesures


Le G-77/CHINE indiqua que la totalit� de l'Article 2 du Protocole - comprenant la disposition pour r�duire au minimum les effets adverses - devrait �tre mentionn�e dans la d�cision. Il sugg�ra de garder la r�f�rence aux " Parties vis�es � l'Annexe I, " sinon les Parties non vis�es � l'Annexe I seraient requises de mettre en application ces engagements. 

Photo droite: S.E. Alhaji Sani Zangon Daura faisant une intervention lors de la Pl�ni�re informelle de haut niveau.
Le CANADA soutint l'id�e de paiements volontaires � un fonds de respect des obligations pour traiter des projets de r�duction. L'IRAN d�clara qu'un tel fonds devrait �galement r�duire au minimum les effets adverses des mesures de r�ponse.



Photo de droite: Lloyd Axworthy (Canada) faisant une d�claration lors d�une conf�rence avec la presse canadienne.
Protestataires:


Ci-dessus: Photos de divers manifestants de gauche � droite: manifestation d�opposants aux puits d�absorption, si�ges en dehors du groupe de contact et des grimpeurs



Couverture Photo de la CdP-6

<< Back to ENB's COP-6 main page <<

Version fran�aise: BNT
� 2000, IISD. All rights reserved.

         | Linkages home | E-Mail |