Linkages logo
La Cinqui�me Conf�rence des Parties de la Convention-Cadre sur les Changements Climatiques
Bonn, Allemagne; 25 octobre - 5 novembre 1999
N�gociations de mardi, 2 novembre

MISE-A-JOUR

L'Argentine assume un engagement volontaire et invites les Parties � cr�er un pont pour permettre aux pays non vis�s � l'Annexe l de participer dans tous les m�canismes de Kyoto
Mar�a Julia Alsogaray a inform� la CdP-5 que son pays se pr�pare d�sormais � adopter un objectif volontaire de r�duction du taux de croissance de ses �missions de GES, accomplissant la promesse que le Pr�sident sortant, Menem, avait faite � l'CdP-4. L'oratrice a appel� les Parties � mettre place un processus pour l'acceptation de l'engagement volontaire de l'Argentine et de cr�er "un pont dans la Convention permettant � l'Argentine et � d'autres pays non vis�s � l'Annexe l de participer dans tous m�canismes de Kyoto."

Apr�s cette annonce la Conf�rence des Parties, la d�l�gation de l'Argentine a donn� un briefing pour expliquer l'engagement volontaire de son pays. Dans ce clip RealAudio clip, Maria Julia Alsogaray r�sume les actions men�es par l'Argentine et note qu'il s'agit l� d'un premier jalon � la fois pour l'Argentine et pour les Organes Subsidiaires de la CCCC sur le chemin de la r�alisation totale.

T�l�chargez la r�vision des Premi�res Communications Nationales d'Argentine, �labor�e pour accompagner la soumission de son objectif volontaire (Format PDF).


L'UE pr�te � ratifier le Protocole de Kyoto d'ici Rio+10 en 2002, mais �
La Pr�sidence finlandaise de l'Union Europ�enne a annonc� "qu'elle a la volont� et qu'elle est pr�te � ratifier le Protocole de Kyoto d'ici la Conf�rence Rio+10" en 2002. Satu Hassi, Ministre Finlandais de l'Environnement, du d�veloppement et de la Coop�ration a d�clar� que le Protocole de Kyoto est le plus ambitieux des accords intergouvernementaux visant � pr�server un monde vivant pour les g�n�rations � venir. Il semble cependant que cette position unilat�rale est � prendre au conditionnel compte tenu du fait qu'elle peut �tre retir�e ou amend�e en fonction de l'attitude des autres Parties, tels que les Etats-Unis, � l'�gard de la date butoir fix�e pour la ratification. L'annonce est comparable � l'offre d'ouverture d'une r�duction de 15% annonc�e par l'UE au d�part des derni�res n�gociations du Protocole de Kyoto. Cette offre, on le sait, a du �tre retir�e et r�vis�e � la baisse au cours de ces m�mes n�gociations.
A droite: Margot Walstr�m, UE (gauche) et Satu Hassi (droite).

Images et RealAudio

Segment de Haut Niveau

Note: Enregistrements en RealVideo des expos�s sont disponibles sur le site web du Secr�tariat

De gauche a droite: Klaus T�pfer, Directeur Ex�cutif du PNUE, Michael Zammit Cutajar, Secr�taire Ex�cutif de la CCCC, Pr�sident de la CdP Jan Szyszko, et Richard Kinley, Secr�taire de la CdP.

Le Secr�taire Ex�cutif de la CCCC, Michael Zammit Cutajar, a d�clar� que l'arriv�e des ministres a hausser la Conf�rence du niveau des tactiques � celui de la vision.


Klaus T�pfer lisant un message du Secr�taire-G�n�ral de l'ONU Kofi Annan

Le Pr�sident de la CdP-5, Jan Szyszko (Pologne) a introduit le Segment de Haut niveau et a sugg�r� que l'Entr�e en vigueur du Protocole de Kyoto en 2002 soit la devise de la Conf�renceConference.

Allison Drayton, Permanent Guyane, parlant au nom du G-77/Chine, commenta sur le cyclone de la Baie du Bengal.

Satu Hassi, Ministre Finlandais de l'Environnement, du D�veloppement et de la Coop�ration, intervenant au nom de l'UE, a appel� � une r�vision des textes de n�gociation portant sur les M�canismes de Kyoto et sur le respect des obligations, pour permettre effectivement � la CdP-6 de prendre des d�cisions.

D�clarations des Etats observateurs, des OIG, ONG et des organes des Nations Unies
Note: Enregistrements en RealVideo des expos�s sont disponibles sur le site web du Secr�tariat

Bj�rn Stigson, du World Business Council for Sustainable Development (WBSCD), a dit aux Parties qu'on n'avait pas besoin de r�inventer la roue. Elles doivent utiliser les m�canismes disponibles pour aider la mise en application des dispositions de Kyoto concernant l'�change des droits d'�mission et la v�rification.

Karla Schoeters, de Climate Action Network (Europe), a d�clar� aux Parties que la plan�te est en train de se battre au moment o� elles sont en train de traiter de questions politiques et techniques dans leurs n�gociations. Les changements Climatiques ne sont pas pour le futur. Ils sont en train de se produire tous les jours. Elle a �t� l'un des orateurs qui ont appel� � ne pas retenir l'�nergie nucl�aire comme technologie adapt�e � la mise en application des dispositions du Protocole de Kyoto.

Klaus T�pfer, Secr�taire G�n�ral Adjoint de l'ONU et Directeur Ex�cutif du PNUE, a d�clar� que la lutte contre la pauvret� dans le monde est l'unique pr�alable important � une action efficace dans le domaine de l'environnement.

Zammit Cutajar accueillant T�pfer

 

Charles Spencer, de Franciscans International, a invit� les d�l�gu�s � "arr�ter leur la�us et � avancer". Il appela l'OPEP a cesser de retarder le processus et a mis en garde que les l'�change des droits d'�missions risquait de permettre � bon nombre de Parties de se ne pas s'acquitter des responsabilit�s qui sont les leurs dans le domaine de l'att�nuation des changements climatiques. Il a ajout� que l'�re de l'�nergie nucl�aire est r�volue.


Retour � la page d'acceuil CdP-5 du BNT

�1999, Bulletin des N�gociations de la Terre. Tous droits r�serv�s.