Sommet Mondial sur le Développement Durable
Deuxième Comité Préparatoire (PrepCom-II)
New York, 28 jan- 8 fév 2002
 
Retour à la page d'acceuil

Jeudi 31 janvier:

Le segment consacré au Dialogue avec les Acteurs Sociaux a été clôturé lors d'une séance Plénière finale par un débat général autour des opportunités offertes pour de nouvelles initiatives de mise en application tenant compte des domaines importants des contraintes et des besoins de la participation. L'après midi les délégués devaient entendre les déclarations d'ordre général données par divers gouvernements. Photo: Des représentants des principaux groupes sociaux durant la séance de Dialogue avec les Acteurs Sociaux, parties prenantes.

Dialogue avec les acteurs sociaux - séance finale

Rapport du Coprésident Kára à la Plénière sur les travaux du Groupe de Dialogue #1.

 
Rapport de la Coprésidente Maria Luiza Viotti's à la Plénière sur les travaux du Groupe de Dialogue #2

 
(1ère Partie - 2ème Partie) Les JEUNES réitérèrent l'importance de voir émerger du Sommet, un vrai plan d'action.
 

(1ère Partie - 2ème Partie) Les ONG appelèrent à la conclusion d'un accord sur l'allégement de la dette et soulignèrent que le principe de précaution et l'évaluation des risques pouvaient coexister.

During the ensuing debate, he said food security is crucial, stated the current institutions are inadequate and demanded that financing and debt be addressed. He also called for complete cancellation of debt and suggested a task force address this issue.

  
Les AGRICULTEURS mirent l'accent sur les cadres nécessaires à l'accès aux capitaux et aux financements.

 
Le représentant des PEUPLES INDIGENES souligna la mobilisation des ressources et le savoir traditionnel comme éléments constitutifs de "la science de gestion des ressources."

 
La représentante des ONG a mis l'accent sur la valeur spirituelle de l'eau et a déclaré que les valeurs spirituelles devaient être introduites dans le développement durable. L'oratrice était d'accord avec l'UE que le Dialogue avec les Acteurs Sociaux avait besoin d'être intégré davantage dans le système des Nations Unies et a mis en exergue l'importance du soutien à la science et à la technologie et de l'accès aux ressources et pas seulement aux données. Elle a noté l'intérêt de l'accord portant sur l'intégration des principaux groupes sociaux dans le processus, et a appelé à une annulation totale de la dette compte tenu de la reconnaissance que beaucoup de pays se trouvent dans l'incapacité de rembourser.
 
Le délégué de Tuvalu a fait référence à la dimension spirituelle du développement durable, et s'est interrogé sur le point de savoir si le pilier social du développement durable traitait de manière adéquate le besoin de reconnaître les valeurs culturelles et spirituelles. L'orateur a affirmé que beaucoup parmi ceux qui sont impliqués dans le développement durable, attribuent l'échec à l'absence de considérations humaines.
 
L'ESPAGNE, au nom de l'UE, réaffirma son engagement à travailler sur les questions ayant trait au rôle des femmes, à l'emploi, à l'éducation et à la technologie.

 

Au sujet des profits tirés du dialogue avec les acteurs sociaux, le représentant des PAYS-BAS nota l'importance: de placer l'être humain en premier; de promouvoir la diversité dans les trois domaines piliers du développement durable; et de dégager des résultats orientés vers l'action.

 
Le représentant du COMMERCE ET INDUSTRIE mit en relief la valeur des rapports de performance, des domaines d'application, et des partenariats de l'après-Sommet.
 
La COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE nota l'importance des échanges entre les scientifiques, de la participation dans le développement des technologies, et de la focalisation sur les modes de production et de consommation.
 
La porte-parole des FEMMES parla de l'importance des données spécifiques aux femmes en tant que productrices et de contributrices au développement durable, et proposa la mise en place de reformes permettant de traiter les effets négatifs de la mondialisation sur les femmes.
  
Le porte-parole des COLLECTIVITES LOCALES mit en exergue l'impératif d'avoir des partenaires forts.  

 

Le représentant des SYNDICATS mit en garde contre la privatisation des principaux services de développement et, tout en s'engageant pour la mobilisation du plus haut niveau de soutien politique en faveur du SMDD, appela à l'établissement de priorités et à l'entreprise des actions qui le justifient.
 
During the ensuing debate , the representative from Local Authorities urged governments to ensure basic services (water, health care, education, energy) as these are essential for sustainable development. He criticized the beliefs held by proponents of privatization and deregulation that the marketplace is the best way to allocate these public goods and that governments should simply provide an enabling environment.
 
Le délégué de l'Afrique du Sud a souligné que le SMDD doit se focaliser sur le besoin de dégager des objectifs inscrits dans des calendriers précis et des mesures concrètes pour le transfert des technologies. L'orateur a indiqué qu'un engagement de haut niveau est nécessaire de la part des gouvernements et des différentes autres parties prenantes.

 

L'INDONESIE souligna le besoin d'un renforcement des capacités, de stratégies inscrites dans des calendriers précis pour le transfert des technologies, et d'une éthique.

 

Le représentant des Syndicats a noté que les dimensions sociales du développement durable ont reçu une meilleure reconnaissance dans le processus. L'orateur a exhorté les pays à se focaliser, en matière d'emploi, sur les normes centrales et sur une approche basée sur des droits devant être partagés par tous. Il a demandé l'insertion d'une référence à la Convention de l'OIT dans le rapport final de cette réunion.

Resumé du Coprésident du groupe #1

Resumé du coprésidente du groupe #2

 

Une cérémonie avec chants et bougies allumées visant à célébrer le "Sommet de l'Espoir," organisée par les Syndicats et les Jeunes et présidée par Salim, vint marquer la clôture du segment consacré au Dialogue avec les Acteurs Sociaux.

 


Des représentants du commerce et de l'industrie, des syndicats des travailleurs et des collectivités locales

 

Séance de l'après midi consacré aux Déclarations Générales: évaluation de l'état d'avancement de la mise en application du Plan d'Action 21

Le VENEZUELA, au nom du G-77/CHINE, nota la nécessité d'un renforcement des capacités, affirma que l'absence de paix et de sécurité constituaient une entrave au développement durable, appela à un Sommet focalisé sur une action inscrite dans un calendrier précis, et indiqua les domaines clés d'intervention, notamment: la mondialisation; l'éradication de la pauvreté; les modes de consommation et de production non viables; la mise en application; et la gouvernance internationale en matière de développement durable.
 
L'ESPAGNE, au nom de l'UE, nota que les droits humains et la bonne gouvernance constituent des conditions préalables pour le développement durable, et que la croissance du PIB n'a été utile ni pour le problème de la pauvreté ni pour celui de l'environnement. L'oratrice fit part du soutien de l'UE en faveur des normes de travail et du 'Contrat Mondial' pour l'accélération de la mise en application du Plan d'Action 21 et la concrétisation de modes de consommation et de production durables, et appela à la dislocation du couple croissance économique et dégradation environnementale.
 
Le GHANA reconnut les accomplissements du programme Capacités 21 et appela, entre autres, à des mesures favorisant l'éradication de la pauvreté et l'allégement de la dette.

 

NAURU, au nom du Forum des Iles du Pacifique, proposa l'adjonction des océans et des îles aux priorités du SMDD et mit en relief l'importance du Programme d'Action de la Barbade pour les PEID.

 

L'OCDE parla de ses activités ayant trait au développement durable, notamment dans les domaines des indicateurs, de la gouvernance et des taxes environnementales.

 
La PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE proposa l'inclusion des océans, des littoraux et des îles comme nouveaux domaines de focalisation et appela à une assistance technique dans le secteur de la pêche. L'ISLANDE suggéra le renforcement de la focalisation sur les océans et appuya l'idée d'une alliance mondiale pour l'énergie renouvelable

 

L'EGYPTE rejeta la notion de "clash des civilisations," et souligna que le SMDD doit être pour tous, y compris pour les Palestiniens. L'orateur proposa de doter la CDD de mécanismes de financement et de renforcement des capacités et que le processus du PNUE, consacré à la Gouvernance Environnementale Internationale, attende les résultats des discussions autour de ce sujet.
 
Le COSTA RICA, au nom du Groupe de Rio, nota que la pauvreté mondiale, la dette extérieure, les distorsions du commerce international et les limitations imposées à l'accès aux marchés, constituaient autant d'entraves au développement durable et appela à l'adoption des technologies propres et renouvelables, à la réduction de la vulnérabilité aux catastrophes naturelles, à la ratification du Protocole de Kyoto, et à un partage équitable des avantages tirés de l'utilisation des ressources génétiques.
 

Le ROYAUME-UNI suggéra que le SMDD s'engage en faveur des principes de base des stratégies de développement durable, telles qu'articulés par le Forum International d'Accra, qui a entériné les lignes directrices de la Commission chargée de l'Aide au Développement, relevant de l'Organisation de la Coopération Economique et du Développement (OCED), relatives à ce sujet.

Le JAPON apporta son appui à une conservation environnementale et un développement économique réalisés à travers les technologies innovantes et appela: à un modèle de société basé sur l'efficience énergétique et le recyclage; à une coopération internationale en matière de recherche sur les changements climatiques; à la résolution des problèmes des méga-pôles; et, à une éducation environnementale.

Le CANADA mit en exergue la santé et l'environnement, la gouvernance, l'allégement de la pauvreté, le développement durable des ressources naturelles, le développement communautaire, la mise à contribution de la science, l'accès aux sources d'énergie renouvelables et sans risques, et la participation du secteur privé.

L'INDE affirma que le problème du sous-développement constituait la plus grande des priorités, mit en exergue l'importance du transfert des technologies et celle de la dette écologique, et suggéra de placer un accent plus fort sur le principe des responsabilités communes mais différenciées.

 

Retour à la page d'acceuil

� 2002, IISD. All rights reserved.

Pour écouter les présentations RealAudio: Pour lire et imprimer les documents en format PDF: