go to IISDnet

SESSION EXTRAORDINAIRE DE L'ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES (PEKIN+5): EGALITE DES SEXES, DEVELOPPEMENT ET PAIX POUR LE 21ème SIECLE NEW YORK
5-9 JUIN 2000

 

Les Faits Saillants des Journées du Vendredi 9 et Samedi 10 Juin

Le rapport de synthèse du ENB sur Pékin+5 sera disponible le lundi 12 juin. Nous vous invitons à revenir à ce site, pour accéder aux mises à jour concernant les réserves introduites par différentes délégations lors de la Plénière de Clôture. La couverture des événements spéciaux organisés en marge de Pékin+5, englobant photos extraits RealAudio
D éclarations adressées à la Plénière est accessible au: http://www.un.org/ga/webcast/stat.htm

Outcome Document

OnSur cette Page:
La Plénière de Clôture
La Séance Finale de la Grande Commission
La Dernière Journée (et Nuit) des négociations
Les Déclarations de l'OMS et de l'UNHCR

Cliquez ici pour accéder à la page "Visages de Pékin+5"

Consensus réalisé et document des Conclusions adopté par la SE/AGNU !! Vendredi 9 juin, à 17h, les délégués sont enfin parvenus à un consensus autour du document. La GC finale s'est réunie le Samedi 10 juin, à 15h, et le document a été transmis à l'AG pour adoption. La Plénière de Clôture de la 23ème Session Extraordinaire de l'Assemblée Générale a adopté le document des Conclusions et a ajourné les travaux vers 20h. . . Les délégués s'étaient réunis tout au long de la journée du vendredi dans des groupes de travail, groupes de contact et rencontres informelles. La Grande Commission, présidée par la Présidente du PrepCom de la CSW, Christina Kapalata, Tanzanie (à droite), a tenu une session de travail l'après-midi pour entendre les déclarations des agences des Nations Unies et des ONG. Le Bureau a tenu une réunion à 20h et la GC qui avait programmé de reprendre, de manière informelle, ses travaux, à 21h, ne s'est réunie qu'à 23h. Les délégués devaient adopter les libellés approuvés et poursuivre les négociations autour des clauses hautement contentieuses restées en suspens, ayant trait, entre autres, à la diversité culturelle, aux mesures unilatérales, aux problème des mines anti-personnel, à l'avortement et, droits en matière de procréation. Les négociations se sont achevées à 17h et la séance finale de la GC s'est réunie le samedi 10 juin, à 15h, pour adopter le document des Conclusions et le transmettre à l'Assemblée Générale pour adoption. La Plénière de Clôture s'est tenue immédiatement après, et l'AG a adopté le document des Conclusions concernant la suite des actions et initiatives de la mise en œuvre de la Déclaration et de la Plate-forme d'Action de Pékin.

Sur la Photo: le Dr Théo-Ben Gurirab, Président de la 54ème Session de l'Assemblée Générale, (à droite) lors de la réunion informelle nocturne de la GC, vendredi;

La Secrétaire d'Etat Madeleine Albright, chef de la délégation des Etats-Unis, dans son adresse à la Session Extraordinaire, a condamné la traite des blanches et a donné un aperçu sur les mesures entreprises par les Etats-Unis pour la lutte contre ce fléau. Elle a indiqué que la mondialisation ne doit pas être synonyme de marginalisation, et que nous nous devons de trouver le moyen de faire en sorte que le commerce international soit bénéfique pour tous. Ici sur la photo, avec l'Ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'ONU, Richard Holbrookerooke

 


htmlhtml
pdfpdf *
txttxt

* To view PDF files, you will need the free Adobe Acrobat Reader:


Beijing+5
Archives Web

Couverture multimédia de la journée précédente (photos et extraits RealAudio)
5 Juin 6 Juin
7 Juin 8 Juin

 

Archive des Rapports quotidiens  

BNT
Day HTML PDF TXT
Ven
Juev
Mer
Mar
Lun

* To listen to RealAudio speeches, you will need to download and install the free RealAudio Player


La Plénière de Clôture. . . Les délégués ont fait part de leurs condoléances suite au décès du Président Syrien Hafez El-Assad


Dans ses remarques de clôture, le Président de l'AG, Theo-Ben Gurirab, a déclaré qu'il ne saurait y avoir de mouvements de recul par rapport aux libellés ou aux engagements de Pékin et que la PFA restait valide pour les actions nationales et internationales, puis a mis en exergue les progrès accomplis sur des sujets, tels que celui de la violence à l'encontre des femmes, de la traite des blanches, de la santé, y compris le droit à la santé sexuelle et reproductive, de l'éducation, des droits humains, la pauvreté, l'allégement de la dette et des effets de la mondialisation, des conflits armés, de la souveraineté, des droits fonciers et en matière d'héritage, des femmes, de la participation dans les prises de décision et dans la vie politique.


Le Rwanda a fait part de sa grande déception de constater que la clause 51 est adoptée sans référence au "génocides et autres crimes contre l'humanité", laquelle, n'a pas été introduite pour une simple raison d'ordre "technique". Il a affirmé que cette omission risquait d'envoyer aux Nations Unies un message indiquant que ces crimes ne sont pas pris au sérieux, et a insisté sur l'impératif de voir les génocides condamnés par l'ensemble des Etats membres. Il a remercié l'Afrique du Sud, le Soudan, l'Iran et toutes les délégations qui avaient soutenu leur appel à l'insertion de cette clause.


La représentante des Etats-Unis a mis en exergue la négation de la discrimination basée sur l'orientation sexuelle, affirmant que son omission dans le document des Conclusions, ne devait, en rien, être interprété comme un pardon à son égard dans quelque pays qu'elle soit exercée. Elle a indiqué que les Etats-Unis continuaient à avoir des réserves sur le point disant que l'occupation étrangère constitue, en soi, une violation des droits humains. Elle a signalé que les Etats-Unis avaient également des réserves et des préoccupations concernant les formulations retenues dans les clauses 29, 30ter et 125c, portant sur la mondialisation, et qu'ils se dissociaient du libellé du 133(m)bis sur le désarmement. ved.

La Délégation Soudanaise


La Dernière Séance de la Grande Commission. . .
Les délégués participant à la GC, ont fait part de leurs condoléances pour le décès du Président Syrien Hafez El-Assad et de leur solidarité avec le peuple de Syrie


Dans ses remarques de clôture, Angela King, Conseillère Spéciale chargée des Questions Féminines et de la Promotion de la Femme, a déclaré que ce jour constituait une étape importante et que chacun pouvait être fier du document produit. Elle a ajouté qu'on ne devait pas se relâcher et qu'on devait poursuivre les efforts pour ne pas voir reculer les progrès accomplis. Elle a remercié les ONG pour leurs contributions, pressions et plaidoyers et pour le fait d'avoir assurer la réussite des résultats, et la Présidente Kapalata, qui, au dernier quart d'heure, a "secouru" efficacement les négociations.tiations.


La foule des délégués avant la GC finale du samedi

Angela King et la Présidente Christina Kapalata

La Pr�sidente Kapalata avec la Vice-Pr�sidente, et Rapporteur, Monica Martinez, (Equateur)

La derni�re nuit des n�gociations . . . . les d�l�gu�s ont planch� toute la nuit pour r�soudre les libell�s en suspens et n'y sont parvenus qu'aux premi�res heures du vendredi matin . . . . . . .
Sur les Photos: La Pr�sidente du Groupe de Travail I, Kirsten Mlacak, avec la d�l�gu�e de la Syrie et la Pr�sidente du Groupe de Travail II, Asith Bhattacharjee.

Tout au long de la nuit, les d�l�gu�s ont couru d'un coin � l'autre pour tenter de r�soudre les formulations en suspens. Sur les photos ci-dessus, les d�l�gu�es des Etats-Unis et de Cuba essayant de trouver un terrain d'entente sur le traitement de la clause consacr�e � la question des sanctions et des mesures unilat�rales, dans le texte.

Les r�dactrices du ENB, Violette Lacloche et Wendy Jackson avec les d�l�gu�es Nig�rianes
Le Secr�tariat a gard� trace de toutes les formulations propos�es pour les clauses du texte

Les d�clarations pr�sent�es � la Grande Commission . . .

 

Gro Harlem Brundtland, Directrice G�n�rale de l'OMS, a d�clar� qu'il n'existe aucun pays au monde, o� l'homme et la femme jouissent d'une �galit� des chances. Elle a indiqu� que l'am�lioration de la sant� des femmes signifie: la r�duction des risques de mortalit� au moment o� elles donnent naissance � la vie; la garantie de son droit de se prot�ger contre l'infection du HIV/SIDA; et la garantie de son droit � la parole contre toutes les formes de violence, y compris la traite des blanches et la mutilation g�nitale f�minine.

Mary Robinson, Haut Commissaire des Nations Unies pour les Droits Humains, a d�clar� qu'il est vital que tous les Etats adoptent la perspective f�minine dans leurs l�gislations, programmes et politiques et a fait part de ses pr�occupations d'avoir eu � constater que certains Etat refusaient encore de reconna�tre le viol marital, ne condamnent pas les meurtres perp�tr�s au nom de l'honneur et o� les violences domestiques restent l'une des plus grandes entraves � l'�galit� des sexes. Elle a attir� l'attention sur le racisme fond�e sur la diff�rence sexuelle. Elle a rendu hommage aux ONG f�minines pour leurs abn�gations, et a d�plor� le fait que certaines d�l�gations aient essay� de marchander sur des points qu'elle estime faire partie int�grante des droits humains fondamentaux.

Panel Discussion: "Women: The New Leadership for United Nations Agencies," Organized by WFP, UNICEF, WHO, UNHCR and UNFPA
Left to Right: Dr. Nafis Sadik, Executive Director, UNFPA, Mary Robinson, High Commissioner for Human Rights, UNHCR, Gro Harlem Brundtland, Director-General, WHO, Moderator Patricia Ellis, Executive Director, Women's Foreign Policy Group, Catherine Bertini, Executive Director, World Food Programme, and Carol Bellamy, Executive Director, UNICEF

Sultanat d'Oman: Comit� de Coordination du Travail des Femmes Volontaires

lSite Web des Femmes d'Afrique francophone : www.famafrique.org



ENB Summary of CSW-44 and the Informal Consultations
Linkages FWCW page
UN Division for the Advancement of Women Beijing +5 Site with official documents and information for participants

Special Events during the Special Session
click to top 

� 2000, IISD. All rights reserved.

| Linkages home | E-Mail |