go to IISDnet
CITES CdP-11
Photos et RealAudio du 19 mai
<< retour � la page d'accueil <<
 

Cinqui�me journ�e de la CdP-5 de la CDB, les d�l�gu�s se sont r�unis dans les Groupes de Travail tout au long de la journ�e. Le Groupe de Travail I (GT-I) a planch� sur les programmes de travail pour la biodiversit� foresti�re et biodiversit� agricole et sur l'approche par �cosyst�me, puis, au cours d'une s�ance nocturne, a proc�d� � l'examen du Papier de Salle de Conf�rence (PSC) sur l'utilisation durable, le tourisme et les mesures incitatives. Le Groupe de Travail II (GT-II) s'est pench� sur le M�canisme d'Echange d'Informations (MEI) et sur l'Article 8(j) et les Dispositions en Rapport. Un groupe de contact sur la biodiversit� foresti�re s'est r�uni dans l'apr�s-midi, et des groupes de contact sur l'acc�s aux ressources g�n�tiques et le partage des avantages (APA) et sur les op�rations de la Convention se sont r�unis dans la soir�e.

LE GROUPE DE TRAVAIL II: LE MECANISME D'ECHANGE D'INFORMATIONS
La SUISSE nota la n�cessit� d'impliquer les groupes utilisateurs cibles, dans le processus, et en particuliers les ONG, et de l'exploration des possibilit�s de mobiliser des fonds additionnels, autres que deux provenant du FEM.

LE GROUPE DE TRAVAIL II: L'ARTICLE 8(J) ET LES DISPOSITIONS EN RAPPORT

VENEZUELA estima que l'all�gement de la pauvret� constituait le principal objectif de l'Article 8(j) et souligna l'importance du partage des avantages

L'INDE mit en exergue les efforts nationaux dans le domaine de la protection des connaissances traditionnelles, telles que les biblioth�ques digitales de savoir traditionnel
La SUEDE, au nom des Pays Nordiques, a appuy� l'extension du mandat du Groupe de Travail et l'�laboration de lignes directrices pour la protection juridique des connaissances, innovations et pratiques traditionnelles.

Le Forum Autochtone International sur la Biodiversit� a proc�d� � la coordination des contributions, soulignant le soutien apport� par ses membres, � la poursuite du mandat du r�seau consistant � collaborer directement et �troitement avec les participations de la CDB concernant l'Article 8(j) et la convention dans son ensemble.

Fred Fortier, du "Canadian Indigenous Caucus" [� gauche sur la photo de droite], a d�clar� que l'Article 15 concernant l'acc�s et le partage des avantages est enti�rement li� � l'Article 8(j), indiquant, par ailleurs, que le mandat du groupe de travail sp�cial sur les connaissances traditionnelles n'a jamais �t� limit� � ce dernier article. L'orateur a ajout� que la notion "d'approbation" dans le texte de la CDB n'est pas aussi bonne que celle du consentement pr�alable en connaissance de cause. .

Une repr�sentante du 'Indigenous Development and Information Network' (� droite) a soulign� la n�cessit� d'une participation pleine et directe des femmes et des communaut�s autochtones � tous les niveaux de la formulation et de l'ex�cution des politiques de la CDB, mettant en relief leurs droits � ralentir les prospections en mati�re de biodiversit�.

Rodah C. Retino, de l'African Indigenous Women's Organization, a parl� au nom de l'Indigenous Women's Biodiversity Network. L'oratrice a not� que la marginalisation des femmes autochtones et locales dans la CDB et dans les processus qui s'y rapporte, ne d�nie pas le fait que ces femmes soient une source majeure des connaissances traditionnelles cruciales � la conservation et � l'utilisation durable de la biodiversit�. Elle a appel� par ailleurs � la mise en place d'un �l�ment de programme de travail s�par�, dans le cadre Article 8(j), pour traiter des pr�occupations des femmes des communaut�s autochtones et locales.

Pr�sentation de Mme Retino en 'RealAudio'

La SUISSE a propos� l'�laboration de lignes directrices coh�rentes et le classement des priorit�s pour la mise en �uvre de l'Article 8(j), par rapport � tous les objectifs de la CDB et des r�gimes de r�gulation autres que la CDB. .
La NAMIBIE a fait �cho au G-77/CHINE pour sa r�f�rence � l'Article 16.5 de la CDB, mettant en exergue la promotion de formes appropri�es de protection de la propri�t� intellectuelle et a affirmer que les lois sui generis sont applicables.
La NORVEGE requit l'insertion d'une r�f�rence aux populations autochtones en tant qu'entit�s sociales, culturelles et politiques, dans la ligne de la Convention #169 de l'OIT et, avec les PAYS-BAS, sugg�ra le renforcement des liens avec le futur FNUF
Le CANADA appela � une clarification de la mani�re dont les lignes directrices doivent �tre �labor�es et les t�ches du programme de travail, class�es par priorit�.

DANS LES ALLEES
Alors que la CdP-5 s'appr�te � entamer sa deuxi�me semaine et que les d�l�gu�s essayant de r�sister aux rhumes et aux maux d'estomac, les �changes, dans les All�es, sont pass�s tout � fait normalement au th�me des esp�ces invasives et � la proposition appelant � l'�laboration d'un Protocole. Les Participants en faveur de la conclusion d'un accord contraignant ont not� la n�cessit� de r�aliser une parit� dans tout conflit commercial susceptible de survenir avec l'OMC. Les d�l�gu�s pr�f�rant la mise en place de lignes directrices, ont mis en relief la n�cessit� de progr�s mesur�s au niveau politique et de moyens permettant de garantir une mise en application rapide au niveau national.

� 2000, IISD. All rights reserved.


<< retour � la page d'accueil <<

click to top

| Linkages home | E-Mail |