Linkages home    English version: ENB

La quatri�me session de l'Organe Subsidiaire de Conseil Scientifique, Technique et Technologique
21-25 juin 1999
La premi�re R�union Intersessions sur les Op�rations de la Convention
28-30 juin 1999 -Montr�al, Canada

Briefing: le 28 juin

La premi�re r�union Intersessions sur les Op�rations de la Convention (ISOC-1) a entam� ses travaux ce lundi matin. Apr�s un certain nombre de d�clarations d'ouverture et l'adoption de l'ordre du jour, les d�l�gu�s ont entam� leur revue des op�rations de la Convention et du programme de travail. Ils devaient poursuivre leur d�bat dans un groupe de contact r�uni en s�ance nocturne.

Photos et RealAudio du 28 juin

Ouverture du ISOC-1
L�slo Mikl�s (Slovaquie), Pr�sident de la CdP-4, ouvrit la session. Il souligna les pr�occupations de la CdP-4 concernant les mesures visant � am�liorer l'op�ration de la CDB.
Hamdallah Zedan, Secr�taire Ex�cutif de la CDB, nota que la Convention ne pouvait r�aliser ses objectifs qu'� travers une gestion et une organisation efficaces.
Jorge Illueca, du PNUE, intervenant au nom de son Directeur Ex�cutif, Klaus T�pfer, souhaita aux participants une r�union fructueuse.
Crristi�n Samper (Colombie), Pr�sident du SBSTTA-5, mit en relief les am�liorations r�alis�es durant le SBSTTA-4, notamment: un ordre du jour plus focalis� et la proposition de tenir deux r�unions du SBSTTA entre les CdP; la pr�sentation de trois expos�s par des scientifiques de premier plan, pour l'introduction des th�mes; et l'�tablissement de termes �chelonn�s pour les membres du Bureau de mani�re � faciliter la continuit�..
Le CANADA appuya l'id�e d'apporter des changements plut�t d'ordre marginal que radical, des op�rations de la Convention.
L'ALLEMAGNE, au nom de l'UE, nota l'importance de l'�tablissement de l'ordre du jour et de la d�termination des rapports et de la notification, et sugg�ra de tenir des r�unions annuelles pour le SBSTTA et bi-annuelles pour la CdP. L'orateur exprima sa pr�f�rence de rendre les structures existantes de la CDB capables de mieux fonctionner que de les changer de mani�re fondamentale, � travers, par exemple, la mise en place d'un nouvel organe subsidiaire. .
Le d�l�gu� des PHILIPPINES souligna le besoin d'une pleine coop�ration de la part de l'ensemble des participants, de mani�re transparente, en particulier, dans le domaine du renforcement des capacit�s et des questions financi�res et budg�taires.
L'ETHIOPIE, au nom du Groupe Africain, d�clara que la CDB doit collaborer �troitement avec d'autres accords multilat�raux, y compris ceux de Ramsar et de la CITES, pour tirer profit de leur exp�rience et �viter le double emploi.
L'INDE appuya la tenue de r�unions annuelles pour le SBSTTA et bi- annuelles pour les CdP. Le d�l�gu� apporta son soutien � l'�tablissement d'un nombre limit� de groupes d'experts sp�cifiques, lesquels doivent �tre transparents et avoir une repr�sentation g�ographique �quitable.
TONGA souligna le besoin d'int�grer les r�unions et les processus r�gionaux avant la tenue des CdP et des SBSTTA.

Retour � notre page d'accueil SBSTTA-4 / ISOC-1

Earth Negotiations Bulletin, 1999. All rights reserved.