visit the Convention on BioDiversity's Clearing House Mechanism website

5ème Réunion des Organes Subsidiaires de Conseil Scientifique, Technique et Technologique (SBSTTA) de la Convention sur la Biodiversité (CDB).

Montréal, CANADA
31 Janvier - 04 Fevrier 2000

 

Tuesday 01 February :

Lundi 31 janvier, les délégués se sont réunis en Plénière pour entendre les déclarations d'ouverture, adopter l'ordre du jour et s'accorder sur l'organisation des travaux. Les débats de fond commencèrent sur les thèmes de la coopération avec d'autres organes, de l'Initiative Taxinomique Mondiale, de la biodiversité des milieux aquatiques intérieurs, de la biodiversité forestière, du Centre d'Echange d'Information, et des lignes directrices devant encadrer les seconds rapports nationaux.

Les déclarations d'ouverture:

Le Président du SBSTTA-5 Cristián Samper (Colombie) a ouvert la réunion en soulignant l'importance de Protocole de Biosécurité adopté récemment. Il a noté que la prochaine étape pour la CDB consistera à combler l'écart entre la science et la politique. Il devait ensuite présenter les principaux articles à l'ordre du jour de la réunion.

 

Hamdallah Zedan, Directeur Exécutif de la CDB, a noté dans sa déclaration d'ouverture, les responsabilités du SBSTTA consistant à élaborer des recommandations sur l'approche écosystémique et a mit en exergue la conférence Norvège/Nations Unies sur l'Approche écosystémique. Il a également évoqué la collaboration avec la Convention sur la lutte contre la Désertification (CCD).

 

Paul Chabeda, au nom de Klaus Töpfer, Directeur Exécutif du PNUE, a mis en relief un certain nombre de préoccupations spécifiques, dont: la perte de biodiversité et l'érosion génétique; la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité, en particulier dans la perspective de la mondialisation de l'économie; le partage équitable des avantages, avec attention aux communautés indigènes et locales; et le renforcement des capacités aux plans régional, national et local.

Side Events :

Millennium Ecosystem Assessment:

Lors de cette manifestation organisée en marge de la Conférence, Walter Reid [à droite] a présenté la proposition d'établir un fonds mondial pour l'évaluation conjointe des écosystèmes, Connue sous l'appellation d'Evaluation des Ecosystèmes, du Millénaire. L'objectif en est d'améliorer la gestion des écosystèmes locaux, régionaux et mondiaux à travers la mise à disposition d'une information de haute qualité et la standardisation des données pour les décideurs. Bien que l'objectif consiste en l'amélioration de l'information technique pertinente par des études écosystémiques intégrées, cela ne signifie nullement que cette évaluation sera prescriptive ou nécessairement politique. Le projet reconnaît que ce sont les pays qui doivent faire eux-mêmes les choix qu'ils jugent les meilleurs concernant leurs écosystèmes. Quels écosystèmes utiliser pour l'alimentation, l'énergie, le tourisme, la conservation, le commerce, etc., les choix impliquent souvent des prises de décisions difficiles. Ainsi, l'amélioration de l'évaluation est perçue comme un moyen d'améliorer les capacités des pays à mieux prendre ces décisions importantes.

Avec une vision clairement définie, L'Evaluation du Millénaire(EM) se présente sous trois traits déterminants:

  • La focalisation : l'Evaluation est axée sur la capacité des écosystèmes à fournir des biens et services importants pour le développement humain, à travers la mise à disposition d'une base de donnée sur l'utilisation des ressources, les pressions exercées, les tendances, les conditions, les scénarios d'évaluation des écosystèmes spécifiques et leurs substituts, et les options réactives.
  • Le processus : l'évaluation étudie écosystèmes en reconnaissant les différences de leurs indices au plan spatial et temporel et produit des données utiles pour les prises de décision à l'échelle internationale, régionale, nationale et locale, en favorisant le renforcement des capacités à tous les niveaux, en encourageant la collaboration institutionnelle, en établissant des méthodes d'évaluation intégrée, et en travaillant avec tous les niveaux d'expertise.
  • Les Arrangements Institutionnels : l'évaluation est chapeautée par un conseil d'administration formé "d'usagers" et de "détenteurs des enjeux" issus des conventions internationales ayant trait aux écosystèmes, de milieux gouvernementaux, de la société civile et du secteur privé de l'industrie, et ses travaux sont menés par un réseau étalé sur le monde entier, d'institutions appartenant aux Nations Unis, d'instituts de recherche, de conventions internationales et de gouvernements nationaux, pour répondre aux besoins de divers intérêts.

De plus amples renseignements sont disponibles sur le Site Web :: [http://www.ma-secretariat.org/]


Le Mécanisme d'Echange d'Information de la CDB (MEI)

Marc Auer et Beatriz Torres du Secrétariat de la CDB, fournissant l'information à des représentants Points Focaux Nationaux du MEI, lors de la manifestation organisée en marge de la conférence.

Link: [http://www.biodiv.org/chm/]


Les récifs Coralliens & les Changements Climatique:

A droite: Brett Orlando (UICN), Jordan West (UICN), Patricia Glick (National Wildlife Federation), et Alan Strong (National Oceanic and Atmospheric Administration).

La Consultation sur le thème du Blanchiment des coraux a été organisée ici, en marge du SBSTTA-5 de la CDB, parce qu'après avoir été présentée aux diverses conventions environnementales internationales, le thème avait besoin d'être ramener aux délégués pour permettre l'identification des étapes à suivre.

Jordan West, Conseiller en Sciences Marines auprès de l'UICN, a expliqué que le blanchiment des coraux est un phénomène qui survient lorsque les coraux sont exposés à des stress tels que, la pollution, le manque d'eau saine, la sédimentation, les fluctuations abrupte de la salinité et plus communément, les changements de la température océanique. Ce genre de stress détériore les rapports symbiotiques entre les coraux et les algues qui y résident, menaçant l'intégrité des ressources fournies par les coraux. Les récifs coralliens fournissent des ressources nutritionnelles et structurelles à la faune marine, ils protègent les littoraux contre l'érosion, ils sont sources de composants bioactifs ayant des applications pharmaceutiques, ils fournissent, par le biais du tourisme, un revenu pour bon nombre de pays et, comme des sortes de "forêts pluviales de la mer", les récifs coralliens sont les dépositaires des matériaux génétiques et de la diversité biologique.

Le problème a ouvert les yeux sur l'état affaibli des systèmes coralliens un peu partout dans le monde, et sur leur vulnérabilité par rapport aux changements climatique et aux fluctuations de la température océanique. Les excès de température ont été si sévères qu'il y a eu une grande proportion de mortalité dans les coraux qui mettent des décennies pour régénérer. Selon Alan Strong, Océanographe à la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), si les él�vations de temp�rature comme celles qui ont pr�valu au cours des dix derni�res ann�es devait se poursuivre la prochaine d�cennie, cela sera un vrai motif de pr�occupation. Compte tenu de la croissance et de l'intensit� des taux de mortalit� et des r�cents �v�nements favorisant ce blanchiment (tels que celui de 1997-1998 "el ni�o"), et les probabilit�s de mortalit� futures, le groupe sugg�rent que davantage de recherches, de suivi et de coordination au niveau international doivent b�n�ficier d'une haute priorit�.

Brett Orlando, Charg� du Programme Changements Climatiques � l'UICN a parl� de l'imp�ratif de proc�der � une r��valuation des syst�mes de gestion, reconnaissant les opportunit�s de r�aliser cela dans cadre de la CDB, pour �tablir un ordre du jour, dans le contexte du Mandat de Jakarta. Quatre domaines de travail potentiels sont offerts pour le traitement de la conservation des r�cifs coralliens, � savoir:

  • l'am�lioration de la collecte et de la diffusion des donn�es
  • le renforcement des capacit�s, en particulier, dans les pays en d�veloppement o� la majeure partie des r�cifs est localis�e
  • la mise en place de politiques
  • le financement des efforts de conservation des r�cifs

Il y a des raisons de croire que nous sommes en train d'approcher des limites �cologiques, compte tenu des pr�visions faites par la plupart des experts de la mod�lisation climatique. Patricia Glick, de la National Wildlife Federation, a ajout� qu'une plus grande collaboration entre les institutions et les conventions est n�cessaire.

Les liens:

 



Convention on Biodiversity Homepage [CBD]
CBD Secretariat page for the Resumed ExCOP
Clearing House Mechanism [CHM]
Millennium Ecosystem Assessment

This page was last updated 02/03/2000 14:08:09 -0600
click to top 

� 2000, International Institute for Sustainable Development (IISD). All rights reserved.

Click here to get the free RealPlayer To listen to IISD's RealAudio coverage  you will need the free RealAudio Player.
Download the free Real Audio player by clicking on this button.


| Linkages CBD Page | Linkages home | E-Mail |