Linkages home    English version: ENB

La quatri�me session de l'Organe Subsidiaire de Conseil Scientifique, Technique et Technologique
21 -25 juin 1999
La premi�re R�union Intersessions sur les Op�rations de la Convention
28-30 juin 1999 - Montr�al, Canada

Briefing: le 22 juin

Les d�l�gu�s pr�s du SBSTTA-4 se sont r�partis en deux groupes de travail. Martin Uppenbrink (Allemagne) a pr�sid� les d�bats sur les �cosyst�mes des zones arides et sur les esp�ces intruses. Zipangani Vokhiwa (Malawi) a pr�sid� les discussions sur les nouvelles technologies v�g�tales et sur l'utilisation durable, y compris le tourisme.

Photos et RealAudio du 22 juin

Groupe de Travail I
Harold Mooney, au nom du 'Global Invasive Species Programme (GISP), ouvrit le d�bat par une pr�sentation des activit�s du GISP. L'orateur parla de la situation dans les Iles Galapagos pour illustrer les probl�mes �cologiques et les co�ts du contr�le des esp�ces intruses, et souligna l'importance du renforcement des capacit�s. Les d�l�gu�s examin�rent ensuite le papier du Secr�taire Ex�cutif sur l'�laboration des principes devant r�gir la pr�vention des effets des esp�ces intruses et la poursuite du d�veloppement du GISP (UNEP/CBD/SBSTTA/4/8).
Extraits RealAudio de la pr�sentation du Dr. Mooney
La FRANCE plaida pour l'utilisation du principe de pr�caution
La NOUVELLE ZELANDE recommanda de demander au GISP d'�laborer les principes et de les soumettre � la consid�ration de la CdP-5.
Christian Samper, Pr�sident �lu du SBSTTA-5, intervenant au nom de la Colombie, a parl� de l'�laboration d'une base de donn�es sur le contr�le des esp�ces intruses et les strat�gies de pr�vention et de son int�gration dans le M�canisme d'Echange d'Information de la CDB.
L'UICN attira l'attention sur ses directives pour la r�duction des pertes biologiques caus�es par les invasions d'esp�ces intruses, qui seront parachev�es l'ann�e prochaine.
Groupe de travail II
Dr. Richard Jefferson, de l'Universit� Nationale Australienne, pr�senta un expos� sur l'utilisation des technologies g�n�tiques restrictives (GURTs), y compris celles vari�tales ou V-GURTs et celles bas�es sur des traits sp�cifiques ou T-GURTs. L'orateur sugg�ra que les V-GURTs commercialement viables pourraient avoir quelques m�rites dans la baisse de la fr�quence des propagations trans-g�niques, pr�cisant toutefois qu'un certain nombre de questions restaient en suspens, telles que: la toxicit� des composantes induites et des toxines cellulaires; la propagation des V-GURTs dans l'environnement; et les brevets en tant que moyens de contr�le des V-GURTs. L'intervenant nota que la technologie GURT ne sera pas commercialis�e avant 5 ans.

Enregistrement RealAudio Int�gral de l'expos� du Dr. Jefferson:

1�re Partie: Explication de la biologie mol�culaire de la GURT

2�me Partie: l'Utilisation des GURTs, les questions des brevets et des droits de propri�t� intellectuelle, les effets sur la biodiversit�, l'incertitude scientifique

3�me Partie: Questions et r�ponses concernant les effets des GURTs sur les �cosyst�mes

R�ception du Secr�taire Ex�cutif en exercice
Hamdallah Zedan, Secr�taire Ex�cutif en exercice de la CDB a donn� une r�ception en honneur aux participants aux travaux du SBSTTA
Zedan photographi� ici avec John Ashe, Antigua et Barboude (� gauche), et Philemon Yang, Cameroun (� droite).

Retour � notre page d'accueil SBSTTA-4

Earth Negotiations Bulletin, 1999. All rights reserved.