go to IISDnet
CDB CdP-5
Photos et RealAudio du 15 mai
<< retour à la page d'accueil <<
 

En cette première journée de la Cdp-5 de la CDB, les délégués ont entendu les allocutions d'ouverture, procédé à l'élection des membres du Bureau, adopté l'ordre du jour et abordé les questions en suspens. Des rapports ont été présentés au nom d'un certain nombre d'ateliers préparatoires régionaux, d'institutions internationales, des SBSTTA-4 et 5, du Groupe de Travail sur l'Article 8(j), du Protocole de Carthagène sur la Biosécurité et de la Réunion Intersessions sur les Opérations de la Convention (ISOC).

Cérémonie d'Ouverture Spéciale: "La force dans la diversité"

A la tête du "Gigiri Nature Trail", Tory Brevik, Directeur de la Division Communications et Information Publique du PNUE, a animé une cérémonie de plantation d'arbre sous le thème "La Force dans la Diversité." La cérémonie visait à rappeler aux participants de la CdP-5 que chaque être faisait partie intégrante du cycle de vie de la Terre.

Une variété de plants pantropical Cordia africana ont été plantées par Klaus Töpfer, Directeur Exécutif du PNUE, Glenn Denning, Directeur de la Division Développement à l'ICRAF, László Miklós, Président de la CdP-4 et Francis Nyenze, Ministre Kenyan de l'Environnement et des Ressources Naturelles.
Donnant à ce nouveau site le nom de "Forêt autochtone de la CdP-5," Klaus Töpfer [au premier plan] a souligné la nécessité de faire la paix avec la nature. Lásló Miklós [rangée arrière, au fond à gauche] a souhaité voir le nombre de plantes et d'arbres plantées sinon dépasser du moins égaliser celui des plantes et des arbres coupés et consommés.
Glenn Denning a mis en relief l'importance de la gestion des aspects multiples des arbres et des avantages qu'ils procurent. Il a indiqué que la nouvelle Forêt de la CdP-5 symbolisait à ses yeux le partenariat en évolution entre le PNUE et l'ICRAF.
Francis Nyenze a fait part de son espoir de voir la forêt de la CdP-5 contribuer à la conservation des arbres autochtones rares et de valeur pour le Kenya et à la sensibilisation de ses concitoyens et des citoyens d'autres pays quant à l'importance de la biodiversité locale.

Plénière d'Ouverture
Avant la réunion d'ouverture, le Chœur de l'Université Kenyatta a donné un spectacle en l'honneur des participants aux travaux de la CdP-5.
Le Président de la CdP-4, László Miklós (Slovaquie), souhaita la bienvenue aux délégués et présenta un aperçu sur les réalisations de la CDB durant la période intersessions, notamment le Protocole de Carthagène, l'état d'avancement du SBSTTA, l'ISOC, le Groupe d'Experts sur l'Accès et le Partages des Avantages et, le Groupe de Travail sur Article 8(j).
Hamdallah Zedan, Secrétaire Exécutif de la CDB, nota que les réunions et les activités intersessions sur la biosécurité, le partage des avantages, les connaissances traditionnelles, les terres arides et la biodiversité agricole, ainsi que la revue des ressources financières et des mécanismes de financement ont jeté des fondations solides pour le développement futur de la CDB. Il fit également état de la prochaine revue décennale de la mise en œuvre du Plan d'action 21 et des conventions associées.
Klaus Töpfer, Directeur Exécutif du PNUE, parla des défis auxquels l'Afrique est confrontée, notamment ceux des conflits et de la pauvreté, et encouragea l'investissement dans le développement durable plutôt que dans la gestion des conflits après qu'ils aient éclaté. Il exhorta les Etats à prendre conscience des liens entre la pauvreté et la biodiversité. Il se félicita de la finalisation du Protocole de Carthagène et nota que la cérémonie de signature aura lieu le 24 mai.
Daniel arap Moi, Président du Kenya, souhaita aux délégués près de la CdP-5, la bienvenue à Nairobi et nota que la biodiversité constituait une ressource vitale pour le développement socioéconomique et pour le bien-être à long terme des communautés. Il souligna que la CdP devrait se focaliser sur l'élaboration du programme de travail de la mise en œuvre du Protocole de Carthagène, l'accès aux ressources génétiques et le partages des Avantages (APA), la biodiversité dans les écosystèmes des zones arides et l'utilisation durable.
Par la suite, le Président Moi devait signer le Protocole de Carthagène, faisant ainsi du Kenya, son premier signataire.

Plenary
L'ex-Président Miklós passant le gavel au nouveau Président de la CdP Francis Nyenze, Ministre Kenyan de l'Environnement et des Ressources Naturelles.
Le Président de la CdP-4, Miklós, désigna Francis Nyenze, Ministre Kenyan de l'Environnement et des Ressources Naturelles, pour la Présidence de la CdP-5. Nyenze fut ensuite élu à ce poste, par acclamation.
Le quinzième FORUM MONDIAL SUR LA BIODIVERSITE présenta un rapport de synthèse sur ses principales conclusions, notamment le fait que la CdP doive: recommander la pleine intégration des biens et services monétaires et non- monétaires de la biodiversité dans les stratégies visant l'allégement de la pauvreté; s'assurer que les stratégies et les plans d'action nationaux en matière de biodiversité, tiennent entièrement compte des besoins des pauvres; s'assurer de la participation pleine et effective des populations autochtones dans les travaux de la CBD sur l'APA; s'assurer que les mesures prises par les pays ressources sont complétées par celles des pays utilisateurs; et adopter des programmes de travail solides pour l'agrobiodiversité et les terres arides.
Le Président de la SBSTTA-4, A.H. Zakhri (Malaisie) introduisit le rapport et les recommandations de la session (UNEP/CBD/COP/5/2). Il indiqua que la SBSTTA-4 a trait�: du programme de travail du SBSTTA; des termes de r�f�rence des groupes d'experts; de l'ITM; de la situation et des tendances de la biodiversit� terrestre; des esp�ces exotiques; des technologies applicables au domaine de l'expression g�n�tique des plantes; des �valuations d'impact environnemental; et de l'utilisation durable, y compris le tourisme. L'orateur nota par ailleurs l'am�lioration de l'efficacit� du SBSTTA dans le rapprochement entre les chercheurs et les d�cideurs politiques.
Le Pr�sident de la SBSTTA-5, Cristi�n Samper (Colombie) pr�senta le rapport et les recommandations de la SBSTTA-5 (UNEP/CBD/COP/5/3). Il attira l'attention sur les questions prioritaires de la r�union: le programme de travail concernant la biodiversit� des terres arides; la biodiversit� agricole; l'approche par �cosyst�me; les indicateurs de la biodiversit�; l'utilisation durable; les lignes directrices devant encadrer les seconds rapports nationaux; et les groupes d'experts techniques sp�ciaux.
L'Ambassadeur Phil�mon Yang (Cameroun), Pr�sident du Bureau du Comit� Intergouvernemental Sp�cial sur le Protocole de Carthag�ne (CIPC), introduisit le plan de travail du CIPC, �labor� par le Bureau, et invita la CdP � l'endosser. L'orateur proposa que le plan de travail aborde les questions devant �tre consid�r�es � la premi�re r�union des Parties du Protocole (RdP-1) et les activit�s importantes pour son op�ration.
Le Pr�sident de la CdP-4, Mikl�s, introduisit le rapport de l'ISOC (UNEP/CBD/COP/5/4), lequel �tait ax� sur deux t�ches principales: les pr�paratifs et la conduite des r�unions de la CdP; et la poursuite des travaux sur l'APA, avec une focalisation sur ceux men�s par le Groupe d'Experts.


DANS LES ALLEES
Au moment o� les d�l�gu�s s'appr�taient � entamer les d�bats de fonds de la CdP-5, dans les all�es, beaucoup ont cherch� � savoir sur quels domaines clefs ces d�bats allaient porter. Les �changes sur la mani�re dont le th�me de l'acc�s aux ressources g�n�tiques et ses sous-articles devaient �tre abord�s s'y sont m�l�s � des discussions autour du Protocole de Carthag�ne et de la question de savoir quelle Partie �tait susceptible de le signer durant la pr�sente r�union. Dans le d�bat autour du plan de travail du CIPC, quelques d�l�gu�s se sont pos� la question de savoir si la mise en application du Protocole risquait de s'av�rer aux ardue que sa n�gociation.

� 2000, IISD. All rights reserved.


<< retour � la page d'accueil <<

click to top

| Linkages home | E-Mail |